Des pan­neaux d’ex­pres­sion pour le monde as­so­cia­tif

De­puis la fin dé­cembre, des pan­neaux d’af­fi­chage ont fleu­ri ici ou là, sur des lieux pas­sa­gers. Ils sont ré­ser­vés aux as­so­cia­tions et or­ga­ni­sa­teurs de ma­ni­fes­ta­tions.

L'Orne Combattante (FL) - - LA FERTÉ -

Mis en place en lien avec le Parc Nor­man­die-Maine, le RLP (ré­gle­ment lo­cal de pu­bli­ci­té) ban­nit au­jourd’hui les pa­non­ceaux an­non­çant des ma­ni­fes­ta­tions sur les bords de route ou dans les gi­ra­toires. « Il est stric­te­ment in­ter­dit de mettre des af­fiches sur le mo­bi­lier ur­bain, sur les pan­neaux de si­gna­li­sa­tion ou les feux tri­co­lores, rap­pellent An­nick Jar­ry, maire-ad­joint, char­gé de l’in­for­ma­tion et de la com­mu­ni­ca­tion, et Sé­ve­rine Gouault, du ser­vice com­mu­ni­ca­tion. Le code de l’en­vi­ron­ne­ment pré­voit en cas de non-res­pect de ces em­pla­ce­ments des sanc­tions pour tout af­fi­chage sau­vage ».

Aus­si, afin d’évi­ter cet af­fi­chage sau­vage sur le do­maine pu­blic et sur les pro­prié­tés pri­vées, et de per­mettre aux or­ga­ni­sa­teurs d’an­non­cer leurs ac­ti­vi­tés (lo­to, be­lote, concert, sa­lons…), la Ville vient de ren­for­cer le nombre des em­pla­ce­ments ré­ser­vés à l’af­fi­chage libre. « Comme la ré­gle­men­ta­tion l’im­pose, notre com­mune dis­pose d’une sur­face d’af­fi­chage de 20 m², 14 pan­neaux sont mis à la dis­po­si­tion de tous, ex­pliquent les deux res­pon­sables. Nous les avons ins­tal­lés à des en­droits pas­sa­gers, en res­pec­tant cer­taines dis­tances entre eux ».

Ces es­paces sont dé­diés à l’af­fi­chage d’opi­nion et à la pro­mo­tion re­la­tive aux ac­ti­vi­tés des as­so­cia­tions sans but lu­cra­tif. « L’af­fi­chage à ca­rac­tère com­mer­cial, ou but lu­cra­tif, y est for­mel­le­ment in­ter­dit, tout comme la pro­pa­gande élec­to­rale. Les as­so­cia­tions n’ont pas be­soin d’une au­to­ri­sa­tion de la mai­rie pour cet af­fi­chage, qui est gra­tuit. Tou­te­fois, nous leur de­man­dons de nous com­mu­ni­quer leurs ani­ma­tions afin que l’on puisse les re­layer sur notre site in­ter­net ».

Pour des ques­tions pra­tiques, la pose de l’af­fiche (A4 ou A3) doit se faire au moyen de colle li­quide, type colle à ta­pis­ser. Au­cune autre fixa­tion n’est to­lé­rée. « Bien en­ten­du, les af­fiches doivent res­pec­ter les règles ha­bi­tuelles de bonnes moeurs et, en au­cun cas, por­ter at­teinte à l’ordre pu­blic, pour­suivent An­nick Jar­ry et Sé­ve­rine Gouault. Si la com­mune es­time que les af­fiches sont dis­cri­mi­na­toires, dif­fa­ma­toires, ou de na­ture à com­pro­mettre la tran­quilli­té pu­blique, la mu­ni­ci­pa­li­té se ré­serve le droit de les re­ti­rer et pour­suivre leurs au­teurs ».

Par ailleurs, il est de­man­dé aux or­ga­ni­sa­teurs d’ap­po­ser leur af­fiche au plus tôt 15 jours avant la date de la ma­ni­fes­ta­tion. Ces pan­neaux se­ront net­toyés et en­tre­te­nus par les ser­vices tech­niques mu­ni­ci­paux une fois par tri­mestre ou se­lon les be­soins. « Comme par­tout, cer­tains risquent de voir leur af­fiche re­cou­verte par une autre, mais nous ne sommes pas là pour faire le gen­darme et nous de­man­dons à cha­cun de se res­pon­sa­bi­li­ser, afin que ces es­paces soient des en­droits de par­tage et d’ex­pres­sion pour tous ».

Pas de pub ! Res­pon­sa­bi­li­ser

Mi­chel Mo­ri­ceau

An­nick Jar­ry et Sé­ve­rine Gouault à l’en­trée du stade Meillon.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.