Un nou­veau bu­reau veut ra­jeu­nir les ac­ti­vi­tés de l’Ami­cale fran­co-turque

L'Orne Combattante (FL) - - FLERS ET SON PAYS -

De­puis fin dé­cembre, une nou­velle équipe de di­rec­tion s’est ins­tal­lée à l’Ami­cale fran­co­turque de Flers. Le nou­veau bu­reau veut mon­ter de nou­veaux pro­jets avec et pour les jeunes.

« Notre bu­reau a chan­gé. Nous avons fait une assemblée gé­né­rale. Il y a eu une élec­tion avec deux équipes. Nous avons no­té 63 % de par­ti­ci­pa­tion. La nou­velle équipe a été élue avec 172 voix contre 152 voix », ex­plique Bi­li­ci Sel­cuk, pré­sident.

Se tour­ner vers les jeunes

Pour la nou­velle équipe, le but n’est pas de nier le tra­vail ef­fec­tué par l’an­cien bu­reau. Il s’agit sim­ple­ment de cher­cher un nou­veau souffle, plus jeune, pour cette as­so­cia­tion qui compte 547 adhé­rents.

« De­puis 2012, l’an­cien pré­sident, Orhan Vu­ral, et son équipe, ont bien tra­vaillé. Je tiens à leur ti­rer mon cha­peau. Mais, à un mo­ment don­né, il faut pas­ser la main. La nou­velle équipe, c’est un nou­vel élan. On vou­lait mon­ter une équipe avec des jeunes dans le bu­reau, des jeunes mo­ti­vés pour mon­ter des pro­jets. L’as­so­cia­tion était vrai­ment consa­crée à un type de pu­blic âgé de plus de 45 ans », confie Su­bay Sa­hin, vice-pré­sident.

Quand ils parlent de leurs pro­jets, les membres du nou­veau bu­reau confient vou­loir ap­por­ter une touche de nou­veau­té sans pour au­tant re­nier ce qui fait l’as­so­cia­tion. « Nous vou­lons pro­po­ser de nou­velles ani­ma­tions. Il peut s’agir, par exemple, de cours de langue turque. Car les jeunes ne maî­trisent plus la langue turque. Il peut aussi s’agir de voyages pé­da­go­giques pour les 18-20 ans. On pour­rait, par exemple, par­tir en classe de neige avec une ap­proche édu­ca­tive car nous avons des jeunes en dif­fi­cul­té sco­laire et so­ciale », pour­suit Su­bay Sa­hin.

Au sein de l’Ami­cale, un groupe de jeunes a été lan­cé qui se­ra « res­pon­sable d’or­ga­ni­ser des ani­ma­tions ».

« Les jeunes ont un lo­cal dé­dié. On es­saye de les responsabiliser et de les rendre ac­teurs de leur ville. Ils sont par­tie pre­nante du fu­tur de l’as­so­cia­tion », glisse le vi­ce­pré­sident.

L’autre chan­tier de la nou­velle équipe va consis­ter à en­tre­te­nir les liens de l’as­so­cia­tion avec son en­vi­ron­ne­ment. « L’as­so­cia­tion fait par­tie à part en­tière du quar­tier du Pont-Fé­ron. C’est un bâ­ti­ment im­po­sant par sa struc­ture et sa fré­quen­ta­tion. C’est un en­droit ani­mé et agréable à cô­toyer. Il fau­drait qu’on se rap­proche un peu plus des mai­sons de quar­tier, qu’on soit plus ac­teurs du quar­tier », ob­serve Su­bay Sa­hin avant de ré­su­mer par la vo­lon­té de « s’ou­vrir plus vers la po­pu­la­tion de Flers ».

À ce titre, le bu­reau rap­pelle que tout le monde peut adhé­rer contre 30 € par an.

Ou­verte à tous

Pour l’ins­tant, le nou­veau ca­len­drier d’ani­ma­tions de l’Ami­cale n’est pas ar­rê­té. L’équipe prend ses marques avant de lan­cer de nou­veaux chantiers.

En at­ten­dant, les membres de l’ami­cale pré­parent dé­jà la grande fête des en­fants, qui au­ra lieu le 29 mai au Fo­rum de Flers.

Mal­gré les idées re­çues, cette fête n’est pas ré­ser­vée à la com­mu­nau­té turque, comme l’ex­plique Su­bay Sa­hin : « On in­vite tous les en­fants. Il y a des chants, des danses, du théâtre. On vou­drait vrai­ment voir tous les en­fants de Flers y par­ti­ci­per ».

Créée par Mus­ta­fa Ke­mal Atatürk, le fon­da­teur de la Tur­quie, cette fête est consi­dé­rée comme la Fête na­tio­nale. Les en­fants en sont le sym­bole, comme l’in­dique Ay­din Nur­ten : « Elle est dé­diée à tous les en­fants. C’est leur jour ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.