En Mar­ti­nique, ces ma­mans re­lè­ve­ront le dé­fi

Elles sont dé­bor­dantes d’éner­gie, par­ti­cu­liè­re­ment gé­né­reuses et se font ap­pe­ler les Fab’uleuses. Ces trois amies courent en­semble de­puis plu­sieurs an­nées. Au­jourd’hui, elles sont en route pour le Raid des Ali­zés.

L'Orne Combattante (FL) - - SUISSE NORMANDE -

Thu­ry-Har­court.

L’idée est ve­nue par le plus grand des ha­sards. Ce jour-là, à la té­lé­vi­sion, un re­por­tage sur le Raid des Ali­zés. De­vant son poste, Na­dine Au­mont.

Un raid mul­ti­sport

Sé­duite par ce raid mul­ti­sport et par l’as­pect so­li­daire, l’en­sei­gnante et di­rec­trice d’école de 45 ans en parle à ses deux aco­lytes, Anne-Cécile et So­phie. En­semble, elles sont im­mé­dia­te­ment em­bal­lées par ce pa­ri un peu fou mais hu­mai­ne­ment ma­gni­fique.

L’équipe se forme dont au­tour de Na­dine Au­mont, ma­man de trois gar­çons et do­mi­ci­liée à Cu­ley-le-Pa­try, d’Anne-Cécile Chof­fel, 36 ans, ma­riée et ma­man de trois gar­çons, et de So­phie Ker­va­zo, 38 ans, ma­riée et ma­man de deux gar­çons. Toutes deux Har­cour­toises, ces der­nières sont res­pec­ti­ve­ment pré­pa­ra­trice en phar­ma­cie, in­fir­mière pué­ri­cul­trice et po­do­logue.

Un dé­fi fou et hu­main

En­semble, les trois amies s’en­traînent en­vi­ron trois fois par se­maine ; elles pra­tiquent la course à pied et le vé­lo. « Nous fai­sons des sor­ties d’en­du­rance et d’autres un peu plus tech­niques où nous tra­vaillons la puis­sance et la ré­sis­tance », confient celles qui ne se re­ven­diquent ab­so­lu­ment pas spor­tives aguer­ries.

Leur coach et ami Fa­brice leur don­ne­ra de pré­cieux con­seils mais aus­si le nom de leur équipe : Les Fab’uleuses.

Lors du raid, l’équipe dé­fen­dra les cou­leurs d’une as­so­cia­tion ca­ri­ta­tive. Im­pré­gnées par les va­leurs spor­tives chères à la Suisse nor­mande, elles veulent à leur tour don­ner de leur temps et leur éner­gie à ceux dont la ma­la­die les prive de leur au­to­no­mie phy­sique.

« C’est un raid pour la bonne cause, pas uni­que­ment pour notre plai­sir per­son­nel », ra­content les trois spor­tives. Anne-Cécile Chof­fel pense à l’as­so­cia­tion Hun­ting­ton France. « Ma cou­sine, An­neC­laire, âgée de 30 ans et dont je suis très proche, souffre de cette ma­la­die. C’est donc tout na­tu­rel­le­ment que j’ai sou­hai­té re­pré­sen­ter cette as­so­cia­tion », ex­plique-t-elle. « La ma­la­die de Hun­ting­ton est une af­fec­tion gé­né­tique neu­ro­dé­gé­né­ra­tive hé­ré­di­taire qui se ma­ni­feste en gé­né­ral entre 35 et 45 ans mais peu par­fois frap­per plus tôt. Elle en­traîne une al­té­ra­tion pro­fonde et sé­vère des ca­pa­ci­tés phy­siques et in­tel­lec­tuelles. La per­sonne ma­lade perd peu à peu son au­to­no­mie et de­vient dé­pen­dante au quo­ti­dien. »

Na­dine et So­phie sont im­mé­dia­te­ment convain­cues. À l’écoute et très com­plices, elles dé­cident donc de s’ins­crire dans le but de « se dé­pas­ser pour ceux qui ne peuvent plus le faire ». Mo­ti­vées plus que ja­mais, elles savent qu’elles af­fron­te­ront certes dans la bonne am­biance de jeunes spor­tives d’une pe­tite ving­taine d’an­nées.

« Ce­la ne nous fait pas peur. De toute ma­nière, nous don­ne­rons tout ce que nous pour­rons, en­semble, toutes les trois. Nous avons en­vie de par­ta­ger un mo­ment fort 100 % féminin met­tant à l’épreuve la co­hé­sion d’équipe, le par­tage, l’ami­tié, l’écoute, l’en­traide mais aus­si le don de soi. Nous ne se­rons pas les plus jeunes, mais qu’à ce­la ne tienne, nous avons de la res­source. Na­dine est ef­fec­ti­ve­ment la plus âgée mais ce n’est vrai que sur le pa­pier car en réa­li­té c’est notre mo­teur, c’est sou­vent elle la plus ra­pide », confie Anne-Cécile Chof­fel.

