Elle prend la fuite pour évi­ter un contrôle

L'Orne Combattante (FL) - - BOCAGE SUISSE NORMANDE -

La Fer­té-Ma­cé.

Le 22 août 2016, les gen­darmes tentent de contrô­ler un scoo­ter, mais ce­lui-ci ne s’ar­rête pas, il fran­chit des stops, des lignes blanches, prend des sens in­ter­dit. Les mi­li­taires, par sou­ci de sé­cu­ri­té cessent la pour­suite. Mais un peu plus tard, il croisent à nou­veau le même en­gin et par­viennent à l’in­ter­cep­ter.

Sa pi­lote, une fer­toise de 30 ans est in­ter­pel­lée et son scoo­ter im­mo­bi­li­sé. A peine sor­tie des lo­caux de la gen­dar­me­rie, elle re­prend pos­ses­sion de son en­gin « ça me fai­sait ch… de re­par­tir à pieds » di­ra-t-elle. Re­pé­rée le len­de­main à bord de sa ma­chine, elle re­fuse à nou­veau de s’ar­rê­ter.

A la barre, la jeune femme ré­pète ce qu’elle a dit lors de la pro­cé­dure. Elle ne s’est pas ar­rê­tée lors du pre­mier contrôle car elle sa­vait que la plaque d’im­ma­tri­cu­la­tion n’était pas bonne « c’était pour évi­ter la contra­ven­tion » avoue-t-elle. Elle pré­cise qu’elle a dû ra­che­ter un cy­clo­mo­teur en­suite pour pou­voir al­ler tra­vailler.

Calme uni­que­ment lors­qu’elle tra­vaille

Son ca­sier ju­di­ciaire sup­por­tant plu­sieurs men­tions pour ou­trages ou re­fus d’ob­tem­pé­rer, elle ré­pond au tri­bu­nal qu’elle a vite ten­dance à s’éner­ver, pré­ci­sant qu’elle n’est calme que lors­qu’elle tra­vaille.

Se­lon Yves Cou­roux, le cas de la pré­ve­nue est un peu par­ti­cu­lier . En ef­fet, il as­sez rare, se­lon lui, de mal­trai­ter l’ins­ti­tu­tion de fa­çon aus­si dé­li­bé­rée et il ajoute qu’elle n’a que faire de l’au­to­ri­té. Il rap­pelle la conduite dan­ge­reuse de la mise en cause qui rou­lait à 70 ki­lo­mètres par heure dans les rues de la Fer­té Ma­cé met­tant en dan­ger pié­tons et au­to­mo­bi­listes. Dé­cri­vant son com­por­te­ment d’in­ad­mis­sible et ajou­tant qu’elle a dé­cla­ré lors de son au­di­tion qu’elle n’a ja­mais pas­sé son per­mis de conduire au mo­tif qu’elle ne l’au­rait pas gar­dé vu sa conduite, il re­quiert de l’em­pri­son­ne­ment ferme, la confis­ca­tion du scoo­ter et deux peines d’amende.

La mise en cause est condam­née en de­çà des ré­qui­si­tions. Elle écope d’une peine de six mois d’em­pri­son­ne­ment dont quatre mois as­sor­tis d’un sur­sis avec mise à l’épreuve de 24 mois avec obli­ga­tions de soins et de tra­vail et de deux amendes de 250 €.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.