Asile de Ma­rie : ils en­vi­sagent de por­ter plainte

Au­tour de l’éta­blis­se­ment d’hé­ber­ge­ment pour per­sonnes âgées dé­pen­dantes, la po­lé­mique enfle et les ver­sions di­vergent dia­mé­tra­le­ment. Des sa­la­riés et ex-sa­la­riés an­noncent por­ter plainte tan­dis que, face aux ac­cu­sa­tions, un col­lec­tif op­po­sé a vu le jour.

L'Orne Combattante (FL) - - SUISSE NORMANDE -

Thu­ry-Har­court.

Pour l’heure, les deux plaintes n’ont tou­jours pas été dé­po­sées mais elles le se­ront « pro­chai­ne­ment », a in­di­qué ven­dre­di 3 mars, John Sa­liou, se­cré­taire gé­né­ral de l’USD CGT San­té Ac­tion so­ciale 14. Ce­lui-ci or­ga­ni­sait un point presse à la Mai­son des syn­di­cats au 29, ave­nue Char­lotte-Cor­day, à Caen, au su­jet de la po­lé­mique au­tour de l’éta­blis­se­ment d’hé­ber­ge­ment pour per­sonnes âgées dé­pen­dantes de Thu­ryHar­court, L’Asile de Ma­rie.

La po­lé­mique enfle

Une de­vrait concer­ner les prud’hommes et 10 dos­siers in­di­vi­duels ; l’autre se­ra en­vi­sa­gée de­vant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel pour mise en dan­ger de la vie d’au­trui et des alertes et si­gna­le­ments au­près de l’Agence ré­gio­nale de san­té.

Un mois après la pu­bli­ca­tion, dans nos co­lonnes, de l’ar­ticle in­ti­tu­lé Har­cè­le­ment ou ca­lom­nies : que se passe-t-il à L’Asile Sainte-Ma­rie ?* la po­lé­mique enfle au­tour de l’Éta­blis­se­ment d’hé­ber­ge­ment pour per­sonnes âgées dé­pen­dantes et les ver­sions di­vergent dia­mé­tra­le­ment.

Les ver­sions di­vergent

La se­maine der­nière, tou­jours dans L’Orne Com­bat­tante, des sa­la­riés dé­fen­daient l’éta­blis­se­ment d’hé­ber­ge­ment pour per­sonnes âgées dé­pen­dantes (Eh­pad) et leur di­rec­trice face aux ac­cu­sa­tions de har­cè­le­ment et de fautes de ma­na­ge­ment pro­fé­rées par des sa­la­riés et ex­sa­la­riés.

Au­tour de la table, ce ven­dre­di, une di­zaine de per­sonnes, sa­la­riées ou cadres de san­té, syn­di­ca­listes et dé­lé­gués syn­di­caux. En­semble, ils for­me­raient une in­ter­syn­di­cale de fait mais, ré­gle­men­tai­re­ment, il n’est rien : l’éta­blis­se­ment de Thu­ry-Har­court ne re­con­naît qu’un seul syn­di­cat re­pré­sen­ta­tif, la CFDT.

Ces deux syn­di­cats sou­tiennent pour­tant en­semble une charge sé­vère contre la di­rec­trice de l’Eh­pad : « Nous avons re­cueilli une tren­taine de té­moi­gnages écrits de sa­la­riées. Cer­tains sou­haitent gar­der l’ano­ny­mat, re­dou­tant des re­pré­sailles de la di­rec­tion ». Cer­tains té­moi­gnages ont été lus ce ven­dre­di à la presse et « tous font état de mal­trai­tance, de manque de res­pect, de li­cen­cie­ments cu­rieux », af­firment Vir­gi­nie (CFDT) et Ju­lie (CGT).

« Com­ment en est-on ar­ri­vé là ? Pour­quoi tant de souf­france ? » John Sa­liou dit consta­ter que « les pro­blèmes com­mencent réel­le­ment avec l’ar­ri­vée de la nou­velle di­rec­tion : ma­ni­pu­la­tion du per­son­nel, hu­mi­lia­tion, etc. Nous avons re­cueilli les do­cu­ments qui illus­trent tout ce que nous di­sons… » Des faits que ré­futent en bloc la di­rec­trice de l’éta­blis­se­ment, Ma­rie-Cé­line Huck, le pré­sident de la com­mis­sion ad­mi­nis­tra­tive de la Fon­da­tion Asile de Ma­rie, Phi­lippe La­galle (lire ci-contre), mais aus­si une par­tie des sa­la­riés ren­con­trés fin fé­vrier*.

Seule la jus­tice semble au­jourd’hui pou­voir dé­mê­ler le vrai du faux et mettre fin à la po­lé­mique au­tour de cet Eh­pad qui ac­cueille 87 ré­si­dents et dis­pose de 26 ap­par­te­ments en foyer lo­ge­ment.

Au­tour de l’Éta­blis­se­ment d’hé­ber­ge­ment pour per­sonnes âgées dé­pen­dantes Asile de Ma­rie, la po­lé­mique enfle et les ver­sions di­vergent dia­mé­tra­le­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.