Der­nière ligne droite pour la pré­pa­ra­tion phy­sique

À trois se­maines de l’évé­ne­ment, il est grand temps d’af­fû­ter sa condi­tion phy­sique pour être fin prêt pour le jour J.

L'Orne Combattante (FL) - - SPORTS -

La 42e édi­tion de la course pé­destre Flers - Cerisy, va se dis­pu­ter, di­manche 23 oc­tobre. Elle est or­ga­ni­sée pour la deuxième an­née consé­cu­tive, par Flers-cy­clisme 61. Comme pour toute épreuve spor­tive, un mi­ni­mum de pré­pa­ra­tion s’im­pose pour es­pé­rer ob­te­nir un bon ré­sul­tat. Si le pro­blème ne se pose pas pour les cou­reurs confir­més, il n’en est pas de même pour les ’’ama­teurs’’, cou­ram­ment ap­pe­lés les cou­reurs du di­manche. Celles et ceux qui font leur foo­ting heb­do­ma­daire et qui se lancent un dé­fi en s’ali­gnant au dé­part d’une course comme Flers - Cerisy et ses 13 km (12,400 exac­te­ment) dont les deux der­niers en mon­tée avec une pente moyenne de 7,5 %.

Une dif­fi­cul­té pas si fa­cile à né­go­cier lorsque la fa­tigue se fait res­sen­tir. C’est pour ce­la qu’une bonne pré­pa­ra­tion est né­ces­saire. À cette date de l’évé­ne­ment, à moins de cou­rir presque tous les jours, in­utile d’es­pé­rer un bon ré­sul­tat, si vous n’avez pas en­core fait un seul ki­lo­mètre d’en­traî­ne­ment. Re­met­tez votre pro­jet à l’édi­tion 2017. À 3 se­maines du dé­part, il faut passer à l’étape su­pé­rieure en matière de pré­pa­ra­tion. Le fon­cier, c’est-à-dire la ges­tion de la dis­tance doit dé­jà être as­si­mi­lé. Il ne faut ce­pen­dant plus re­lâ­cher la pres­sion. C’est la par­tie ré­sis­tance qu’il faut en­ta­mer à sa­voir, la vi­tesse de course. Tout dé­pend de l’ob­jec­tif fixé, mais le mieux est de cou­rir au moins 5 ki­lo­mètres à un rythme sou­te­nu. Plus vite que ce­lui du foo­ting heb­do­ma­daire.

L’idéal est d’aug­men­ter la du­rée de l’ef­fort pro­gres­si­ve­ment chaque se­maine, à cha­cune des séances (au moins deux, si ce n’est trois) jus­qu’à la veille du dé­part où il faut bien avoir ré­cu­pé­ré pour être au top sur la ligne de dé­part.

Une mau­vaise pré­pa­ra­tion, ou in­suf­fi­sante, et la per­for­mance ne se­ra pas au bout.

Une bonne pré­pa­ra­tion passe aus­si par une alimentation saine. Met­tez de cô­té les graisses et sauces ain­si que les bois­sons al­coo­li­sées pour pri­vi­lé­gier les sucres lents et les fé­cu­lents (pâtes clas­siques au blé com­plet, riz, pommes de terre - at­ten­tion la pu­rée de­vient un sucre ra­pide -, pa­tates douces, boul­gour, to­pi­nam­bours, blé, fla­geo­lets, len­tilles, pois chiches, pois cas­sés, se­moule, maïs, pe­tits pois, ha­ri­cots rouges, ha­ri­cots blancs…) qui sont les car­bu­rants du spor­tif. N’éli­mi­nez pas un pe­tit verre de bon vin à chaque re­pas si vous en avez l’ha­bi­tude.

Dé­sor­mais, à vous de jouer en at­ten­dant, le di­manche 23 oc­tobre et l’heure du dé­part de la course.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.