Con­dé

L'Orne Combattante (FL) - - CONDÉ -

Con­dé, ville où je suis née Où j’ai gran­di, me suis ma­riée Et où, peut-être, je mour­rai… Qui sait ? De­puis la bles­sure du six juin Tu n’as pas re­pris ton en­train. De cette guerre in­fer­nale Qui a fait bien du mal Évi­dem­ment tu as gran­di De nou­veaux quar­tiers ont sur­gi Avec tes nou­velles rues Je ne te re­con­nais plus Et où sont nos bons com­mer­çants Où nous al­lions très fré­quem­ment Avec bon­heur faire nos em­plettes Et sur­tout un brin de cau­sette C’était une source de dis­trac­tions Par­fois les courses s’éter­ni­saient Car les clients se suc­cé­daient Et dans la ville mon vieux Con­dé Tout le monde se connais­sait Au­jourd’hui dans les grands ma­ga­sins Où les rayons sont tou­jours pleins Mais où il manque ça c’est cer­tain L’ac­cueil, la convi­via­li­té par faute de per­son­nel Ce lien de­vient im­per­son­nel Ce qu’était ré­créa­tion De­vient vrai­ment… Pu­ni­tion Ce­ci, mis à part main­te­nant Il y a plus dé­so­lant Où sont nos dé­voués doc­teurs

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.