Le dé­pu­té-maire ex­plique son re­trait

Le dé­pu­té-maire Flers a of­fi­ciel­le­ment an­non­cé qu’il ne se­ra pas le can­di­dat du Par­ti so­cia­liste et de ses al­liés dans la troi­sième cir­cons­crip­tion de Flers lors des pro­chaines lé­gis­la­tives. Isa­belle Bo­scher, sa sup­pléante, se­ra la can­di­date.

L'Orne Combattante (FL) - - LA UNE - Tho­mas Gour­lin

C’est dé­sor­mais of­fi­ciel. Le dé­pu­té de la troi­sième cir­cons­crip­tion de l’Orne, le maire ap­pa­ren­té so­cia­liste de Flers, Yves Goas­doué, ne se re­pré­sente pas lors des pro­chaines élec­tions lé­gis­la­tives pré­vues les 11 et 18 juin 2017.

Il a of­fi­cia­li­sé ce qui était de­ve­nu un se­cret de Po­li­chi­nelle lors d’une confé­rence de presse, dans son bu­reau de la mai­rie de Flers, jeu­di 9 mars, peu avant une réunion du Par­ti so­cia­liste qui a dé­bou­ché sur l’in­ves­ti­ture de sa sup­pléante, Isa­belle Bo­scher, comme can­di­date so­cia­liste. Si Isa­belle Bo­scher était élue, son sup­pléant se­rait l’ad­joint flé­rien et conseiller dé­par­te­men­tal PS Lo­ri Hel­lo­co.

Ne pas « sau­ter sur l’élec­tion d’après »

Sur les rai­sons de ce choix, Yves Goas­doué confie : « J’ai dé­ci­dé de consa­crer tout mon temps et toute mon éner­gie à la ville de Flers et à l’in­ter­com­mu­na­li­té de Flers Ag­glo ». Avec sa ré­élec­tion au poste de pré­sident de Flers Ag­glo, et l’agran­dis­se­ment très net de cette in­ter­com­mu­na­li­té in­ter­ve­nu au 1er jan­vier der­nier, il y a ef­fec­ti­ve­ment du tra­vail. « 55 000 ha­bi­tants, 42 com­munes… Les col­lègues maires et dé­lé­gués m’ont fait confiance à une très très large ma­jo­ri­té et je ne veux, et je ne peux pas les dé­ce­voir. On ne peut pas de­man­der la confiance aux gens pour im­mé­dia­te­ment sau­ter sur l’élec­tion d’après ».

Outre cette rai­son lo­cale, Yves Goas­doué ex­plique aus­si vou­loir res­pec­ter un texte de loi qu’il a sou­te­nu à l’As­sem­blée na­tio­nale, ce­lui sur le non-cu­mul des man­dats : « J’ai vo­té la loi sur le cu­mul des man­dats. Je me l’ap­plique donc à moi-même. Je se­rai dé­pu­té jus­qu’au der­nier mo­ment mais je vais do­ré­na­vant me consa­crer en­tiè­re­ment à Flers et à son ag­glo­mé­ra­tion ».

Nos­dé­pu­tés.fr

Lors de cette confé­rence de presse, Yves Goas­doué a van­té le bi­lan de son ac­tion au Pa­lais Bour­bon de­puis son élec­tion le 20 juin 2012 face au maire de Tin­che­bray Bocage Jé­rôme Nu­ry (qui était à l’époque le can­di­dat de l’UMP).

« Je crois avoir été d’une as­si­dui­té ab­so­lue », a-t-il dé­cla­ré. Il suf­fit de ta­per son nom sur le site In­ter­net www. nos­de­putes.fr pour le vé­ri­fier…

Au cours de ces cinq an­nées, il a no­tam­ment été pré­sident d’une com­mis­sion d’en­quête sur le ter­ro­risme et a été ré­cem­ment le rap­por­teur d’une loi por­tant sur la nou­velle doc­trine ap­pli­quée aux forces de l’ordre dans l’usage de leur arme de ser­vice. Alors qu’il s’agis­sait de son pre­mier man­dat de lé­gis­la­teur, Yves Goas­doué avait aus­si réus­si à ob­te­nir une place de membre dans la com­mis­sion des lois. « J’es­time avoir fait un tra­vail qui est per­fec­tible, mais un vrai tra­vail de par­le­men­taire »,a dé­cla­ré Yves Goas­doué avant d’an­non­cer que tous les élus de la cir­cons­crip­tion vont bien­tôt re­ce­voir un cour­rier dé­taillant « point par point » son ac­tion à l’As­sem­blée.

Une peur de perdre ?

Face à cette dé­ci­sion, il est lé­gi­time de se de­man­der si le contexte élec­to­ral na­tio­nal dans le­quel le Par­ti so­cia­liste et ses al­liés se trouvent n’a pas pe­sé dans la ba­lance au mo­ment où Yves Goas­doué a pris cette dé­ci­sion. L’in­té­res­sé s’en dé­fend. Se­lon lui, la cir­cons­crip­tion n’est ab­so­lu­ment pas per­due pour le PS. « Le sta­tut de l’Orne et de la 3e cir­cons­crip­tion est gar­dable pour les forces de pro­grès et pour les pro­gres­sistes », es­time Yves Goas­doué. Par­tant du prin­cipe que Jé­rôme Nu­ry se­ra le can­di­dat de la droite et du centre (il est in­ves­ti par le par­ti Les ré­pu­bli­cains mais n’a pas en­core of­fi­cia­li­sé sa can­di­da­ture), Yves Goas­doué a re­con­nu : « Le can­di­dat en face est un ex­cellent can­di­dat. Si la pré­si­den­tielle ne matche pas, ce se­ra ex­trê­me­ment dif­fi­cile. Mais la 3e cir­cons­crip­tion de l’Orne est ga­gnable ».

Yves Goas­doué, dans son bu­reau de la mai­rie de Flers, lors de cette confé­rence de presse.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.