À 49 ans, elle tâche de vivre avec 496 € par mois

Voi­là 3 ans qu’elle mul­ti­plie les pe­tits contrats. À 49 ans, Ly­die Du­pont vit avec 496 € par mois et le risque de se voir cou­per l’élec­tri­ci­té faute de paie­ment. Un frein à sa re­cherche d’em­ploi aux yeux du co­mi­té lo­cal des tra­vailleurs pri­vés d’em­ploi ou

L'Orne Combattante (FL) - - SUISSE NORMANDE -

pour­tant in­dis­pen­sable pour contacter les re­cru­teurs.

Pour re­bon­dir, Ly­die Du­pont s’est lan­cé un dé­fi : ap­pri­voi­ser les nou­velles tech­no­lo­gies. Ré­dac­tion de mails et trai­te­ment de texte se­ront no­tam­ment au pro­gramme de ces quatre mois de for­ma­tion. « De Saint-Ré­my-sur-Orne, où j’ha­bite, à Fa­laise, où se dé­roule la for­ma­tion, il y a 58 km. Seule­ment, les in­dem­ni­tés ki­lo­mé­triques ne sont dé­li­vrées qu’à par­tir de 60 km », ex­plique-telle, fa­ti­guée. « Je vis tout ça très mal. Tout s’ac­cu­mule, rien ne se passe. »

Cette in­dem­ni­té ki­lo­mé­trique, Na­tha­lie Ygé en­tend se battre pour qu’elle l’ob­tienne : « Je pense qu’il y a moyen de faire pres­sion. 0,21 cts par ki­lo­mètre, ce se­rait un bon coup de pouce ».

Et que fe­ra-t-elle au terme de cette for­ma­tion ? « Pour le mo­ment, ça me per­met sur­tout de dé­con­nec­ter de la vie quo­ti­dienne. J’en ai un peu ras le bol », concède Ly­die Du­pont. Après avoir tra­vaillé pen­dant près de 20 ans en tant qu’auxi­liaire de vie, Ly­die Du­pont se ver­rait bien dans le com­merce. « Une place de cais­sière me plai­rait bien. »

Un em­ploi du­rable

De son cô­té, le co­mi­té lo­cal des tra­vailleurs pri­vés d’em­ploi ou pré­caires conti­nue son ac­tion au­près des gens en pré­ca­ri­té so­ciale, « ils sont de plus en plus nom­breux. […] Dans le Cal­va­dos, on suit une cen­taine de per­sonnes comme Ly­die ». Pour cette der­nière, Na­tha­lie Ygé en­tre­voit une so­lu­tion. « En cou­pant l’ac­cès à l’élec­tri­ci­té, Di­rect éner­gie va ré­si­lier le contrat comme le veut leur pro­cé­dure. Nous al­lons rou­vrir un compte chez ERDF. Vu sa si­tua­tion, elle au­ra droit au main­tien de l’éner­gie et à un ta­rif ré­gu­lier. » Comme l’oblige la loi contre l’ex­clu­sion. La même qui in­ter­dit les cou­pures d’eau. « Il faut que les gens prennent conscience qu’ils ont des droits et qu’il faut les res­pec­ter », mar­tèle Na­tha­lie Ygé qui ne perd pas de vue son ob­jec­tif : « que les gens re­trouvent un em­ploi du­rable ». Au­drey Che­val­lier

Pour plus d’in­for­ma­tions, con­tac­tez Pa­trick Ygé au 06 43 51 69 82 ou Na­tha­lie Ygé au 07 85 33 31 08.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.