Bus : un ou­til pour sau­ver des vies

Les bus VTNI (Né­mus, Cap Orne…) vont bien­tôt dis­po­ser d’un nou­vel ou­til de sé­cu­ri­té : le mar­teau brise vitre coupe cein­ture. Une idée à moins de 4 € l’uni­té que l’en­tre­prise veut im­po­ser à tous les vé­hi­cules de France.

L'Orne Combattante (FL) - - LA UNE - T.G.

Après le kit de sé­cu­ri­té (avec son triangle et son gi­let) de­ve­nu obli­ga­toire dans tous les vé­hi­cules, voi­ci ve­nir ce qui se­ra peut-être le pro­chain équi­pe­ment de sé­cu­ri­té que chaque conduc­teur de­vra pos­sé­der.

Ce pe­tit ou­til, qui coûte moins de 4 €, se nomme le mar­teau brise vitre coupe cein­ture.

Ré­cem­ment, il a per­mis à VTNI, une en­tre­prise or­naise fi­liale de Trans­dev dont l’un des dé­pôts est ba­sé à Flers, de rem­por­ter un prix « Ini­tia­tives sé­cu­ri­té » face à plu­sieurs en­tre­prises de France. Il s’agis­sait, pour les en­tre­prises par­ti­ci­pantes, de trou­ver une idée ef­fi­cace pour amé­lio­rer la sé­cu­ri­té dans les trans­ports.

« Quatre en­tre­prises dans toute la France ont été re­te­nues comme lauréats de ce concours. Nous en fai­sons par­tie. C’est une idée que nous avons fait re­mon­ter grâce à nos sa­la­riés », se fé­li­cite Lu­do­vic Le­fevre, di­rec­teur de VTNI.

Après ce prix, l’en­tre­prise en­tend équi­per tous ses vé­hi­cules avec ce pe­tit ob­jet. Il se­ra ins­tal­lé juste en des­sous du ta­bleau de bord des chauf­feurs des bus Né­mus, Cap Orne… Les bus VTNI ef­fec­tuant des trans­ports sco­laires en se­ront, aus­si, équi­pés. « Il y a beau­coup d’idées mais sou­vent elles re­pré­sentent un bud­get im­por­tant. Là, ça ne coûte pas cher et ça peut per­mettre d’amé­lio­rer la sé­cu­ri­té », confie Lu­do­vic Le­fevre.

À quoi sert cet ou­til ? Il per­met de sec­tion­ner une cein­ture blo­quée en cas de be­soin. Dans la si­tua­tion d’un ac­ci­dent de la route et s’il faut éva­cuer les pas­sa­gers du vé­hi­cule ra­pi­de­ment, ce coupe cein­ture peut s’avé­rer in­dis­pen­sable. « Hier, quand le conduc­teur était blo­qué par sa cein­ture, il ne pou­vait pas : ve­nir en aide aux pas­sa­gers, faire éva­cuer le car, ou­vrir les is­sues de se­cours, ten­ter d’éteindre un dé­but d’in­cen­die et il ne pou­vait pas sau­ver sa vie », dé­taille Fré­dé­ric Le­fevre.

Par­fois, l’ou­til peut prou­ver son uti­li­té en de­hors d’un contexte d’ac­ci­dent. « Il peut même s’agir d’une simple cein­ture qui se bloque. Nous avons l’exemple d’un chauf­feur qui ne par­ve­nait pas à dé­blo­quer la cein­ture d’une éco­lière. Il a été obli­gé de de­man­der à l’éta­blis­se­ment où elle était sco­la­ri­sée de trou­ver quelque chose pour cou­per la cein­ture. Avec cet ob­jet, le pro­blème se se­rait ré­glé plus ra­pi­de­ment », évoque le di­rec­teur de VTNI.

Convain­cu de l’uti­li­té de ce pe­tit ac­ces­soire, et sans doute gal­va­ni­sé par le prix ob­te­nu, le di­rec­teur veut al­ler plus loin en mi­li­tant pour que le mar­teau brise vitre coupe cein­ture de­vienne obli­ga­toire pour tout le monde : « On sou­haite que tous les vé­hi­cules en soient équi­pés et que ça de­vienne une obli­ga­tion des construc­teurs pour les bus et les voi­tures ».

Lu­do­vic Le­fevre (à gauche sur la photo), di­rec­teur de VTNI, sa­lue l’idée pro­po­sée par ses sa­la­riés qui a per­mis à l’en­tre­prise de re­ce­voir un prix.

Ce mar­teau brise vitre coupe cein­ture va équi­per tous les bus de VTNI. Le di­rec­teur de l’en­tre­prise veut mi­li­ter pour sa gé­né­ra­li­sa­tion dans tous les vé­hi­cules de France.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.