In­sert’up, pour que chaque jeune de­vienne l’ac­teur de son pro­jet !

La Mis­sion lo­cale des jeunes du Bo­cage à Flers pro­pose à ses jeunes ins­crits, un nou­veau dis­po­si­tif pour les ac­com­pa­gner dans leur rêve de pro­jet. Son nom : In­sert’up !

L'Orne Combattante (FL) - - FLERS ET SON PAYS -

En dé­cembre 2016, les quatre mis­sions locales de l’Orne (L’Aigle-Mor­tagne, Alen­çon, Ar­gen­tan et Flers) ont lan­cé en di­rec­tion de leurs jeunes ins­crits, le dis­po­si­tif In­sert’up. Son but ? Ac­com­pa­gner les 16-25 ans, non sco­la­ri­sés, sur l’émer­gence et l’éla­bo­ra­tion de leurs pro­jets d’ac­ti­vi­té. « In­sert’up s’adresse aux jeunes qui ont un rêve, une idée ou une en­vie de créer et qui sou­haitent pas­ser de l’idée aux actes », in­dique Jean-Phi­lippe Ga­bo­riau, conseiller à la Mis­sion lo­cale de Flers et ré­fé­rent du dis­po­si­tif.

Un ac­com­pa­gne­ment sur me­sure

« Notre rôle est d’ai­der les jeunes qui vont tra­vailler sur trois do­maines : la connais­sance de soi, pour mieux se connaître en tant que por­teur de pro­jet, le pro­jet en lui-même, afin de le dé­fi­nir le plus pré­ci­sé­ment pos­sible et l’en­vi­ron­ne­ment du pro­jet, c’est-à-dire connaître les com­po­santes du ter­ri­toire dans le­quel s’ins­crit le pro­jet », ex­plique Jean-Phi­lippe Ga­bo­riau. En pa­ral­lèle, des en­tre­tiens in­di­vi­duels et des ate­liers col­lec­tifs sont mis en place.

« Les jeunes four­millent d’idées mais ils ont be­soin d’être écou­tés et ac­com­pa­gnés pour ne pas se dé­cou­ra­ger », re­bon­dit Yan­nick Le­res­tif, di­rec­teur de la Mis­sion lo­cale. Ain­si, l’ac­com­pa­gne­ment s’ins­crit dans la du­rée, se­lon les be­soins de cha­cun.

Ac­qué­rir de l’au­to­no­mie

À tra­vers ce dis­po­si­tif fi­nan­cé jus­qu’en dé­cembre 2018 par les fonds so­ciaux eu­ro­péens, les jeunes « sont en au­to­no­mie to­tale et ce sont eux qui va­lident leur pro­jet », af­firme Jean-Phi­lippe Ga­bo­riau.

In­sert’up vise éga­le­ment à pro­mou­voir leur es­prit d’en­tre­prendre et à les sen­si­bi­li­ser sur leurs com­pé­tences en­tre­pre­neu­riales. Ain­si, les jeunes « éva­luent des ap­pé­tences mais aussi leurs com­pé­tences : ils s’au­to-éva­luent pour me­ner au mieux leur pro­jet ».

Ob­jec­tif pâ­tis­se­rie

An­dy No­wa­kows­ki, 22 ans, et Mor­gan Pres­ta­voine, 18 ans, deux amis d’en­fance, ont dé­ci­dé de fran­chir le pas.

Ani­més de­puis tou­jours par l’idée de fon­der une pâ­tis­se­rie, ils ont pous­sé les portes de la Mis­sion lo­cale de Flers grâce à An­dy. « Ha­bi­tué des lieux, j’ai re­mar­qué un jour une af­fiche sur le dis­po­si­tif In­sert’up. J’en ai alors par­lé à Mor­gan puis nous avons pris ren­dez-vous pour en sa­voir plus », ra­conte le jeune homme.

Ils ont alors pré­sen­té leur pro­jet à Jean-Phi­lippe Ga­bo­riau qui les a écou­tés « sans ju­ge­ments re­çus, ni pré­con­çus. Les idées lan­cées au gré des en­tre­tiens sont ins­crites et dé­taillées par la suite ».

Dans un pre­mier temps, un re­cen­se­ment de toutes les pâ­tis­se­ries, vien­noi­se­ries et bou­lan­ge­ries est ef­fec­tué dans l’en­vi­ron­ne­ment du pro­jet.

Puis, à l’aide d’un ou­til in­fo­gra­phique, l’arbre des pro­duits et ser­vices, An­dy et Mor­gan ont dres­sé les listes du ma­té­riel né­ces­saire à leur pro­fes­sion et des types d’in­gré­dients uti­li­sés. Ils ont éga­le­ment ef­fec­tué une étude de mar­ché afin d’an­ti­ci­per les risques liés à leur fu­ture ac­ti­vi­té « Al­ler sur le ter­rain, voir la ré­gle­men­ta­tion dans le pro­jet rê­vé per­met d’être plus cré­dible par la suite, au­près des fi­nan­ceurs », as­sure An­dy.

La pâ­tis­se­rie, une évi­dence aux yeux des deux jeunes adultes.

An­dy, avec le ni­veau bac pro cui­sine a tou­jours ai­mé tra­vailler l’ali­men­ta­tion. « Mon père était se­cond de cui­sine et j’ai ef­fec­tué plu­sieurs stages en pâ­tis­se­rie. C’est une vé­ri­table pas­sion fa­mi­liale, as­sure-t-il. Idem pour Mor­gan dont la cui­sine n’a plus de se­cret : ma soeur est hô­tesse-ser­veuse et mon oncle cui­si­nier. Mais ils l’as­surent, on se laisse 2 ans avant d’ou­vrir notre pâ­tis­se­rie. Notre prio­ri­té, c’est d’ob­te­nir un ap­pren­tis­sage ou un em­ploi dans le sec­teur pour par­faire nos connais­sances ».

Hu­guo Pi­geon

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.