La grogne des ri­ve­rains après les ac­ci­dents

Au lieu-dit La Me­rou­sière, les ri­ve­rains sont en co­lère. Les au­to­mo­bi­listes roulent trop vite et les ac­ci­dents s’en­chaînent. Une pé­ti­tion a été en­voyée en mai­rie.

L'Orne Combattante (FL) - - CONDÉ - M.T.

Ro­se­line Oger, sa fille ser­rée contre elle, a en­core des tré­mo­los dans la voix quand elle évoque l’ac­ci­dent. C’est en août 2016.

« Nous nous ba­la­dions en fa­mille sur la route. Ma belle-mère était en fau­teuil rou­lant. Moi d’un cô­té avec ma chienne, te­nue en laisse, et de l’autre cô­té le reste de la fa­mille avec mes filles. Deux voi­tures sont ar­ri­vées en fa­ceà-face trop vite. L’une en vou­lant évi­ter le fau­teuil rou­lant a per­cu­té notre chienne. Elle est morte sur le coup. Mes en­fants ont pleu­ré jus­qu’au re­tour à la mai­son. »

Cet ac­ci­dent, qui a mar­qué les ri­ve­rains, a été ce­lui de trop pour les ha­bi­tants du vil­lage de la Me­rou­sière. Sur­tout que ce n’est pas le pre­mier. « De­puis plu­sieurs an­nées, il y a des clô­tures ar­ra­chées », ex­pliquent Mi­chel et Jean-Pierre Le­prince, agri­cul­teurs. En 2012, un vé­hi­cule est ren­tré dans un trans­for­ma­teur. En 2015, une voi­ture ar­ri­vant en haut du vil­lage a per­cu­té un trac­teur.

Der­niè­re­ment, le di­manche 12 fé­vrier, deux jeunes à bord d’une Ci­troën C4 ont ta­pé dans un po­teau élec­trique pro­vo­quant une cou­pure de cou­rant. « Par chance, le po­teau est tom­bé sur une haie et non sur une mai­son », constate Gé­rald Ni­vaux. « Il y a eu un mort en 1998 dans le vi­rage », se rap­pelle Mi­chel Le­prince.

Pour­quoi au­tant de pas­sage sur cette pe­tite route de cam­pagne li­mi­tée à 50 km/h ? « C’est un axe très fré­quen­té. Les gens qui viennent de Flers ou Tin­che­bray passent par ici pour évi­ter le centre-ville de Con­dé et re­joindre les zones d’ac­ti­vi­tés Maxi­mi­lien Vox et Charles Tel­lier », ré­pond Ri­chard Du­pont.

Ici, on compte sept mai­sons et deux fermes. Des gens se pro­mènent : « des ri­ve­rains, des ran­don­neurs, nos en­fants. Il faut une sur­veillance per­ma­nente. On évite de se pro­me­ner avec les en­fants sur cette por­tion no­tam­ment à cer­tains ho­raires », in­dique Ro­se­line.

« Entre 12 h 30 et 13 h 30, les au­to­mo­bi­listes sont très pres­sés », ajoute Ri­chard Du­pont.

En sep­tembre 2016, les ri­ve­rains ont en­voyé une pé­ti­tion en mai­rie de Con­dé-sur-Noi­reau. Elle est si­gnée de huit ha­bi­tants du vil­lage.

Dans leur lettre, ils sou­haitent que des ra­len­tis­seurs soient mis en place et que l’amé­na­ge­ment de la route soit re­vu.

Gé­rald Ni­vaux, Mi­chel Le­prince, Ri­chard Du­pont, Jean-Pierre Le­prince et Ro­se­line Oger sont des ha­bi­tants du vil­lage de La Me­rou­sière.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.