Nou­velle frus­tra­tion du FC Flers à do­mi­cile face à Deau­ville

Deux matchs à do­mi­cile de suite, contre Mon­de­ville et Deau­ville/Trou­ville et même ré­sul­tat pour le FC Flers, bat­tu d’un seul but à chaque fois. Des ré­sul­tats frus­trants et nul­le­ment mé­ri­tés pour les Or­nais.

L'Orne Combattante (FL) - - SPORTS -

Dé­ci­dé­ment, dif­fi­cile de sor­tir la tête de l’eau cette sai­son pour le FC Flers qui n’ar­rive pas à en­chaî­ner les vic­toires qui, pour­tant, ne se­raient pas illo­giques au re­gard de la pres­ta­tion des joueurs d’An­toine Hus­son.

Sa­me­di 5 mars, contre Deau­ville/Trou­ville, les Flé­riens peuvent avoir de très gros re­grets. Ils ont en­cais­sé un but sur coup de pied ar­rê­té à la 64e mi­nute après un cu­rieux com­por­te­ment de l’ar­bitre qui, suite à une énorme ter­gi­ver­sa­tion, est re­ve­nu sur sa dé­ci­sion d’ac­cor­der un pe­nal­ty très lo­gique aux Flé­riens.

Pe­nal­ty an­nu­lé

Pour­tant, tous les in­gré­dients y étaient, l’at­ta­quant flé­rien a été fau­ché dans la sur­face de ré­pa­ra­tion. Pe­nal­ty sans hé­si­ta­tion dans un pre­mier temps puis, le di­rec­teur de jeu est re­ve­nu sur sa dé­ci­sion et a an­nu­lé ce der­nier sans dé­cer­ner de car­ton, ni jaune, ni rouge, au dé­fen­seur deau­villais fau­tif. De quoi dé­sta­bi­li­ser un ad­ver­saire.

Du cô­té d’An­toine Hus­son on n’en croyait pas ses yeux et ses oreilles.

« J’avoue que je n’ai pas com­pris la dé­ci­sion de l’ar­bitre d’an­nu­ler un pe­nal­ty pour­tant bien fla­grant. La dis­cus­sion a du­ré pen­dant près de cinq mi­nutes avec les Deau­villais et ces der­niers ont ob­te­nu gain de cause. Nous sommes une fois de plus frus­trés par ce ré­sul­tat. Le nul au­rait été équi­table, seule­ment voi­là. L’ar­bitre en a dé­ci­dé au­tre­ment et, en­suite, on se prend un but sur coup de pied ar­rê­té ! »

Une nou­velle dé­faite, la sep­tième en seize jour­nées, qui n’ar­range pas vrai­ment les af­faires du FC Flers qui re­des­cend à la dixième place du clas­se­ment à huit jour­nées de la fin du cham­pion­nat 2016/2017 où les es­poirs d’ac­ces­sion en na­tio­nale 3 s’éloignent.

« Après cette nou­velle dés­illu­sion, il faut vite pas­ser à autre chose et no­tam­ment au pro­chain match, sa­me­di 11 mars, chez le voi­sin vi­rois, une équipe en forme en ce mo­ment. »

Ef­fec­ti­ve­ment, sa­me­di der­nier, les Vi­rois sont al­lés te­nir le lea­der Mon­de­ville (1-1) sur le ter­rain de ce der­nier. De quoi les mettre en confiance avant de re­ce­voir une équipe flé­rienne fra­gi­li­sée mo­ra­le­ment.

Vire, pointe en sep­tième po­si­tion, avec 36 points, trois de plus que le FC Flers, mais avec un match en moins. Une vic­toire flé­rienne sur la pe­louse du stade Pierre-Compte re­lan­ce­rait cette der­nière de belle fa­çon.

Un chal­lenge tout à fait pos­sible car les équipes se valent dans ce cham­pion­nat 2016/2017 au re­gard des écarts de buts avec des vic­toires sur le plus pe­tit des scores mais qui fait toute la dif­fé­rence sur le plan comp­table.

Le Flé­rien An­toine Stef­fen contourne le bloc dé­fen­sif de Deau­ville.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.