Non à la fer­me­ture d’une classe pour une er­reur de comp­tage

L'Orne Combattante (FL) - - PUTANGES ET SON PAYS -

Ven­dre­di 3 fé­vrier, les pa­rents d’élèves de l’école Ré­myde-Gour­mont de Ba­zo­che­sau-Houlme, a ap­pe­lé à une ma­ni­fes­ta­tion d’op­po­si­tion à la fer­me­ture d’une classe. Le pôle sco­laire ac­cueille les en­fants, de la ma­ter­nelle au CM2, des com­munes de Ba­zoches, Ra­bo­danges, Les Ro­tours, Champ­ce­rie, Ha­blo­ville, Mé­nil-Her­mei, Mé­nil-Vin, Neu­vy-au-Houlme.

Suite à la dé­ci­sion de l’ins­pec­tion aca­dé­mique de sup­pri­mer une ving­taine de classes dans le dé­par­te­ment de l’Orne (lire en dé­but de jour­nal), le cou­pe­ret est tom­bé, in­dû­ment, sur l’école de Ba­zoches.

« Un vé­ri­table pôle sco­laire »

Phi­lippe Jeanne, le maire de la com­mune, a dé­cla­ré que « Nous sommes ici pour dé­fendre l’école de la Com­mu­nau­té de com­munes du Val d’Orne qui perd un poste d’en­sei­gnant. C’est plus qu’une école, c’est un vé­ri­table pôle sco­laire, de la ma­ter­nelle à l’en­trée au col­lège. Un pôle sco­laire que beau­coup nous en­vient, un mo­dèle de pôle que l’ad­mi­nis­tra­tion exige dans de nom­breux en­droits, en rem­pla­ce­ment de la fer­me­ture des classes uniques. »

Le pôle sco­laire dis­pose d’une salle de mo­tri­ci­té, d’un ter­rain de sport, de ma­té­riels pé­da­go­giques et in­for­ma­tiques mo­dernes et ap­pro­priés, d’une can­tine, de temps pé­ri­sco­laires et a une équipe pé­da­go­gique struc­tu­rée.

« En 2016, nous avions 114 élèves, en 2017, nous dé­nom­brons 117 élèves et non pas 111, comme le sou­tient l’ins­pec­tion aca­dé­mique. On a l’im­pres­sion qu’on mo­di­fie les chiffres pour jus­ti­fier la fer­me­ture, d’au­tant plus que les ef­fec­tifs re­mon­te­ront dès 2018. »

Contre la sup­pres­sion du poste

Phi­lippe Jeanne a as­su­ré les ma­ni­fes­tants du sou­tien des conseillers dé­par­te­men­taux, « ils ont même vo­té contre la sup­pres­sion du poste lors de la com­mis­sion dé­par­te­men­tale et nous ac­com­pa­gne­ront dans notre com­bat pour gar­der ce poste. »

De­puis la ren­trée de sep­tembre der­nier, trois nou­velles fa­milles sont ar­ri­vées, dont une à Ra­bo­danges, les deux autres à Ba­zoches, et trois autres ar­ri­ve­ront dans les se­maines à ve­nir, ce qui ex­plique les 6 en­fants sco­la­ri­sés sup­plé­men­taires. L’aca­dé­mie semble ne pas vou­loir comp­ta­bi­li­ser ces nou­veaux ar­ri­vants.

Lae­ti­tia Ro­quart, a pour­sui­vi, « J’ai deux en­fants sco­la­ri­sés à cette école et je suis pré­si­dente de l’As­so­cia­tion des Pa­rents d’Elèves. L’APE a fait un ap­pel à la mobilisation contre la dé­ci­sion de fer­me­ture d’une classe pour la ren­trée 2017, an­non­cée par l’ins­pec­tion aca­dé­mique. Nous ne sommes pas d’ac­cord avec cette dé­ci­sion, parce que le nombre d’élèves est de 117, mais l’ins­pec­tion aca­dé­mique re­tient ce­lui de 111. Si une classe ferme, ce­la en­traî­ne­ra des classes plus char­gées en nombre d’élèves et sur plu­sieurs ni­veaux. Par consé­quent, nous de­man­dons une ré­étude du dos­sier. Nous sommes dé­ter­mi­nés à lut­ter contre cette dé­ci­sion de fer­me­ture de classe. »

Les pa­rents d’élèves ap­pe­laient à une nou­velle ma­ni­fes­ta­tion et à un blo­cage de l’école le lun­di 6 fé­vrier dès 8 h 45. (Voir ci-des­sous)

Éco­liers et pa­rents ont ma­ni­fes­té leur désac­cord.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.