Un dé­but d’an­née à la « por­tée his­to­rique »

Le 20 jan­vier, le pré­sident de Flers Ag­glo, Yves Goas­doué, pro­non­çait ses forces vives ». Cette an­née était mar­quée par les nou­velles fron­tières de Flers Ag­glo.

L'Orne Combattante (FL) - - FLERS ET SON PAYS - Tho­mas Gour­lin

Du­rant son dis­cours, il a jon­glé entre des ac­cents gaul­liens et des ex­pres­sions bo­ca­gères. Ven­dre­di 20 jan­vier, le dé­pu­té maire de Flers et pré­sident de Flers Ag­glo, Yves Goas­doué, avait convié ce qu’il convient d’ap­pe­ler « les forces vives » pour une cé­ré­mo­nie de voeux au fo­rum.

Après un pe­tit film pro­mo­tion­nel sur les réa­li­sa­tions de Flers Ag­glo et de la ville de Flers en 2016, Yves Goas­doué a re­pris la pa­role pour évo­quer l’ave­nir proche. Il a, bien en­ten­du, ex­pli­qué à nou­veau les nou­velles fron­tières de l’Ag­glo de Flers, qui re­pré­sente dé­sor­mais 42 com­munes et près de 55 000 ha­bi­tants. Il a évo­qué le par­cours de cet Éta­blis­se­ment pu­blic de co­opé­ra­tion in­ter­com­mu­nale (EPCI) lan­cé en 1994 sous la man­da­ture de Mi­chel Lam­bert, maire de Flers, sous le nom de com­mu­nau­tés de villes. De­ve­nu Com­mu­nau­té d’ag­glo­mé­ra­tion du pays de Flers (CAPF) en 2000 puis Flers Ag­glo en 2016, cet en­semble ur­bain et ru­ral a pris une en­ver­gure nou­velle en 2017.

Ré­élu ré­cem­ment pré­sident de Flers Ag­glo, Yves Goas­doué a dit : « Je crois que nous avons réus­si quelque chose d’as­sez in­édit et dont on ne me­sure pas la por­tée his­to­rique. His­to­ri­que­ment, au­cune des villes de l’Orne n’a su s’al­lier à une autre pour for­mer un axe ur­bain. C’est ce que nous ve­nons de faire ». Voi­là pour les ac­cents gaul­liens…

Il a pour­sui­vi sur ce ton : « La nou­velle ré­gion à cinq dé­par­te­ments, c’est un pe­tit état. C’est la même taille que la Slo­vé­nie », a-t-il no­té avant de dire : « Vu de Rouen, il n’était pas pos­sible d’être un con­fet­ti ».

Tout en ex­pli­quant que cette nou­velle ag­glo se­ra « l’ou­til de dé­ve­lop­pe­ment du ter­ri­toire », Yves Goas­doué a pré­ci­sé qu’elle ne ser­vi­ra pas à gé­rer la proxi­mi­té. « Avec une in­ter­com­mu­na­li­té de cette taille, on ne gère pas les écoles. On ne gère pas de la voi­rie : moi, je ne sais pas s’il faut faire 500 mètres de voi­rie à La Lan­deSaint-Si­méon. Je n’en sais rien. C’est les conseils mu­ni­ci­paux qui le savent. Nous sommes là pour faire ce que les com­munes seules ne peuvent pas faire. Nous sommes là pour amé­na­ger le ter­ri­toire ». Fort de ce pro­pos, Yves Goas­doué a par­lé de la ro­cade Nord Ouest de Flers, de la 2X2 voies entre Flers et Dur­cet ou de l’as­pect éco­no­mique avec le Ci­riam et un centre d’es­sai dy­na­mique « unique en Eu­rope ». Il a aussi évo­qué la por­tée tou­ris­tique de l’ac­tion de Flers Ag­glo.

Évo­quant les fi­nances de l’ag­glo, Yves Goas­doué a par­lé de la né­ces­si­té de conser­ver une cer­taine ri­gueur dans les dé­penses. Il a, alors, sor­ti sa phrase pré­fé­rée du mo­ment, la « punch line » qu’il uti­lise ré­gu­liè­re­ment de­puis sa ré­élec­tion au poste de pré­sident de Flers Ag­glo : « Ce­la me rend, par­fois, dif­fi­cile à traire ». Une mé­ta­phore du bo­cage, qu’il re­prend à l’en­vi, pour bien faire com­prendre aux élus des com­munes membres que la puis­sance de Flers Ag­glo n’au­to­ri­se­ra pas, non plus, des dé­penses somp­tuaires. Il a d’ailleurs in­di­qué : « C’est dif­fi­cile de dire non. Mais, je dis non à un cer­tain nombre de de­mandes pour que le ba­teau ne soit pas trop char­gé et qu’il reste ma­noeu­vrant ».

Yves Goas­doué lors de son dis­cours.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.