Au fait,ça gagne com­bien un élu ?

Ce pre­mier conseil com­mu­nau­taire de la Vire au Noi­reau, tout du moins le pre­mier post-ins­tal­la­tion a été l’oc­ca­sion pour cer­tains élus de faire part de leurs in­quié­tudes.

L'Orne Combattante (FL) - - CONDÉ -

Pour ce pre­mier conseil, la salle des ma­riages de la mai­rie de Vire était em­plie des élus re­pré­sen­tants les 18 com­munes qui com­posent cette nou­velle in­ter­com­mu­na­li­té.

Des élus in­dem­ni­sés

À l’ordre du jour ce lun­di 21 jan­vier : les in­dem­ni­tés ver­sées au pré­sident et aux vi­ce­pré­si­dents de la nou­velle Cdc. Et alors un pré­sident et un vi­ce­pré­sident ça gagne com­bien à votre avis ?

Le pré­sident de la Vire au Noi­reau, Marc An­dreu Sa­ba­ter, et les onze vice-pré­si­dents per­ce­vront une in­dem­ni­té qui s’élève res­pec­ti­ve­ment à 1 290 € bruts par mois et 472 € bruts par mois. « Ce qui fait un to­tal de 77 907 € par an d’in­dem­ni­tés », pré­cise le pré­sident.

Di­dier Du­che­min, maire dé­lé­gué du Tour­neur, a pris la pa­role pour de­man­der qu’une pe­tite com­pen­sa­tion soit ver­sée aux élues « à qui on a de­man­dé de ve­nir pour la pa­ri­té et qui viennent à leurs charges. »

On en a pro­fi­té pour de­man­der à Marc An­dreu Sa­ba­ter com­bien il ga­gnait chaque mois. En tant que maire de Vire-Nor­man­die, l’élu touche dans les 2 500 € nets par mois et dans les 1 000 € en tant que conseiller dé­par­te­men­tal. Soit, si nos cal­culs sont bons, un to­tal d’en­vi­ron 4 500 € par mois. N’entre pas dans ce cal­cul l’in­dem­ni­té re­la­tive à sa fonc­tion de col­la­bo­ra­teur par­le­men­taire à mi-temps du dé­pu­té de la sixième cir­cons­crip­tion du Cal­va­dos, Alain Tour­ret, qui s’élève à 1 200 € nets par mois.

« La si­tua­tion est très grave »

En tout dé­but de séance, Jean-Paul Mas­sus, maire du Mes­nil-Ro­bert et pré­sident du Sivom (Syn­di­cat in­ter­com­mu­nal à vo­ca­tion mul­tiple) de SaintSe­ver a lan­cé un vrai si­gnal d’alarme, comme il l’avait fait dans nos co­lonnes il y a quelques se­maines (à lire dans notre édi­tion du 12 jan­vier) : « Il y a 1 200 mil­li­mètres de pluie en moins par rap­port à la moyenne nor­male. Il manque six mètres de hau­teur d’eau sur le bar­rage du Gast ! D’ha­bi­tude le bar­rage de la Da­thée dé­borde, ce n’est pas le cas ac­tuel­le­ment. La si­tua­tion est très grave. C’est une si­tua­tion vrai­ment ca­tas­tro­phique. » Il a in­vi­té les élus à faire pas­ser le mes­sage au­près des ci­toyens : « Il faut évi­ter de la­ver les voitures, pré­fé­rer les douches aux bains », a ajou­té l’élu. L’assemblée pré­sente n’a pas ré­agi à ses pro­pos.

Une proxi­mi­té qui in­quiète

Comme vou­lu par les élus et comme in­di­qué dans la Charte de la Vire au Noi­reau va­li­dée par les maires et maires dé­lé­gués, les com­pé­tences dites de proxi­mi­té (c’est à dire le sco­laire, les équi­pe­ments spor­tifs et cultu­rels et la voi­rie) se­ront à la charge des com­munes, nou­velles ou non, dès le 1er mars pro­chain. Ces com­pé­tences de proxi­mi­té ne se­ront pas du res­sort de l’in­ter­com­mu­na­li­té.

Cer­taines voix se sont éle­vées pour faire part de leurs in­quié­tudes à l’ins­tar de Jean-Pierre Bi­net, maire de Saint-Denis-deMé­ré : « La date du 1er mars ne me va pas du tout : ça fait plu­sieurs mois qu’on se rap­proche de Con­dé In­ter­com, nous n’avons au­cun re­tour. » Ly­die Chauf­fray, maire dé­lé­guée de Saint-Vi­gor-des-Mé­ze­rets a éga­le­ment fait part de son in­quié­tude ain­si que Jean Tur­mel, maire dé­lé­gué de Las­sy : « ça fait seize ans qu’on ne s’oc­cupe plus d’une école, on au­rait vou­lu un gain de temps sup­plé­men­taire car on dé­marre avec quelque chose qu’on ne connaît pas… »

Lau­ra Bau­dier

Un conseil ponc­tué de quelques in­quié­tudes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.