Ré­si­dents et en­fants jouent avec les mots

L'Orne Combattante (FL) - - BRIOUZE -

Jeu­di 9 fé­vrier, la mai­son de re­traite Notre-Dame à Briouze, a ac­cueilli la cé­ré­mo­nie de ré­com­pense de la soupe de mots, un concours de Fran­çais in­ter­gé­né­ra­tion­nel.

Il y avait du monde ce jeu­di 9 fé­vier dans la salle d’ani­ma­tion de l’Éta­blis­se­ment d’hé­ber­ge­ment pour per­sonnes âgées dé­pen­dantes, Ehpad, No­tre­Dame à Briouze.

L’éta­blis­se­ment a ac­cueilli les 19 élèves de 5e du col­lège No­tre­Dame ain­si que les 26 élèves de CM2 de l’école Saint-Louis afin de les ré­com­pen­ser pour leur par­ti­ci­pa­tion à la soupe de mots.

Le but de ce jeu, or­ga­ni­sé par les ani­ma­trices de la mai­son de re­traite, était simple : les par­ti­ci­pants ne de­vaient uti­li­ser que 17 mots-in­gré­dients im­po­sés afin d’écrire un texte d’une di­zaine de lignes pou­vant prendre la forme d’une his­toire, d’une lettre, d’un ar­ticle ou bien même d’un pitch de film.

« Avec l’in­ter­dic­tion de chan­ger les mots et de conju­guer les verbes don­nés », pré­cise Ka­rine Bar­ré, ani­ma­trice à l’Ehpad et à l’ini­tia­tive de cet évé­ne­ment. Les en­fants ont ain­si dû com­po­ser avec quelques mots ori­gi­naux comme cas­so­lette, or­don­nance ou en­core sus­ten­ter. Les ré­si­dents ont joué aus­si le jeu puis­qu’ils ont éga­le­ment par­ti­ci­pé à ce concours avec d’autres mots im­po­sés tels que leste, ob­nu­bi­ler ou en­core tin­tin.

Cinq élèves ont été ré­com­pen­sés par le ju­ry, com­po­sé d’une qua­ran­taine de pen­sion­naires de l’éta­blis­se­ment.

« Émo­tion­nel­le­ment, cer­tains ré­si­dents ont été tou­chés par les textes dans les­quels les en­fants évo­quaient leurs grands-pa­rents », sou­ligne Ka­rine Bar­ré. Par­mi les lau­réats, la pro­duc­tion d’Eden, en classe de 5e, a par­ti­cu­liè­re­ment mar­qué les pen­sion­naires de l’EPHAD.

« Ce texte sur l’amour, la li­ber­té et la joie était très in­té­res­sant », ex­plique soeur Odile. Ni­na, l’élève de CM2 a éga­le­ment im­pres­sion­né. « Le texte était très beau et j’ai été très émue », avoue Jac­que­line.

Les ga­gnants du jeu ont re­çu cha­cun une carte ca­deau d’une va­leur de 15 €. Par ailleurs, les élèves de Notre-Dame ont rem­por­té cha­cun un lot de quatre sty­los alors qu’un jeu de so­cié­té a été of­fert pour la classe de CM2.

« Je suis très heu­reuse »

Dé­bo­rah Su­line-Vi­bert, pro­fes­seur de Fran­çais au col­lège Notre-Dame a été im­pres­sion­né par les pro­grès de ses élèves. « Ils ont pris du plai­sir à tra­vailler pour ce concours et cer­tains ont été sur­pris eux-mêmes par leurs réa­li­sa­tions » note la jeune femme, qui a re­mar­qué aus­si « des pro­grès dans le lexique et le vo­ca­bu­laire des élèves ». Du cô­té des an­ciens, le concours a per­mis d’ap­por­ter un peu cha­leur dans un quo­ti­dien.

« Les ré­si­dents ap­pré­cient le contact avec les en­fants avec les­quels nous tra­vaillons ré­gu­liè­re­ment via notre collaboration avec les écoles de Briouze », note Ka­rine Bar­ré.

Et ce ne sont pas les ré­si­dents qui di­ront le contraire. « Je suis très heu­reuse de voir les en­fants et je ne loupe au­cun de leur pas­sage ici », avoue Gi­sèle, der­rière un sou­rire qu’elle peine à dis­si­mu­ler.

Quant à Claude : « le fait de voir des en­fants me rap­pelle ma jeu­nesse. Ils sont sym­pa­thiques et ils mettent l’am­biance ! »

La ren­contre a eu lieu le 9 fé­vrier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.