A. Tour­ret plus que ja­mais der­rière Ma­cron

L'Orne Combattante (FL) - - ENTRE BOCAGE ET SUISSE NORMANDE -

Le dé­pu­té de Vire, Alain Tour­ret est sus­pen­du de ses fonc­tions de pré­sident de la fédération du Cal­va­dos dans le cadre de la cam­pagne des pré­si­den­tielles pour avoir en­voyé aux maires du Cal­va­dos un cour­rier ap­pe­lant à par­rai­ner la can­di­da­ture d’Emmanuel Ma­cron aux pré­si­den­tielles. « C’est pu­re­ment po­li­tique », af­firme le dé­pu­té qui ne compte ab­so­lu­ment pas re­non­cer à son en­ga­ge­ment au­près du can­di­dat à la pré­si­den­tielle. « Chaque jour qui passe, le ren­force. La pri­maire lui a ou­vert un bou­le­vard. Dé­jà parce que son or­ga­ni­sa­tion ne donne pas de ga­ran­tie. Des bu­reaux pré­vus n’ont pas été ou­verts. Il y a un doute sur l’en­semble de la consul­ta­tion », ajoute-t-il.

Alain Tour­ret es­time que si Be­noît Ha­mon est élu di­manche pro­chain, « son élec­tion en­traî­ne­ra des dé­parts par di­zaines du par­ti ». En­core un point qui ren­force le can­di­dat, « qui est sou­te­nu par des per­son­na­li­tés de gauche comme Eli­sa­beth Gui­gou mais aussi de droite comme la femme du maire de Deau­ville, Béa­trice Ogier ». Car plus lo­ca­le­ment dans le Cal­va­dos, 31 maires ont ral­lié Ma­cron dont 26 de la 6e cir­cons­crip­tion.

Tout est donc une ques­tion de temps pour le dé­pu­té qui lie son éven­tuelle can­di­da­ture aux lé­gis­la­tives aux ré­sul­tats de la pré­si­den­tielle. « Je don­ne­rai ma po­si­tion entre les deux tours », af­firme-t-il. « Si Ma­cron est élu, je se­rai can­di­dat et nous au­rons toutes nos chances, si c’est Fillon, ça se­ra plus com­pli­qué ». I.I.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.