Co­ra­lie dans l’aven­ture The Voice Kids sur TF1

À 14 ans, Co­ra­lie Ouat­ma­ni col­lé­gienne tin­che­brayenne est pré­sé­lec­tion­née pour l’émis­sion de TF1, The Voice Kids.

L'Orne Combattante (FL) - - LA UNE -

« Il n’y a pas d’âge pour avoir du ta­lent » c’est ce que dé­montre l’émis­sion « The Voice kids » de­puis quelques édi­tions, en réunis­sant les meilleurs chan­teurs ju­niors de France âgés de 6 à 15 ans. La ver­sion 2017 est dé­jà prête, la sui­vante re­pré­sente un es­poir ma­jeur pour Co­ra­lie Ouat­ma­ni, col­lé­gienne Tin­che­brayenne de 14 ans qui par­tage son temps entre ses études et sa pas­sion pour le chant et le spec­tacle. Le vain­queur de la pro­chaine édi­tion de la cé­lèbre émis­sion qui existe dé­jà dans 24 pays rem­por­te­ra une bourse d’étude mu­si­cale.

Si Co­ra­lie est bien jeune, elle n’est pas pour au­tant une no­vice dans le monde du spec­tacle « elle n’avait pas deux ans, qu’elle nous sui­vait sur les tour­nées de la troupe et chan­tait tous les titres, ex­plique en sou­riant sa ma­mie An­nick Ber­net, res­pon­sable de la troupe « Nor­man­die en Fêtes », pen­dant les va­cances on avait l’ha­bi­tude de les em­me­ner sa soeur et elle avec nous. Elles s’en­dor­maient dans les cou­lisses, trai­naient sur scène, nous ac­com­pa­gnaient dans les bals, cô­toyaient les ma­quilleurs et les dan­seurs. De­puis, Co­ra­lie n’a ja­mais ar­rê­té de chan­ter ! »

Il faut tra­vailler sa voix

Alors, lors­qu’en juillet der­nier, une ra­dio lo­cale contacte An­nick Ber­net pour lui de­man­der si elle connais­sait des can­di­dats pour les au­di­tions des pro­chaines émis­sions de « The Voice », elle n’a pas dou­té. « J’ai en­voyé deux chan­teurs de la troupe Lau­ra Fa­vry et Ma­nuel Fer­nan­dez et Co­ra­lie bien évi­dem­ment. Elle chante juste, elle pos­sède ce don, elle a l’oreille, mais ce n’est pas suf­fi­sant. Pour es­pé­rer être sé­lec­tion­né à ce genre de pro­gramme, il faut tra­vailler sa voix. Il a fal­lu la dé­blo­quer, alors on l’a fait chan­ter, puis on lui a fait écou­ter. Elle s’est ren­du compte qu’il al­lait fal­loir tra­vailler dur pour être « la voix ! » ».

An­nick Ber­net « a le nez » pour dé­ni­cher les ta­lents, c’est elle qui avait dé­cou­vert Amau­ry Vas­si­ly qui avait re­pré­sen­té la France à l’Eu­ro­vi­sion, elle avait éga­le­ment ré­vé­lé Fa­bien Bal­la­rin et Sé­bas­tien Agius, des chan­teurs de co­mé­dies mu­si­cales (Blanche Neige, La Belle au Bois dor­mant, Dra­cu­la, 1789) L’un des chan­teurs de sa troupe a dé­jà par­ti­ci­pé à « The Voice ». Ce­pen­dant, elle a pré­ve­nu sa pe­tite fille « les au­di­tions, c’est éprou­vant, ce­la se passe sou­vent très mal car les pro­fes­sion­nels de la chan­son sont par­fois très cas­sants, je les connais, elles se ter­minent sou­vent en pleurs ! Si je n’avais pas sen­ti qu’elle avait ses chances, je ne l’au­rais pas lais­sée se cas­ser les dents avec ce genre d’épreuve »

Un été à chan­ter

Alors Co­ra­lie a pas­sé son été à chan­ter, en­ca­drée par Cin­dy Coi­gnard, pro­fes­seur de chant et de pia­no à « Arts et Loi­sirs » à Tin­che­bray. « Chaque se­maine, de­puis deux ans, je prends 30 mn de cours avec elle ». Elle éga­le­ment été prise en main par son pa­py Jo­sé « d’ha­bi­tude, il est plu­tôt co­ol lors­qu’il fait ré­pé­ter les ar­tistes, avec Co­ra­lie, il l’a fai­sait ré­pé­ter pen­dant des heures, lui di­sait chaque fois, que non, ce n’était pas ça ! ex­plique An­nick Ber­net. Oui, af­firme la jeune chan­teuse, c’était épui­sant l’en­re­gis­tre­ment avec pa­py, mais c’était co­ol ! »