Faire avan­cer la re­cherche

Leur ob­jec­tif : ra­me­ner le plus d’ar­gent pos­sible à l’as­so­cia­tion qu’elles dé­fendent afin de faire avan­cer la re­cherche mé­di­cale mais aus­si de faire connaître cette ma­la­die à un large pu­blic. « Se­lon nos per­for­mances, nous ra­mè­ne­rons donc une somme d’ar­gent au pro­ra­ta du clas­se­ment », ex­pli­quen­telles.

Les Fab’uleuses s’en­vo­le­ront bien­tôt à des­ti­na­tion de la Mar­ti­nique. Le raid se tien­dra sur cinq jours, du mar­di 15 au di­manche 20 no­vembre. VTT, ca­noë-kayak, trail et run and bike et des nuits en bi­vouacs, pen­dant trois jours, la com­pé­ti­tion se­ra in­tense. « Ce­la ne se­ra pas de tout re­pos, bien loin des va­cances confor­tables qu’on peut ima­gi­ner. Nous y al­lons pour cette cause qui nous tient à coeur. Nous au­rions tout aus­si bien par­ti­ci­pé à ce même raid avec les mêmes am­bi­tions s’il avait eu lieu en mé­tro­pole. »

Condi­tions ru­di­men­taires

Le par­cours, lui, ne se­ra dé­voi­lé aux concur­rentes qu’au fil de la com­pé­ti­tion. « Les condi­tions se­ront ru­di­men­taires, nous le sa­vons. Nous nous y at­ten­dons et ça n’en­tache en rien notre mo­ti­va­tion. Bien au contraire », ra­conte les Fab’uleuses dé­ter­mi­nées.

Seule ombre au ta­bleau : le coût de cette épo­pée. Lo­gis­tique, in­ten­dance, trans­port et hébergement, en tout, les Fab’uleuses de­vront dé­pen­ser 8 000 €. L’équipe a dû donc faire ap­pel aux mé­cènes. Plu­sieurs gé­né­reux spon­sors les ont re­jointes, en gage de confiance et d’ad­mi­ra­tion face à ce beau pro­jet et éga­le­ment en sou­tien à la cause ca­ri­ta­tive que les Fab’uleuses dé­fendent et dé­fen­dront becs et ongles.

L’équipe por­te­ra les cou­leurs de leurs spon­sors du­rant les cinq jours de dé­pas­se­ment de soi. Les Fab’uleuses peuvent éga­le­ment comp­ter sur le sou­tien de l’of­fice du tou­risme qui en­cou­rage vi­ve­ment les trois spor­tives en les met­tant en avant ré­gu­liè­re­ment dans leur vi­trine ain­si que sur le club de kayak qui prête le ma­té­riel né­ces­saire à leur en­traî­ne­ment.

Un ap­pel lan­cé

Alors, pour com­plé­ter leur fi­nan­ce­ment, les trois spor­tives sont ins­crites sur Leet­chi.com pour tous ceux qui sou­haitent contri­buer à leur pro­jet, à la hau­teur de leurs moyens. Sur les 3 500 € es­pé­rés, 2 700 ont d’ores et dé­jà été col­lec­tés. Quatre mois avant leur dé­part, la ca­gnotte est tou­jours ou­verte.

En at­ten­tant, les Fab’uleuses sont là où on les in­vite, no­tam­ment lors de la Coupe d’Eu­rope des Na­tions de kayak po­lo. Sur le vil­lage des associations, elles se sont fait connaître mais ont aus­si fiè­re­ment re­pré­sen­té leur as­so­cia­tion, dans le but ul­time de faire avan­cer la re­cher­cher sur la ma­la­die d’Hun­ting­ton.

De­puis, elles en­chaînent les en­traî­ne­ments sur les hau­teurs Suisse nor­mande. Sur terre ou sur l’eau, il ne se­ra donc pas rare de les croi­ser en at­ten­dant leur dé­part tant at­ten­du vers la Mar­ti­nique.

« Pour la bonne cause »

■PRATIQUE

Pour sou­te­nir les Fab’uleuses, ren­dez-vous sur leur site In­ter­net les­fa­bu­leu­se­sau­raid­de­sa­lizes. blog­spot.fr/ou sur leur page Fa­ce­book Les Fab’uleuses. Pour par­ti­ci­per à la col­lecte, ce­la se passe sur Leet­chi. com avec les mots-clés : Les Fab’uleuses du Raid des Ali­zés 2016.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.