Yves Goas­doué n’était pas fa­vo­rable au dé­fi­lé

L'Orne Combattante (FL) - - FLERS ET SON PAYS -

Dans un com­mu­ni­qué, le dé­pu­té-maire de Flers, Yves Goas­doué, a fait sa­voir, la veille de l’évé­ne­ment, qu’il n’était pas fa­vo­rable à un dé­fi­lé en centre-ville de Flers.

« Les ini­tia­tives en fa­veur de la paix en Sy­rie et de la fra­ter­ni­té entre les peuples doivent être sa­luées. Je tiens ce­pen­dant à in­di­quer, que même si cette ma­ni­fes­ta­tion a été au­to­ri­sée par l’au­to­ri­té pré­fec­to­rale, la forme qu’elle re­vêt ne re­cueille pas mon as­sen­ti­ment. Je ne crois pas qu’il soit op­por­tun, sous l’em­pire de l’état d’ur­gence, de mo­bi­li­ser po­li­ciers et gen­darmes mo­biles pour pro­té­ger un dé­fi­lé. Je pense que ces forces doivent être conser­vées au re­pos pour ser­vir lorsque ce­ci est vrai­ment né­ces­saire », a sou­li­gné le dé­pu­té-maire de Flers.

Il a es­ti­mé aus­si « que la gêne oc­ca­sion­née en ville un sa­me­di après-mi­di porte at­teinte à la li­ber­té d’al­ler et ve­nir et en­trave le commerce ». Yves Goas­doué au­rait pré­fé­ré « un ras­sem­ble­ment sta­tique ». Il a conclu son com­mu­ni­qué en in­di­quant que la Ville de Flers n’ap­por­tait « pas sa cau­tion à cette ini­tia­tive louable sur le fond mais tout à fait in­op­por­tune sur la forme ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.