Il fal­lait faire par­ve­nir deux en­re­gis­tre­ments pour être sé­lec­tion­né comme can­di­dat aux au­di­tions qui ont eu lieu le 16 oc­tobre der­nier à Vire « j’ai dû chan­ter un titre en an­glais : Ho­me­less d’Ali­cia Keys et un en fran­çais : Tous les cris les SOS de Ba­la­voine ». Puis, du­rant plu­sieurs se­maines, alors qu’elle conti­nuait de tra­vailler sa voix avec un mi­cro et un re­tour, Co­ra­lie Ouat­ma­ni a at­ten­du d’être con­tac­tée pour pas­ser l’au­di­tion.

Le travail a payé, Co­ra­lie a été convo­quée pour pas­ser les au­di­tions à Vire, Bru­no Ber­beres. C’est le di­rec­teur de cas­tings pour « The Voice » c’est aus­si la ré­fé­rence en ma­tière de co­mé­dies mu­si­cales, c’est par lui que passent toutes les au­di­tions des co­mé­dies mu­si­cales pa­ri­siennes. Ce jour-là, 60 per­sonnes avaient été sé­lec­tion­nées : 40 adultes et 20 jeunes.

Co­ra­lie est pas­sée en 10e po­si­tion, sa fa­mille dans le pu­blic était stres­sée « elle a don­né le maxi­mum d’el­le­même ce jour-là sur scène. Tout s’est pour­tant fait dans de mau­vaises conditions, la so­no n’était pas au point, il n’y avait pas de re­tour, c’était épou­van­table, mais elle ne s’est pas lais­sée dé­con­te­nan­cer lors­qu’elle a in­ter­pré­té Ho­me­less ».

Pour­tant, aux trois quarts de son in­ter­pré­ta­tion, Bru­no Ber­beres lui fait un signe de l’in­dex, lui mon­trant la sor­tie. Il en avait as­sez en­ten­du, alors qu’il avait lais­sé chan­ter les pré­cé­dents jus­qu’à la fin. « À ce mo­ment­là, j’ai com­pris que tout était per­du sou­ligne Co­ra­lie ». « Et elle lui a en­voyé un de ces re­gards ! Pré­cise la ma­mie, mais je l’avais pré­ve­nue ! Lors de ces au­di­tions, on ne sait ja­mais si c’est bon signe lors­qu’on vous laisse in­ter­pré­ter votre titre jus­qu’au bout ou non. Soit le ju­ry trouve ce­la nul et vous ren­voie, soit, il est convain­cu par votre voix et n’a pas be­soin d’en en­tendre plus, c’est très stres­sant ! »

Elle aime la va­rié­té

Quelques se­maines plus tard, la grande nou­velle est ar­ri­vée, Co­ra­lie Ouat­ma­ni est sé­lec­tion­née pour la suite des au­di­tions. De­puis, elle n’a pas ar­rê­té de tra­vailler. « Ce qui est for­mi­dable avec elle, c’est qu’elle est ca­pable de s’ac­ca­pa­rer n’im­porte quel ré­per­toire, elle est aus­si à l’aise avec de vieux titres qu’avec des nou­veau­tés. Elle aime la va­rié­té ». La chan­teuse en herbe a conti­nué d’ac­com­pa­gner la troupe « Nor­man­die en fêtes » mon­tant ré­gu­liè­re­ment sur scène pour y in­ter­pré­ter des chan­sons.

Sa pro­chaine au­di­tion pour « The Voice Kids » au­ra lieu à Pa­ris, avec les meilleures voix de France. Pour l’ins­tant, elle ne connaît pas en­core la date. Ses co­pines sont en ad­mi­ra­tion de­vant son ta­lent. « Je n’au­rais ja­mais cru être sé­lec­tion­née, je suis très heu­reuse ! »

Dans quelques jours, Co­ra­lie se­ra à Pa­ris « pour mon stage d’ob­ser­va­tion de 3e, j’ai de­man­dé un stu­dio d’en­re­gis­tre­ment, j’ai été ac­cep­tée »

An­nick Ber­net quant à elle sur­veille le travail de sa pe­tite fille « cette sé­lec­tion est une vic­toire certes, mais rien n’est joué, le monde du spec­tacle est dif­fi­cile, il faut gar­der les pieds sur terre et tou­jours se re­mettre en ques­tion. Rien n’est ac­quis pour tou­jours ».

Dans le stu­dio de « Arts et Loi­sirs » à Tin­che­bray, Co­ra­lie ré­pète as­si­du­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.