Psy­chose au­tour d’une ca­mion­nette

Des en­fants au­raient été abor­dés par une ca­mion­nette dans le Pays de Briouze. L’in­for­ma­tion est lar­ge­ment am­pli­fiée par les ré­seaux so­ciaux.

L'Orne Combattante (FL) - - LA UNE - M.T. avec L.L.

Sur les ré­seaux so­ciaux, l’in­for­ma­tion cir­cule : des en­fants au­raient été ap­pro­chés par une per­sonne dans une ca­mion­nette blanche, il y a quelques jours, dans le pays de Briouze. Sans vou­loir cé­der à la psy­chose, la gen­dar­me­rie ap­pelle à la vi­gi­lance.

Une per­sonne au vo­lant d’une four­gon­nette blanche au­rait adres­sé la pa­role à des sco­laires à des ar­rêts de bus dans le pays de Briouze ces der­niers temps.

Sur le ré­seau so­cial Fa­ce­book, un mes­sage cir­cule : « At­ten­tion. Mes­sage im­por­tant à faire cir­cu­ler lar­ge­ment. Un vé­hi­cule uti­li­taire blanc aux vitres tein­tées ac­coste les en­fants à la sor­tie de l’école […] un vé­hi­cule im­ma­tri­cu­lé dans le 50. Il a été vu sur Vi­mou­tiers et Trun. »

C’est en réa­li­té dans le pays de Briouze que les faits se se­raient dé­rou­lés le 27 fé­vrier der­nier. La maire de Saint-Hi­laire-de-Briouze, Ch­ris­tine Pom­mier, ex­plique que des fa­milles sont ve­nues en mai­rie si­gna­ler les faits. « Deux en­fants de Saint-Hi­laire ont été ap­pro­chés se­lon les pa­rents mais dif­fi­cile de confir­mer. »

Dans les écoles et col­lèges de Briouze et ses en­vi­rons, les chefs d’éta­blis­se­ment ont ra­pi­de­ment aler­té les en­fants et pa­rents sur des règles de pru­dence de base.

« Nous leur avons in­di­qué d’être plus vi­gi­lants à la sor­tie des écoles », ex­plique Em­ma­nuel Cor­nu, di­rec­teur de l’école pri­maire pu­blique de Briouze.

Au­cune plainte n’a été dé­po­sée à la gen­dar­me­rie. « Mais des si­gna­le­ments nous ont été re­mon­tés dans le sec­teur de Briouze », ex­plique tout de même le chef d’es­ca­dron Laurent Cau­dan, com­man­dant de la com­pa­gnie de gen­dar­me­rie de Dom­front-en-Poi­raie.

« Deux ado­les­cents ont dé­po­sé de­vant les gen­darmes le 28 fé­vrier » ex­plique Hugues de Phi­ly, pro­cu­reur de la ré­pu­blique d’Ar­gen­tan. « L’un au­rait été abor­dé par le conduc­teur d’une ca­mion­nette blanche le ma­tin et le se­cond le soir, mais au­cune in­frac­tion n’a été rap­por­tée. Le conduc­teur n’a pas ten­té quoi que ce soit contraire à la loi ».

In­sé­cu­ri­té qui n’a pas lieu d’être

L’af­faire est prise au sé­rieux mais le pro­cu­reur de­mande « à adop­ter le bon sens ». Les ré­seaux so­ciaux semblent en ef­fet s’être em­bal­lés et créent un sen­ti­ment de psy­chose. « Une ex­plo­sion de mes­sages qui crée la ru­meur et une in­sé­cu­ri­té lo­ca­le­ment qui n’a pas lieu d’être » in­siste le co­lo­nel Baillar­geat, com­man­dant du grou­pe­ment de gen­dar­me­rie de l’Orne.

Dé­jà, en 2016, une ca­mion­nette blanche avait été si­gna­lée du cô­té de Bel­lou-en-Houlme pour les mêmes faits. À ce stade, au­cun élé­ment ne per­met de confir­mer la pré­sence de ce vé­hi­cule sur les sec­teurs de Vi­mou­tiers et Trun, in­for­ma­tion qui se pro­page tou­jours sur les ré­seaux so­ciaux.

(Ar­chives)

Les gen­darmes prennent l’af­faire au sé­rieux mais de­mandent à ne pas tom­ber dans la psy­chose.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.