Jé­rôme Nu­ry place 2017 sous les signes de la sin­gu­la­ri­té et du nu­mé­rique

L'Orne Combattante (FL) - - TINCHEBRAY -

Des élus de la nou­velle in­ter­com­mu­na­li­té, de la com­mune nou­velle, des re­pré­sen­tants d’as­so­cia­tion et la po­pu­la­tion ont as­sis­té lun­di soir aux voeux de Jé­rôme Nu­ry à la mé­di@tech Syl­via-etHu­bert-Bas­sot.

Comme à son ha­bi­tude, le maire de Tin­che­bray Bo­cage, pré­sident de Dom­front Tin­che­bray In­ter­co et pre­mier vice-pré­sident du conseil dé­par­te­men­tal de l’Orne, Jé­rôme Nu­ry, a at­ten­du les der­niers ins­tants de jan­vier pour adres­ser ses voeux. Après un dia­po­ra­ma dif­fu­sé sur les écrans d’une mé­dia­thèque rem­plie, aux sons de Bou­le­vard des airs qui s’était pro­duit au Co­lys’haie en no­vembre, l’élu a re­tra­cé l’an­née et évo­qué l’ave­nir au cours de 20 mi­nutes de dis­cours où chaque mot avait été soi­gneu­se­ment pen­sé.

Ce­la a bien en­ten­du dé­bu­té avec la fu­sion des deux in­ter­com­mu­na­li­tés, « Le ma­riage, ar­ran­gé par des pa­rents aux ar­rières pen­sées peu louables, était un ma­riage de rai­son. » Au-de­là de l’hu­mour, Jé­rôme Nu­ry a re­dit « com­bien cette en­ti­té bi­cé­phale n’est pas non plus une aber­ra­tion ou une fan­tai­sie géo­gra­phique, mais bien un ter­ri­toire co­hé­rent et d’ave­nir. »

Après avoir sa­lué la mo­ti­va­tion des élus et du per­son­nel -160 agents- l’élu a ex­hor­té le ter­ri­toire : « N’ayons pas de com­plexe d’in­fé­rio­ri­té. Notre Com­mu­nau­té est certes plus pe­tite que la plu­part de ses grandes voi­sines. Mais n’es­til pas pré­fé­rable d’avoir la Force de Maitre Yo­da mal­gré ses 66 cm de haut que la puis­sance de l’im­mense Dark Va­dor ou l’agi­li­té et le cou­rage du pe­tit Fro­don le Hob­bit que les armes et muscles des im­po­sants Orques du Mor­dor. »

Et Jé­rôme Nu­ry d’évo­quer les prio­ri­tés de ce ter­ri­toire et no­tam­ment d’être « dé­si­rable pour les en­tre­prises. ». La zone de 3 ha du Troitre est fi­na­li­sée, l’an­cienne gare se­ra trans­for­mée en pé­pi­nière d’en­tre­prise, la zone d’ac­ti­vi­té de Saint-Quen­tin se­ra amé­na­gée et un pro­jet de sto­ckage pour la bis­cui­te­rie de Lon­lay-L’Ab­baye de­vrait être me­né à bien.

Mar­quer les es­prits

Mais c’est sur le thème de la sin­gu­la­ri­té que l’élu a pla­cé son dis­cours. « Pour exis­ter, pour être vu, pour mar­quer les es­prits, pour faire ai­mer notre ter­ri­toire, nous de­vons conti­nuer à in­suf­fler du re­nou­veau, de l’au­dace, de l’éner­gie. Et nous dé­mar­quer et nous sin­gu­la­ri­ser par la qua­li­té de nos ser­vices. » Le maire a ain­si évo­qué la mise en place gé­né­ra­li­sée de la mé­thode pé­da­go­gique Mon­tes­so­ri, « tant à la crèche (mul­ti-ac­cueil) de Saint Pierre d’En­tre­mont que dans les écoles ma­ter­nelles qui le sou­hai­te­ront. Et dans les ac­cueils pé­ri­sco­laires. »

Autre vo­lon­té af­fir­mée : « Fon­cer sur le nu­mé­rique et sur ses usages. » L’élu pense ain­si faire évo­luer la cy­ber­base : « et trans­for­mer ce lieu. Et avan­cer ra­pi­de­ment pour en faire une salle d’Ar­cade et de réa­li­té vir­tuelle. »

1 500 000 € pour deux pro­jets

L’an­cienne mai­rie se­ra éga­le­ment dé­diée au nu­mé­rique : « Ce bâ­ti­ment doit de­ve­nir un lieu de ren­contres, de réunions, de tra­vail en­tiè­re­ment tour­né vers les nou­velles tech­no­lo­gies. Ce se­ra à la fois un lieu convi­vial et un lieu connec­té, pour des réunions à dis­tance, du té­lé­tra­vail, des usages de Fa­blab. Fa­ci­li­tant ain­si les ren­contres phy­siques et vir­tuelles. Mais aus­si ad­mi­nis­trés avec les im­menses pos­si­bi­li­tés of­fertes par le web.

Une en­ve­loppe de près d’1,5 mil­lion d’€ se­ra né­ces­saire, mais nous tra­vaillons à ob­te­nir des par­te­naires fi­nan­ciers afin d’ac­com­pa­gner au maxi­mum la com­mune. »

Dé­cla­ra­tion d’amour

En conclu­sion de son dis­cours, Jé­rôme Nu­ry a li­vré une vé­ri­table dé­cla­ra­tion d’amour au ter­ri­toire : « Avoir en charge un ter­ri­toire, être à la tête d’une col­lec­ti­vi­té, une mai­rie, une com­mu­nau­té de com­munes, n’est ja­mais un en­ga­ge­ment neutre. On ne le fait pas pour faire une car­rière po­li­tique. On ne le fait pas pour les hon­neurs et la gloire qui glissent dès le len­de­main d’un dé­part ou d’une dé­faite. On ne le fait pas par idéo­lo­gie, car rien n’est plus prag­ma­tique et terre à terre que l’ac­tion lo­cale. On y met tant de soi, tant de son temps, tant de son éner­gie, de ses idées… » Et l’élu de pro­mettre : « Quels que soient les évé­ne­ments, les cir­cons­tances, les dé­ci­sions, on reste en­ga­gé, on reste fi­dèle. On reste mo­bi­li­sé. On ne consacre pas 20 ans de sa vie à un ter­ri­toire sans qu’il soit gra­vé au fer rouge dans son coeur. On ne consacre pas 20 ans de sa vie à un ter­ri­toire pour le lais­ser en ja­chère. J’en prends l’en­ga­ge­ment. » Un pre­mier signe de son dé­part vers l’As­sem­blée na­tio­nale ?

Maître Yo­da ou Fro­don le Ho­bit plu­tôt que Dark Va­dor ou les Orques du Mor­dor

Jé­rôme Nu­ry, en­tou­ré des élus com­mu­naux, mu­ni­ci­paux mais aus­si de la nou­velle in­ter­com­mu­na­li­té ou du dé­par­te­ment et de la ré­gion, lun­di soir, lors de la pré­sen­ta­tion de ses voeux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.