33 cu­rieux dé­couvrent les coulisses de L’Orne Com­bat­tante

Or­ga­ni­sée par l’of­fice de tou­risme dans le cadre des Jeu­dis cu­rieux, la vi­site de la ré­dac­tion de L’Orne Com­bat­tante a ras­sem­blé 33 per­sonnes, jeu­di 21 juillet. L’his­toire et le fonc­tion­ne­ment de l’heb­do­ma­daire ont été dé­voi­lés au pu­blic.

L'Orne Combattante (FL) - - FLERS ET SON PAYS -

Quel est le fonc­tion­ne­ment d’une ré­dac­tion ? Comment est fa­bri­qué le jour­nal ?

Jeu­di 21 juillet, 33 per­sonnes ont pu dé­cou­vrir le tra­vail des jour­na­listes de L’Orne Com­bat­tante lors d’une ren­contre pro­po­sée par l’of­fice de tou­risme de Flers Ag­glo, dans le cadre des Ren­dez-vous de l’été.

Un jour­nal qui fête ses 72 ans

Au pro­gramme de cette vi­site in­so­lite, ani­mée par Lu­do­vic Le­moine, ré­dac­teur en chef de l’heb­do­ma­daire, il y avait la vi­site des lo­caux qui, au­pa­ra­vant, abri­taient une im­pri­me­rie, mais aus­si la dé­cou­verte de l’his­toire du jour­nal, né de l’as­so­cia­tion de ré­sis­tants ca­tho­liques et com­mu­nistes, le 24 sep­tembre 1944, à Mon­tilly-sur-Noi­reau, non loin de Flers.

Ce­la fait main­te­nant 72 ans que L’Orne Com­bat­tante in­forme ses lec­teurs sur le bas­sin de Flers et Con­dé-sur-Noi­reau. Au­jourd’hui, le jour­nal compte cinq jour­na­listes et une dou­zaine de correspondants de presse. « L’Orne Com­bat­tante re­pré- sente 55 000 lec­teurs », ligne Lu­do­vic Le­moine. sou- Les vi­si­teurs ont pu dé­cou­vrir les étapes de fa­bri­ca­tion du jour­nal, de la réunion de ré­dac­tion à la sor­tie en kiosques. L’or­ga­ni­sa­tion au sein de la ré­dac­tion et le tra­vail des jour­na­listes ont éga­le­ment été dé­taillés.

Les ou­tils des jour­na­listes

L’équipe pré­sente a fait une dé­mons­tra­tion des ou­tils qu’ils uti­lisent au quo­ti­dien, que ce soit le lo­gi­ciel de montage ou ce­lui qui sert à mettre en ligne les ar­ticles sur le site In­ter­net du jour­nal www.lor­ne­com­bat­tante. fr, fré­quen­té par 150 000 in­ter­nautes par mois. « Sur In­ter­net, nous sommes dans l’ins­tan­ta­néi­té. Il y a un rythme plus quo­ti­dien », a ex­pli­qué Lu­do­vic Le­moine. Les vi­si­teurs ont pu po­ser leurs ques­tions mais aus­si faire des re­marques sur le conte­nu du jour­nal. « Votre avis nous in­té­resse ».

Cette ren­contre au­ra du­ré 1 h 30 en­vi­ron. Le groupe était vi­si­ble­ment ra­vi… les jour­na­listes aus­si !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.