Eli­sez l’homme et la femme de l’an­née

L'Orne Combattante (FL) - - EVÉNEMENT -

Pour la 8e an­née, L’Orne Com­bat­tante rend hom­mage aux ta­lents lo­caux et vous pro­pose d’élire l’homme et la femme ayant mar­qué l’ac­tua­li­té lo­cale en 2016. Qu’ils soient res­pon­sables as­so­cia­tifs, chefs d’en­tre­prises, ar­tistes, spor­tifs, mi­li­tants ou simples ano­nymes, tous, sont ac­teurs de la vie lo­cale et par­ti­cipent au dé­ve­lop­pe­ment de notre ter­ri­toire. La ré­dac­tion a sé­lec­tion­né huit per­son­na­li­tés. Vous avez jus­qu’au 31 jan­vier 2017 à 12 h pour dé­si­gner vos lau­réats (un homme et une femme) à l’aide du cou­pon joint. Un ti­rage au sort se­ra ef­fec­tué pour ré­com­pen­ser le lec­teur ayant trou­vé la bonne as­so­cia­tion. Il rem­por­te­ra un re­pas pour deux per­sonnes à l’Au­berge des Vieilles Pierres à Flers. L’homme et la femme ple­bis­ci­tés se­ront dé­voi­lés dans notre édi­tion du 2 fé­vrier.

Jacques Bes­nard

Il a vé­cu une an­née 2016 par­ti­cu­liè­re­ment dense. L’ins­ti­ga­teur des illu­mi­na­tions de Beau­chêne dont il est en­core l’une des prin­ci­pales che­villes ou­vrières a bou­clé sa 30e an­née de dé­co­ra­tions de la col­line de­ve­nue cé­lèbre. L’an pas­sé, au­ra éga­le­ment été mar­qué par l’or­ga­ni­sa­tion du co­mice d’ar­ron­dis­se­ment de Tin­che­bray. Nom­mé com­mis­saire gé­né­ral de l’évé­ne­ment, Jacques Bes­nard a oeu­vré du­rant plus d’un an à l’or­ga­ni­sa­tion. Il a fal­lu fé­dé­rer le mil­lier de bé­né­voles, ca­ler l’or­ga­ni­sa­tion des soi­rées d’élec­tion de Miss dans cha­cune des com­munes sans comp­ter la soi­rée d’élec­tion de la reine en pré­sence de Miss France. Dé­but sep­tembre, la fête au­ra été somp­tueuse dans les rues de Tin­che­bray avec des di­zaines de mil­liers de spec­ta­teurs.

Li­lou Le­ma­ri­nier

Elève en classe de 4e du col­lège Re­né-Cas­sin, d’Athis-de-l’Orne, Li­lou Le­ma­ri­nier (14 ans), est lau­réate du concours dé­par­te­men­tal du prix Mau­pas­sant. Ce prix dit de la Jeune nou­velle, dé­cer­né par l’as­so­cia­tion des membres de l’ordre des palmes académiques (AMOPA) a pour but de ré­com­pen­ser les jeunes qui s’in­ves­tissent dans dé­fense de la lit­té­ra­ture. Le ju­ry du dé­par­te­ment de l’Orne a été sé­duit par le texte de la col­lé­giènne athi­sienne qui a re­la­té avec une grande réa­li­té la dé­tresse des per­sonnes face aux évé­ne­ments tra­giques qu’ils peuvent ren­con­trer. Fille et pe­tite-fille d’en­sei­gnants, Li­lou Le­ma­ri­nier est bai­gnée de­puis ses plus jeunes an­nées dans l’écri­ture et la lec­ture. Le prix lui a été re­mis au sein de son éta­blis­se­ment sco­laire en pré­sence d’Axelle Du­val, sa pro­fes­seure de fran­çais qui a or­ga­ni­sé ce concours au sein des classes de 4e (70 élèves) du col­lège Re­né-Cas­sin.

Nas­ser Ket­ta­ni

Le mé­de­cin anes­thé­siste ré­ani­ma­teur de l’hô­pi­tal de Flers s’est fait re­mar­quer en 2016 en pra­ti­quant la pre­mière anes­thé­sie sous hyp­nose lors d’une opé­ra­tion. Du­rant 45 mi­nutes, il est res­té aux cô­tés de sa pa­tiente sans in­jec­ter de pro­duits anes­thé­siants, Une opé­ra­tion qui s’est dé­rou­lée avec suc­cès et qui en ap­pelle d’autres. Une in­fir­mière-anes­thé­siste de l’éta­blis­se­ment flé­rien suit éga­le­ment une for­ma­tion pour pra­ti­quer ce type d’anes­thé­sie.

