Épouses et fa­milles for­mées aux pre­miers se­cours

L'Orne Combattante (FL) - - TINCHEBRAY ET SON PAYS -

À la de­mande des épouses et fa­milles de pom­piers de Tin­che­bray, une for­ma­tion PSC 1 a été mise en place au centre de se­cours. Oli­vier De­bart et Sa­muel Mis­pe­laere ont ani­mé cette for­ma­tion du­rant deux ma­ti­nées au­près de 8 per­sonnes.

Pour l’une d’entre elles, « il est es­sen­tiel de sa­voir ré­agir si l’on se trouve en pré­sence d’une per­sonne en dan­ger. Il faut ac­qué­rir des ré­flexes. Au­jourd’hui nous re­ce­vons trop d’in­for­ma­tions de si­tua­tions ex­trêmes. Nous de­vrions tous être en me­sure de faire quelque chose ». Les par­ti­ci­pantes savent que dans plu­sieurs pays du nord de l’Eu­rope, ces for­ma­tions sont obli­ga­toi­re­ment dis­pen­sées dès le col­lège, cer­taines pro­fes­sions doivent être sanc­tion­nées d’un di­plôme de se­cou­riste.

Mal en­ca­dré en France

« En France, il manque des textes en­ca­drant cette pos­si­bi­li­té, ex­plique Oli­vier De­bart, comme pro­fes­sion­nels du se­cou­risme, on constate qu’il est tou­jours pré­fé­rable qu’un pa­tient ait re­çu les pre­miers gestes de se­cours, il vaut mieux un mas­sage car­diaque mal fait que rien du tout. Ce­la sauve des vies ».

Les can­di­dates ont ap­pris à les faire, savent com­ment pla­cer une per­sonne en PLS lors­qu’elle est in­ani­mée. De­puis les nom­breux at­ten­tats, la for­ma­tion ini­tiale et gra­tuite pro­po­sée il y a quelques mois dans tous les centres de se­cours, un grand nombre de per­sonnes s’in­té­resse à la for­ma­tion PSC 1.

Des ses­sions en fonc­tion des de­mandes

« On pour­rait en­vi­sa­ger une for­ma­tion par se­mestre sur Tin­che­bray pré­cise Sa­muel Mis­pe­laere, il suf­fi­rait de ca­ler les dis­po­ni­bi­li­tés de cha­cun, la for­ma­tion peut se faire sur une jour­née, deux de­mi­jour­nées ou bien sur plus de temps. À par­tir du mo­ment ou nous avons suf­fi­sam­ment de per­sonnes vo­lon­taires dis­po­nibles sur un même cré­neau on s’ar­range pour réa­li­ser cette for­ma­tion ».

La ben­ja­mine du groupe, Ma­non n’a que 12 ans, elle aus­si a re­çu son di­plôme « j’ai­me­rais être le pre­mier maillon de la chaîne de se­cours si l’un de mes ca­ma­rades au col­lège avait be­soin de mon aide ».

Ren­sei­gne­ments et in­for­ma­tions : Oli­vier De­bart : 06 70 63 43 09.

Ces for­ma­tions peuvent être dis­pen­sées à la de­mande.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.