Ce que dit la chambre ré­gio­nale des comptes

L'Orne Combattante (FL) - - FLERS -

Le con­seil mu­ni­ci­pal de Flers s’est pen­ché, ce lun­di 20 fé­vrier, sur le rap­port de la chambre ré­gio­nale des comptes qui a été ré­di­gé à l’is­sue du contrôle des comptes et de la ges­tion de la Ville de Flers pour les exer­cices 2011 et sui­vants. « C’est le mo­ment de vé­ri­té sur la santé fi­nan­cière de la Ville et sur la ma­nière dont sont gé­rées les af­faires », a sou­li­gné Yves Goas­doué. En conclu­sion, la chambre des comptes in­dique que « la ville de Flers n’est pas su­jette ac­tuel­le­ment à dif­fi­cul­té fi­nan­cière » ou en­core que « la fia­bi­li­té de la comp­ta­bi­li­té gé­né­rale ap­pa­raît glo­ba­le­ment as­su­rée ».

Tou­te­fois, la ju­ri­dic­tion émet quelques cri­tiques, no­tam­ment sur l’en­det­te­ment. « Notre en­det­te­ment dé­croît », as­sure Yves Goas­doué. Et d’ajou­ter, « la chambre ré­gio­nale des comptes cite un cer­tain nombre d’em­prunts struc­tu­rés, ce sont les fa­meux em­prunts Dexia (des em­prunts à risque, NDLR), il y en a d’autres mais qui n’ont pas de ca­rac­tère de dan­ge­ro­si­té. Elle a ar­rê­té sa pé­riode de contrôle avant qu’on re­né­go­cie. Il n’y a plus à les ci­ter puis­qu’ils n’existent plus ».

Les charges de per­son­nel poin­tées

La Chambre ré­gio­nale des comptes es­time éga­le­ment qu’une « plus grande maî­trise de l’évo­lu­tion des charges de per­son­nel [est sou­hai­table] pour as­su­rer le main­tien des équi­libres fi­nan­ciers à moyen terme ». En ef­fet, la ju­ri­dic­tion re­lève « un ac­crois­se­ment re­la­ti­ve­ment ra­pide de [ces charges], proche de 3 % par an, en moyenne, entre 2011 et 2015, qui a dé­jà contri­bué à ré­duire le ni­veau de la ca­pa­ci­té d’épargne de­puis 2013 ».

A ce­la, Yves Goas­doué ré­pond que « la moi­tié de l’aug­men­ta­tion de la masse sa­la­riale est due à des me­sures na­tio­nales qui nous échappent ». Pour le reste, le maire sou­ligne que les an­nées 2010, 2011 et 2012, pen­dant les­quelles la chambre des comptes a exer­cé son contrôle étaient « aty­piques ». Se­lon l’élu, c’est le mo­ment où se sont opé­rées les mu­tua­li­sa­tions entre la Ville et l’ag­glo­mé­ra­tion, d’où des ré­sul­tats à nuan­cer.

Le maire se ré­jouit, en re­vanche, que la chambre constate que « la Ville a dé­ga­gé des ex­cé­dents bud­gé­taires », qu’elle a « aug­men­té de ma­nière si­gni­fi­ca­tive son ni­veau d’au­to­fi­nan­ce­ment » ou en­core « que la si­tua­tion fi­nan­cière de la ville est fa­vo­rable ».

« Nous avons une Ville qui a des fi­nances saines et qui est en ca­pa­ci­té de faire des in­ves­tis­se­ments », conclut Yves Goas­doué qui rap­pelle tou­te­fois que Flers a « un po­ten­tiel fis­cal re­la­ti­ve­ment faible » et as­sume « une sur­charge de cen­tra­li­té ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.