Charles Cor­let

« Le Gu­tem­berg nor­mand » comme l’ap­pelle le dé­pu­té Alain Tour­ret est né le 17 dé­cembre 1936 à Con­dé-surd’une Noi­reau fa­mille nom­breuse. Son père était im­pri­meur. Après quelques an­nées d’études, il re­prend l’im­pri­me­rie. Le groupe Cor­let est de­ve­nu en­suite une ré­fé­rence avec no­tam­ment la créa­tion de Cor­let nu­mé­rique. Les Édi­tions Cor­let ont at­ti­ré de nom­breux au­teurs. Plus de 1 000 livres édi­tés. À 80 ans, Charles Cor­let a dé­ci­dé de rac­cro­cher même s’il reste pré­sident du conseil de sur­veillance et garde un oeil avi­sé sur le tra­vail des Édi­tions. Lun­di 21 mars 2016, l’ex-Mi­nistre, Emmanuel Ma­cron, a dé­co­ré Charles Cor­let de la Lé­gion d’hon­neur. Ce der­nier n’a pas ta­ri d’éloges sur sa car­rière. « En 60 ans, vous avez eu la per­fec­tion du sa­voir-faire mal­gré les ré­vo­lu­tions tech­niques. Vous avez créé votre maison d’édi­tions spé­cia­li­sée dans le ré­gio­na­lisme nor­mand. »

Mé­la­nie Le­grix

Mé­la­nie Le­grix, a d’abord été élue en dé­but d’an­née, Miss Saint-Quen­tin-lesC­har­don­nets. La jeune femme de 22 ans, es­thé­ti­cienne, a en­suite été cou­ron­née reine du co­mice d’ar­ron­dis­se­ment de Tin­che­bray de­vant Miss France en juillet. Lors du grand co­mice, en sep­tembre, la reine a sé­duit les nom­breux spec­ta­teurs par sa grâce et son sou­rire.

Jean-Ch­ris­tophe Rup­pé

Jean-Ch­ris­tophe Rup­pé, ori­gi­naire de Flers, est pro­fes­seur d’his­toire-géo­gra­phie. En 2016, il a co­si­gné avec Yann Ron­deau un ou­vrage sur les sol­dats de l’Orne tom­bés lors de la Pre­mière Guerre mon­diale in­ti­tu­lé Le sol­dat de l’Orne : com­battre et mou­rir en 1914-1918. Le pro­pos du livre se concentre sur un fil rouge: les sol­dats dé­cé­dés lors de la Pre­mière Guerre mon­diale. Il a no­tam­ment réa­li­sé une étude sta­tis­tique sur les com­bat­tants qui ont re­çu la men­tion of­fi­cielle de « morts pour la France » du can­ton de Flers de l’époque. Jean-Ch­ris­tophe Rup­pé a dé­cou­vert, entre autres, que cer­tains sont ab­sents des mo­nu­ments. 28 noms man­que­raient. D’après ses re­cherches, « les hommes du can­ton de Flers ont com­bat­tu sur tous les champs de ba­taille de la Pre­mière Guerre mon­diale ».

Carole Quesne

En jan­vier 2016, elle pris la pré­si­dence de la fan­fare l’In­dé­pen­dante de Mes­sei. Carole Quesne a pris la suite de Ber­nard Prin­gault à la tête de cette for­ma­tion mu­si­cale. Carole Quesne a com­men­cé la mu­sique en 1993 avec le sol­fège. Après dix ans pas­sés à pra­ti­quer la cla­ri­nette, elle a com­men­cé la trom­pette en 2004. Le 7 mai 2016, Les Sans pis­tons, au­tre­ment dit la bat­te­rie fan­fare qui dé­pend de l’In­dé­pen­dante de Mes­sei, sont mon­tés en gamme. Ce jour là, à Fougère, ils ont rem­por­té le pre­mier prix avec fé­li­ci­ta­tions du ju­ry lors d’un concours qui les fait mon­ter en di­vi­sion ex­cel­lence. A l’époque, Carole Quesne, di­sait : « On pré­pare ça de­puis six mois. Ce­la fai­sait trois ans que nous avions fran­chi le ni­veau pré­cé­dent. Nous avions la vo­lon­té d’es­sayer d’at­teindre cette di­vi­sion et ils ont réus­si lors du pre­mier es­sai. C’est un gage de qua­li­té, ça montre que nous avons fran­chi un ni­veau ».

Léa Her­ry

De­puis quelques an­nées, la Flé­rienne Léa Her­ry, brille sur le plan na­tio­nal en équi­ta­tion sport adap­té, avec des titres de cham­pionne de France. En 2016, elle a rem­por­té au Ha­ras de Saint-Lô, pour la 3e an­née consé­cu­tive, les titres de cross et de dres­sage. A chaque fois, ses notes ont frô­lé la per­fec­tion avec un 8 sur 10, ca­té­go­rie D1. Nul­le­ment ras­sa­siée, elle a dé­ci­dé de se lan­cer un nou­veau dé­fi, en na­ta­tion cette fois. Avec la même réus­site qu’en équi­ta­tion, la jeune Flé­rienne de 24 ans a ajou­té trois nou­veaux titres de cham­pionne de France à sa dé­jà riche col­lec­tion, en rem­por­tant, dans la pis­cine de Vi­chy, le 50 m et le 100 m crawl ain­si que le 100 m brasse. C’est la pre­mière fois qu’elle par­ti­ci­pait au cham­pion­nat de France de na­ta­tion en sport adap­té où elle a une nou­velle fois do­mi­né la concur­rence. Le rêve de Léa Her­ry se­rait de par­ti­ci­per aux Jeux Pa­ra­lym­piques en équi­ta­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.