90 per­sonnes ma­ni­festent pour sou­te­nir le peuple sy­rien

Quelques heures avant un ces­sez-le-feu en Sy­rie, 90 per­sonnes se sont ras­sem­blées à Flers pour sou­te­nir le peuple sy­rien qui su­bit cette guerre.

L'Orne Combattante (FL) - - FLERS ET SON PAYS -

Ils étaient près de 90 réunis pour ma­ni­fes­ter leur sou­tien au peuple sy­rien. Jeu­di 29 dé­cembre, sur la place Saint-Ger­main à Flers, plu­sieurs as­so­cia­tions avaient or­ga­ni­sé un ras­sem­ble­ment pour té­moi­gner d’un sou­tien au peuple sy­rien.

Quelques heures avant un ces­sez-le-feu entre les re­belles et Da­mas, qui a pris ef­fet à minuit, les per­sonnes ras­sem­blées à Flers ont lu des dis­cours et des lettres de ré­fu­giés.

« Au dé­part, ce sont les évé­ne­ments d’Alep qui nous ont pous­sés à faire ce ras­sem­ble­ment », confiait Ma­rie-Fran­çoise Des­fou­gères, pré­si­dente de l’ASTI (As­so­cia­tion de sou­tien aux tra­vailleurs im­mi­grés) et membre d’Am­nes­ty In­ter­na­tio­nal. « Nous sommes ras­sem­blés pour dé­non­cer les crimes de guerre, les mas­sacres, les dis­pa­ri­tions, la tor­ture et l’uti­li­sa­tion d’armes chi­miques. En Sy­rie, on compte 85 000 ci­vils morts. Près de six mil­lions de Sy­riens ont quit­té leur pays ».

Tout en ex­pli­quant que ces ci­vils ont dû fuir les bombes et les com­bats pour cher­cher la sé­cu­ri­té dans d’autres pays, Ma­rie-Fran­çoise Des­fou­gères lance un ap­pel : « Cer­taines fa­milles de ré­fu­giés sont ar­ri­vées à Flers. Ac­cueillons-les avec bien­veillance ! »

L’Ami­cale fran­co turque de Flers fai­sait par­tie des or­ga­ni­sa­teurs de cette ma­ni­fes­ta­tion. Ok­bay Ay­tan, membre de l’Ami­cale fran­co turque, di­sait être là « pour dire que l’hu­ma­ni­té n’est pas morte ».

Par­mi les ma­ni­fes­tants, une fa­mille sy­rienne ré­fu­giée à Flers était pré­sente. Ve­nus de Da­mas, Ah­med Al Go­ri et ses en­fants ont ému l’as­sis­tance en di­sant quelques mots en arabe au mé­ga­phone. Une tra­duc­trice a tra­duit ses propos : « En ar­ri­vant ici, nous n’avons pas sen­ti de fron­tière avec les gens. Ici, je me sens comme tout le monde. Je re­mer­cie ceux qui m’ont ai­dé, sou­te­nus ». Ex­pli­quant qu’il s’est sen­ti bien ac­cueilli en Nor­man­die, Ah­med Al Go­ri est heu­reux de consta­ter que « tout le monde est prêt » à l’ai­der.

À l’is­sue de la ma­ni­fes­ta­tion, le re­pré­sen­tant de l’Ami­cale fran­co turque a an­non­cé une marche pour la paix, en sou­tien au peuple sy­rien, pré­vue le 7 jan­vier au dé­part de la mos­quée de Flers, dans le quar­tier du PontFé­ron.

Ah­med Al Go­ri et sa fa­mille disent avoir été bien ac­cueillis à Flers.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.