Face aux cri­tiques, le pro­prié­taire se dé­fend

L'Orne Combattante (FL) - - CONDÉ ET SON PAYS - M.T.

Le ma­noir de Con­dé B & B pres­tige rue du Mes­nil es­suie des cri­tiques sur un grand site de voyage. Le pro­prié­taire Vir­gile Ver­griete ré­pond aux avis né­ga­tifs.

Le com­men­taire sur Tri­pad­vi­sor, un site web in­ter­na­tio­nal qui offre des avis et des conseils tou­ris­tiques, est da­té du 27 juin der­nier et est cin­glant : « Étu­diants en école d’in­fir­miers, nous sou­hai­tions pas­ser un mo­ment tous en­semble afin de fê­ter di­gne­ment la fin de nos trois an­nées de for­ma­tion. Nous avons eu af­faire à un pro­prié­taire pré­sen­tant un manque af­fli­geant de pro­fes­sion­na­lisme : tu­toie­ment de ri­gueur, pro­pos à conno­ta­tion sexuelle, vul­ga­ri­té… La liste pour­rait en­core être longue ! […] Ce der­nier a fait in­ter­ve­nir la gen­dar­me­rie pour ta­page noc­turne, ce qui nous a va­lu une amende de 68 €. A cette somme s’ajoute 100 € de pré­ju­dices que le pro­prié­taire nous a ré­cla­mé. […] Bien que le gîte soit re­la­ti­ve­ment char­mant en ex­té­rieur, l’in­té­rieur est une vé­ri­table ca­tas­trophe et ne mé­rite ab­so­lu­ment pas son titre de « pres­tige ». La pro­pre­té laisse ter­ri­ble­ment à dé­si­rer. […] Nous avons au fi­nal été mis à la porte après l’état des lieux, le pro­prié­taire étant fer­mé à toute dis­cus­sion. […] À fuir comme la peste ! »

Joint par mail, l’au­teur du com­men­taire, un cer­tain Ju­lien, per­siste et signe, pho­tos à l’ap­pui : « Nous ne gar­dons éga­le­ment pas un très bon sou­ve­nir du pro­prié­taire du gîte, qui a gâ­ché notre der­nier mo­ment entre étu­diants. »

« J’ai été flin­gué »

Ren­con­tré il y a quelques jours, Vir­gile Ver­griete, le pro­prié­taire des chambres d’hôtes, ne dé­co­lère pas. « J’ai été flin­gué sur In­ter­net. Au­tant on peut ac­cep­ter la cri­tique construc­tive mais là… » Ce der­nier ex­plique : « Ils sont res­tés trois nuits ici. Ils avaient un grand es­pace pour eux avec no­tam­ment une pis­cine. Ils ont fou­tu un bor­del dès leur ar­ri­vée en ins­tal­lant deux en­ceintes près de la pis­cine. Le son n’a pas arrêté en­suite. »

Un en­droit fa­mi­lial

Du­rant ces quelques jours, la gen­dar­me­rie in­ter­vient et dresse un PV pour ta­page noc­turne. Un voi­sin se plaint. Des clients vont même quit­ter leur chambre.

« Sur ce point, j’ai de­man­dé 100 € de com­pen­sa­tion aux étu­diants », ajoute Vir­gile qui pro­pose ses chambres d’hôtes de­puis quatre ans.

« Je ne loue pas de chambres pour faire la fête ! » Quand aux cri­tiques sur l’état des lieux, Vir­gile contre at­taque. « Je n’ai qu’un seul site de ré­fé­rence, c’est Boo­king.com où mes chambres d’hôtes sont no­tées 8,3/10. »

Le pro­prié­taire tient à pré­ci­ser que l’éta­blis­se­ment est « un en­droit très fa­mi­lial. Nous sommes dans une zone pa­villon­naire. »

Vir­gile re­grette cet in­ci­dent. « Cer­tains clients viennent ici avec ap­pré­hen­sion se de­man­dant sur quoi ils vont tom­ber. Mais je suis ras­su­ré, je suis com­plet toute la sai­son. »

Vir­gile Ver­griete est le pro­prié­taire du ma­noir de Con­dé B & B pres­tige rue du Mes­nil.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.