Le té­moi­gnage tou­chant d’un couple amou­reux de­puis 70 ans

Ma­rie-Thé­rèse et Mar­cel Qué­ruel vont fê­ter leurs 70 ans de ma­riage le 8 avril pro­chain. Ce couple de Tin­che­brayen n’a ja­mais cé­lé­bré la Saint Va­len­tin et pour­tant…

L'Orne Combattante (FL) - - LA UNE -

« Nous, on s’est ai­més tous les jours et l’on conti­nue. L’amour, ce sont des gestes quo­ti­diens » ex­plique fiè­re­ment Mar­cel, très épris de sa tendre épouse.

En mars 1946, alors qu’il pre­nait un verre à l’épi­ce­rie bar Gou­dier de Tin­che­bray, Mar­cel a eu un vé­ri­table coup de foudre pour la ser­veuse. Il ne l’a plus ja­mais quit­tée. Il est re­ve­nu chaque fois que pos­sible. Il lui a écrit un grand nombre de poèmes plus tendres les uns que les autres.

Des poèmes conser­vés dans un grand livre

Au­jourd’hui, ils sont conser­vés avec les pho­tos dans un grand livre qu’ils consultent ré­gu­liè­re­ment. Il lui au­ra fal­lu at­tendre près d’un an pour pou­voir convo­ler, le 8 avril 1947. « La belle-mère était très pro­to­co­laire ». De­puis, il n’y a pas eu une seule jour­née sans une pe­tite at­ten­tion, un geste, un mot pour l’autre. « Je l’ai tou­jours ai­mée ».

La mai­son du bon­heur

De cette union sont nées deux filles en 1951 et 1953, la ca­dette se sou­vient. « Chez nous, c’était tou­jours la mai­son du bon­heur, on n’avait pas tou­jours beau­coup d’ar­gent, mais notre père fai­sait tout pour ma­man et pour nous. Il nous a tou­jours pro­té­gées, ai­dées, ai­mées. Nous pas­sions avant tout le reste, il y avait beau­coup d’amour. Je n’ai ja­mais en­ten­du mes pa­rents se dis­pu­ter une seule fois ». Mar­cel fai­sait des ef­forts afin que Ma­rie-Thé­rèse puisse avoir de jo­lies robes. Il ai­mait qu’elle soit belle et co­quette. Ma­rie-Thé­rèse lui cui­si­nait avec ten­dresse et amour ses plats pré­fé­rés. « Elle cui­si­nait le ris de veau comme per­sonne ».

Chez les Qué­ruel, la porte était tou­jours ou­verte aux nom­breux amis. « Il n’y avait pas de di­manche sans bon re­pas, sans in­vi­tés ou sans chan­sons ». Mar­cel a tou­jours ai­mé pous­ser la chan­son­nette. Une fois à la re­traite, lors­qu’il voya­geait avec son épouse à tra­vers l’Eu­rope, il lui chantait des ro­mances dans tous les res­tau­rants.

Elle s’en­dort aux sons de sa voix

Le couple vit de­puis 3 ans à l’EH­PAD des Epi­céas à Tin­che­bray. Mar­cel oc­cupe une chambre face à celle de Ma­rieT­hé­rèse. « Le soir, on laisse les portes ou­vertes, je lui chante nos chan­sons. Elle re­con­naît ma voix. Elle s’en­dort comme ce­la ».

Pre­nant ti­mi­de­ment la pa­role Ma­rie-Thé­rèse sou­rit, ac­quiesce « on a beau­coup de chance d’être là en­semble, tout le per­son­nel est si gen­til avec nous, on est tel­le­ment bien dor­lo­tés ici. »

Ma­rie-Thé­rèse, 92 ans et Mar­cel Qué­ruel, 94 ans sont amou­reux comme au pre­mier jour.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.