J. Nu­ry dé­si­gné par son par­ti mais « pas (en­core) can­di­dat »

L'Orne Combattante (FL) - - BOCAGE SUISSE NORMANDE -

Sa­me­di 14 jan­vier, le con­seil na­tio­nal des Ré­pu­bli­cains a dé­si­gné ses can­di­dats aux pro­chaines lé­gis­la­tives les 11 et 18 juin pro­chains. Dans l’Orne, Vé­ro­nique Lou­wa­gie bri­gue­ra sa suc­ces­sion, sur la cir­cons­crip­tion d’Alen­çon, c’est Ber­trand De­niaud qui ten­te­ra de ra­vir le siège de dé­pu­té à Joa­quim Puyeo. Sur Flers-Ar­gen­tan, c’est Jé­rôme

Nu­ry qui a été dé­si­gné. Mais le maire de Tin­che­bray-Bo­cage, pré­sident de Dom­front-Tin­che­bray In­ter­co et 1er vice-pré­sident du con­seil dé­par­te­men­tal

de l’Orne, « n’est pas en­core can­di­dat ».

« Je suis très tou­ché et ho­no­ré que mon par­ti Les Ré­pu­bli­cains m’ait dé­si­gné can­di­dat. Mais Les Ré­pu­bli­cains ont leur ca­len­drier et moi j’ai le mien. Je ne suis pas en­core can­di­dat. Je n’en­vi­sage pas les choses comme ce­la, je ne suis pas tout seul, j’ai tou­jours mar­qué mon en­ga­ge­ment avec mes équipes. Il faut que je les consulte, que ce soit une dé­ci­sion col­lé­giale.

Je com­prends tout à fait que le par­ti se mette en ordre du marche pour la pré­si­den­tielle puis pour les lé­gis­la­tives mais pour moi, c’est en­core loin, sur le ter­rain, il y a en­core beau­coup de su­jets à trai­ter au ni­veau de l’in­ter­com­mu­na­li­té ou des dos­siers com­mu­naux. »

Aban­don des autres man­dats

Des dos­siers lo­caux que Jé­rôme Nu­ry de­vra suivre avec plus de dis­tance en cas d’élec­tion à l’As­sem­blée na­tio­nale. Les textes de loi contre le cu­mul des man­dats ont été pro­mul­gués le 14 fé­vrier 2014. Ils in­ter­disent ain­si à tout par­le­men­taire d’exer­cer un autre man­dat exé­cu­tif lo­cal. In­ter­dic­tion donc pour un dé­pu­té ou un sé­na­teur de res­ter maire, maire dé­lé­gué, pré­sident ou vice pré­sident d’une in­ter­com­mu­na­li­té ou pré­sident et vice-pré­sident du con­seil dé­par­te­men­tal ou ré­gio­nal. il peut ce­pen­dant res­ter simple conseiller.

Bat­tu d’une courte tête en 2012 (888 voix) par Yves Goas­doué (qui que de­vrait pas bri­guer sa suc­ces­sion -lire par ailleurs), on ima­gine mal Jé­rôme Nu­ry ne pas bri­guer le siège. Reste à pré­pa­rer son éven­tuelle suc­ces­sion tant au ni­veau de l’in­ter­com qu’au ni­veau mu­ni­ci­pal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.