Un re­fuge pour ani­maux bles­sés

L'Orne Combattante (FL) - - LA UNE -

Un re­fuge pour ani­maux mal­trai­tés ou­vri­ra ses portes le 15 mars dans le pays de Briouze. Chiens, chats, po­neys… Plus de 150 ani­maux se­ront ac­cueillis.

Le 15 mars pro­chain, Sté­pha­nie ou­vri­ra un re­fuge à Mon­treuil-auHoulme près de Briouze. Son as­so­cia­tion, Su­zi han­di­cap ani­mal, soigne des ani­maux mal­trai­tés et han­di­ca­pés.

Sté­pha­nie Li­si­cki, 28 ans, a gran­di en com­pa­gnie des ani­maux de­puis toute pe­tite.

« À l’âge de 7 ans, avec ma ma­man, je me suis oc­cu­pée d’une ju­ment qui avait su­bi un grave ac­ci­dent. Elle s’ap­pe­lait Su­zi. On n’ar­rê­tait pas de me dire que ce­la ne ser­vait à rien de la soi­gner. Elle a vé­cu 16 ans quand même chez nous », ex­plique Sté­pha­nie.

La ju­ment a été ac­cueillie à Mé­ry-Cor­bon dans le Cal­va­dos. Un re­fuge de 17 ha ou d’autres ani­maux sont vite ve­nus la re­joindre.

C’est là-bas qu’elle prend soin des ani­maux mal­trai­tés et han­di­ca­pés. 150 en­vi­ron. Mais au­jourd’hui, Sté­pha­nie veut voir plus grand avec son as­so­cia­tion Su­zi han­di­cap ani­mal créée en 2014.

« J’ai ache­té un corps de ferme à Mon­treuil-auHoulme, près de Briouze, pour les ac­cueillir dans de meilleures condi­tions. On est ac­tuel­le­ment dans les gros tra­vaux de construc­tion, fon­da­tion, toi­ture, des bâ­ti­ments pour les ani­maux. On y ac­cueille­ra, dès le 15 mars pro­chain, des chiens, chats, mou­tons, co­chons, etc.. » Cet ange gar­dien des ani­maux va y pour­suivre sa mis­sion. « Je ré­cu­père des ani­maux des par­ti­cu­liers qui viennent me les ap­por­ter, la gen­dar­me­rie et des cli­niques vé­té­ri­naires. »

Cette an­cienne auxi­liaire vé­té­ri­naire ac­cueille des ani­maux des quatre coins du pays.

« 90 % des cas sont de la mal­trai­tance. La mé­chan­ce­té des pro­prié­taires va par­fois très loin », ajoute Sté­pha­nie. Les ani­maux re­cueillis ont par­fois de lourds han­di­caps et

de gros pro­blèmes de santé. « Il faut comp­ter entre 5 000 et 10 000 eu­ros par mois de frais de vé­té­ri­naire. »

Alors l’as­so­cia­tion qui compte 60 adhé­rents cherche des do­na­teurs. « Nous en avons eu 200

en 2016 », se ré­jouit Sté­pha­nie. Il y a quelques jours, l’as­so­cia­tion a fait ap­pel aux bonnes vo­lon­tés pour les tra­vaux du nou­veau re­fuge de Mon­treui­lau-Houlme.

Des bé­né­voles au grand coeur

Sur le chan­tier, ce jour-là, il y a Oli­vier Gro­seiller 43 ans, ha­bi­tant à Vire. Il tra­vaille dans une mai­son mé­di­cale spé­cia­li­sée comme agent de main­te­nance en bâ­ti­ment.

Il est éga­le­ment bé­né­vole de­puis deux ans à l’as­so­cia­tion. « Il y a trois ans, j’ai ac­quis deux po­nettes han­di­ca­pées. J’ai ren­con­tré en­suite l’as­so­cia­tion.

Au­jourd’hui, je m’in­ves­tis dès que j’ai du temps libre ce qui per­met aus­si de créer des liens avec les ani­maux et les autres bé­né­voles. » Mar­jo­rie Que­nault, 23 ans,

ha­bite à Mé­zi­don-Ca­non. « De­puis que je suis en­fant, je veux tra­vailler dans ce mi­lieu. J’ai re­joint l’as­so­cia­tion en oc­tobre 2015 avec un grand plai­sir. Chaque bé­né­vole ici a beau­coup d’amour à don­ner aux ani­maux. »

« Ce n’est pas évident de trou­ver des bé­né­voles pour s’oc­cu­per des ani­maux, les pro­me­ner, mais pour les ani­maux han­di­ca­pés c’est un peu plus com­pli­qué car là il faut faire des soins, les la­ver car cer­tains sont in­con­ti­nents. Il faut da­van­tage d’at­ten­tion car ils sont ap­pa­reillés », dé­taille la jeune femme.

As­so­cia­tion su­zi han­di­cap ani­mal, contact Sté­pha­nie Li­si­cki au 06 64 72 21 55. Page Fa­ce­book : as­so­cia­tion su­zi han­di­cap ani­mal of­fi­ciel.

10 000 eu­ros de frais de vé­to

Sté­pha­nie prend soin d’ani­maux mal­trai­tés (Pho­tos DR).

Oli­vier et Mar­jo­rie ont don­né un coup de main pour le chan­tier il y a quelques jours.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.