« Nous al­lons étu­dier les amé­na­ge­ments pos­sibles »

L'Orne Combattante (FL) - - CONDÉ -

Pa­trick Beau­quesne, mai­read­joint en charge des tra­vaux : « J’ai été in­for­mé du pro­blème sou­le­vé par les ri­ve­rains de la Mé­rou­zière, et de leurs craintes quant aux ac­ci­dents sur la route qui des­sert leur vil­lage. Je veux les as­su­rer que nous tra­vaillons sur ce su­jet. J’ai pris contact avec la gen­dar­me­rie qui m’a ex­pli­qué, mal­gré l’ac­ci­dent sur­ve­nu au dé­but du mois, que cette route ne pré­sente pas de ca­rac­tères par­ti­cu­liè­re­ment ac­ci­den­to­gènes. Il ap­pa­raît que sur cette « pe­tite route de cam­pagne ty­pique du bo­cage » qui fait re­joindre l’axe Con­dé-Vire à ceux de Con­dé-Flers ou Tin­che­bray, et in­ver­se­ment, les ac­ci­dents sur­ve­nus sont prin­ci­pa­le­ment le fait de com­por­te­ments qui, de fa­çon évi­dente, ne res­pectent pas les li­mites de vi­tesse. La res­pon­sa­bi­li­té tient d’abord à un manque de pru­dence ci­toyenne élé­men­taire. Néan­moins, un ac­ci­dent est tou­jours un ac­ci­dent de trop. Nous sol­li­ci­te­rons la gen­dar­me­rie pour des contrôles plus fré­quents. Sur­tout, nous fai­sons étu­dier les amé­na­ge­ments pos­sibles : par exemple des ra­len­tis­seurs ou cous­sins ber­li­nois, qui pour­raient le cas échéant être ins­tal­lés pour obli­ger les conduc­teurs à ré­duire leur vi­tesse, tout en at­ti­rant l’at­ten­tion des ri­ve­rains sur les pos­sibles nui­sances en termes de bruit. Si l’étude est concluante, nous pro­po­se­rons au con­seil d’ins­crire cette dé­pense au bud­get 2017. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.