Par­ti, l’ex-com­mer­çant laisse des ar­doises

L'Orne Combattante (FL) - - BRIOUZE ET SON PAYS - M.T.

L’an­cien gé­rant du MTL snack est par­ti sans don­ner de nou­velles. Il laisse tout de même der­rière lui quelques im­payés chez des com­mer­çants voi­sins.

Sur la porte vi­trée du com­merce si­tué, place du Gé­né­ral Le­clerc, une feuille blanche avec un mot écrit au crayon noir. « Fer­me­ture cause tra­vaux du 10/02 au 19/02 mer­ci ».

Un mes­sage du gé­rant pour aver­tir sa clien­tèle. Sauf que le com­merce n’a pas rou­vert. L’ex­gé­rant qui a re­pris l’af­faire fin 2016 n’a plus don­né de nou­velles de­puis son dé­part.

« Je me suis fait avoir »

Une his­toire qui pour­rait en res­ter là si ce der­nier n’avait pas lais­sé quelques ar­doises chez des com­mer­çants voi­sins.

« Je me suis fait avoir, lâche ce com­mer­çant dé­pi­té. J’ai avan­cé des achats dans mon com­merce pour lui. Je n’avais pas à faire ça mais il y a de l’abus de sa part ».

Il re­grette sa trop grande confiance ac­cor­dée au gé­rant du snack. « Au dé­but il payait le len­de­main ou le sur­len­de­main jus­qu’au jour où il n’est pas re­ve­nu… »

Et d’ajou­ter : « Il s’est im­mis­cé dans nos vies et a ga­gné notre confiance. Entre com­mer­çants, dans une pe­tite com­mune, on s’en­traide sur­tout qu’il fai­sait du bon bou­lot dans son snack pour­tant. »

Ce der­nier a por­té plainte. « Mais on ne peut rien lui re­pro­cher. J’ai juste mes yeux pour pleu­rer car le pré­ju­dice est de plu­sieurs mil­liers d’eu­ros. »

Chez d’autres com­mer­çants éga­le­ment tou­chés, pas fa­cile d’en par­ler. On pré­fère se taire.

Pour un com­mer­çant, qui n’a pas été vi­sé « la fi­celle était un peu grosse ».

Se­lon nos in­for­ma­tions, l’ex­gé­rant du MTL au­rait lais­sé des ar­doises chez 4-5 com­mer­çants de Briouze.

« Nous avons un dos­sier et une en­quête est en cours », ex­plique le com­man­dant Laurent Cau­dan, chef d’es­ca­dron de la com­pa­gnie de gen­dar­me­rie de Dom­front-en-Poi­raie.

Par ailleurs, nous avons ten­té de joindre l’ex-com­mer­çant qui gé­rait le snack, en vain.

Le MTL snack n’est plus ou­vert de­puis plu­sieurs se­maines.

Le mot sur la porte in­di­quant la fer­me­ture du snack.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.