Na­tha­lie Thi­beaudDu­foure, nou­velle prin­ci­pale

Franck Ma­rie étant par­ti dans un éta­blis­se­ment du Cal­va­dos, c’est Na­tha­lieT­hi­beaudDu­foure, qui lui suc­cède au poste de prin­ci­pal du col­lège Re­né-Cas­sin.

L'Orne Combattante (FL) - - ATHIS ET SON PAYS -

Na­tha­lie Thi­beaudDu­foure, 48 ans, vient de prendre ses fonc­tions à la tête du col­lège Re­né-Cas­sin, où elle suc­cède à Franck Ma­rie, par­ti exer­cer les mêmes fonc­tions dans le col­lège de Mer­vil­lF­ran­ce­ville, dans le Cal­va­dos.

Ori­gi­naire de Seine-Ma­ri­time où elle a dé­bu­té sa car­rière d’en­sei­gnante en qua­li­té de pro­fes­seur des écoles dans le pre­mier de­gré à Sot­te­ville-lès-Rouen, Na­tha­lie Thi­beaud-Du­foure, est ma­riée et ma­man d’une jeune fille. C’est en 2010 qu’elle a pris son pre­mier poste de prin­ci­pale ad­jointe dans le col­lège l’Oi­seauB­lanc de Cri­que­tot-l’Es­ne­val, dans le pays de Caux, avant de re­joindre le col­lège Théo­phi­leGau­tier, au Havre, en 2013.

Un éta­blis­se­ment dy­na­mique

« Ce sont deux ex­pé­riences dif­fé­rentes. Le pre­mier est un éta­blis­se­ment de 850 élèves dans un mi­lieu fa­vo­ri­sé si­tué dans une pe­tite ville sem­blable à Athis-de-l’Orne, tan­dis que le se­cond est dans un sec­teur dé­fa­vo­ri­sé en Zep (zone d’édu­ca­tion prio­ri­taire) au Havre avec 340 élèves. Re­né-Cas­sin, à Athis, est mon pre­mier poste de prin­ci­pale, dans un éta­blis­se­ment qui compte un peu moins d’élèves que les deux pre­miers. C’est aus­si mon pre­mier poste dans le dé­par­te­ment de l’Orne » in­siste Na­tha­lie Thi­beaud-Du­foure.

Fort de ses 274 élèves à la ren­trée 2016, le col­lège Re­néCas­sin pos­sède 11 classes : trois de 6e, de 4e et de 3e et deux de 5e.

« J’ai dé­cou­vert un éta­blis­se­ment tout neuf, très dy­na­mique à l’image de son équipe en­sei­gnante et ad­mi­nis­tra­tive avec les­quelles on peut tra­vailler dans de bonnes condi­tions. J’ai fait le choix de la mo­bi­li­té dans ma car­rière et ce­la per­met de dé­cou­vrir dif­fé­rents types de fonc­tion­ne­ment d’éta­blis­se­ment. Ce­la ouvre l’es­prit et ça donne une autre idée de la pro­fes­sion. Je suis très heu­reuse de mon ar­ri­vée à Athis où je ne suis pas là pour tout ré­vo­lu­tion­ner. »

En de­hors de la prin­ci­pale, un poste de conseiller prin­ci­pal d’édu­ca­tion a été créé à la ren­trée ce qui est un réel avan­tage pour le fonc­tion­ne­ment de l’éta­blis­se­ment. En fait, il est oc­cu­pé à mi-temps par deux per­sonnes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.