Fi­nances : où en est la Ville

Les élus ont dé­bat­tu des orien­ta­tions bud­gé­taires de la Ville de Flers pour 2017 lors du con­seil mu­ni­ci­pal qui s’est te­nu lun­di 20 fé­vrier.

L'Orne Combattante (FL) - - FLERS - M. M.

C’est un mo­ment im­por­tant de la vie de la ci­té. Les élus, réunis en con­seil mu­ni­ci­pal, lun­di 20 fé­vrier, ont dé­bat­tu des orien­ta­tions bud­gé­taires pour l’an­née 2017.

Ce mo­ment est l’oc­ca­sion de faire un point sur les fi­nances de la Ville et, pour la mu­ni­ci­pa­li­té, d’af­fi­cher ses prio­ri­tés en termes d’in­ves­tis­se­ments.

Gaëlle Pio­line, 1re ad­jointe en charge des fi­nances de la Ville, a te­nu, dans un pre­mier temps, à re­pla­cer ces orien­ta­tions bud­gé­taires dans le contexte na­tio­nal « qui in­flue évi­dem­ment sur les bud­gets de nos col­lec­ti­vi­tés ». En 2017, l’Etat garde pour ob­jec­tif de maî­tri­ser l’évo­lu­tion de sa dé­pense pu­blique. « L’Etat fait des ef­forts et de­mande aux col­lec­ti­vi­tés d’en faire », ré­sume Gaëlle Pio­line. Ce qui a une consé­quence sur les do­ta­tions ac­cor­dées.

Pas d’aug­men­ta­tion des taux d’im­po­si­tion

En 2017, la Ville de Flers va ain­si voir sa do­ta­tion glo­bale de fonc­tion­ne­ment bais­ser. Tou­te­fois, cette baisse est com­pen­sée par une aug­men­ta­tion de la do­ta­tion de so­li­da­ri­té ur­baine, ver­sée aux com­munes les plus en dif­fi­cul­té, et par la do­ta­tion na­tio­nale de pé­réqua­tion, qui vise à ré­duire les in­éga­li­tés de ri­chesse entre les com­munes. Au fi­nal, les do­ta­tions de l’Etat sont donc qua­si­ment stables. Elles s’élèvent à un peu plus de 5 316 000 €. « Le sys­tème est bien étu­dié. On contri­bue à l’ef­fort mais on ne nous ruine pas », a no­té Yves Goas­doué, dé­pu­té-maire de Flers.

Mal­gré ce contexte éco­no­mique as­sez contraint, la Ville n’aug­men­te­ra pas ses taux d’im­po­si­tion « pour la sep­tième an­née consé­cu­tive », in­siste Gaëlle Pio­line. En d’autres termes, la col­lec­ti­vi­té n’au­ra pas re­cours aux mé­nages pour aug­men­ter sa ca­pa­ci­té fi­nan­cière. Au fi­nal, le pro­duit fis­cal at­ten­du avec les dif­fé­rentes taxes, dont la taxe d’ha­bi­ta­tion, la taxe sur le fon­cier bâ­ti et le fon­cier non­bâ­ti, « n’évo­lue qua­si­ment pas », constate l’élue.

Dans ce contexte, la Ville a peu de marges de ma­noeuvre sur ses re­cettes qui de­vraient at­teindre un peu plus de 16,7 mil­lions d’eu­ros.

La dette con­ti­nue de di­mi­nuer

Concer­nant les dé­penses, elles sont es­ti­mées à un peu de plus de 14,7 mil­lions d’eu­ros, en 2017, dont près de 4 mil­lions d’eu­ros de charges gé­né­rales et près de 10 mil­lions d’eu­ros de charges de per­son­nel.

La Ville doit aus­si rem­bour­ser sa dette. Gaëlle Pio­line en a pro­fi­té pour faire un point sur cette ques­tion.

L’en­cours de la dette, au 1er jan­vier 2017, s’élève à près de 14 mil­lions d’eu­ros. En 2017, la Ville de­vrait rem­bour­ser 1 116 287 € sur cette somme. C’est près de 240 000 € de moins qu’en 2016, re­don­nant au­tant de marge aux fi­nances de la Ville. « La dette s’est ré­duite de presque 4 mil­lions d’eu­ros entre 2010 et 2016 », a in­for­mé Gaëlle Pio­line. Elle est pas­sée de 1 100 € par ha­bi­tant à 920 €, « elle de­vrait s’éle­ver à 882 €, en 2017 ». La dette con­ti­nue donc de bais­ser. Et l’élue de pré­ci­ser, « nous n’avons pas d’em­prunt à risque ».

La Ville par­vient au fi­nal à pré­ser­ver sa ca­pa­ci­té d’au­to­fi­nan­ce­ment, c’est-à-dire sa ca­pa­ci­té à fi­nan­cer des in­ves­tis­se­ments sur ses propres fonds, sans avoir re­cours à l’em­prunt. En 2017, elle de­vrait dé­ga­ger 815 914 € de ca­pa­ci­té d’équi­pe­ment nette, c’est-à-dire d’ex­cé­dent. « Ça per­met de fi­nan­cer tout l’en­tre­tien de notre pa­tri­moine sans avoir re­cours à l’em­prunt. C’est sé­cu­ri­sant », a consta­té la 1re ad­jointe.

Avec la re­prise des ré­sul­tats de 2016, la Ville dis­pose d’un ma­te­las de près de 5 mil­lions d’eu­ros pour fi­nan­cer ses pro­jets sur ses fonds propres. « C’est une somme très im­por­tante, s’est ré­jouie l’élue. Ça de­vrait nous per­mettre d’as­su­mer tout ce que nous avons dé­jà en­ga­gé, tout ce que nous avons à ter­mi­ner et à lan­cer pour 2017 ».

Les pro­jets pour 2017

Par­mi les pro­jets de 2017, il y a no­tam­ment la ré­no­va­tion de l’école Sé­vi­gné Paul-Bert pour un mil­lion d’eu­ros. 200 000 € de­vraient être af­fec­tés à la vi­déo­pro­tec­tion. Un ter­rain de foot à 5 est éga­le­ment en pro­jet. Il coû­te­ra 90 000 €. 500 000 € de­vraient être al­loués au gym­nase Jean-Mon­net. Le gros en­tre­tien du pa­tri­moine de­vrait coû­ter 800 000 € et le pro­gramme de voi­rie, 200 000 €. En­fin 1,2 mil­lion d’eu­ros de­vrait être af­fec­té à l’amé­na­ge­ment du pôle as­so­cia­tif, dans les an­ciens bâ­ti­ments de Le­hu­geur, à la Fou­que­rie.

Les fi­nances de la Ville, se­lon la ma­jo­ri­té, semblent bien se por­ter. Mal­gré des do­ta­tions de l’Etat qui stag­nent et sans avoir re­cours à l’im­pôt des mé­nages, la Ville par­vient à di­mi­nuer sa dette tout en as­su­rant des in­ves­tis­se­ments.

Gaëlle Pio­line, 1re ad­jointe au maire en charge des fi­nances, et Yves Goas­doué, dé­pu­té-maire de Flers.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.