L’aide-soi­gnante as­signe l’hô­pi­tal de Flers au tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif

L'Orne Combattante (FL) - - ENTRE BOCAGE ET SUISSE NORMANDE -

Le tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif de Caen a exa­mi­né jeu­di la re­quête d’une aide-soi­gnante du centre hos­pi­ta­lier de Flers (Orne) qui de­mande à l’éta­blis­se­ment de re­con­naître ses dou­leurs comme ma­la­die pro­fes­sion­nelle, ain­si que le ver­se­ment d’une somme de 1.500 € cor­res­pon­dant à ses frais de jus­tice.

Iris­sia Blot­tiere souffre de­puis plu­sieurs an­nées de dou­leurs lom­baires et cer­vi­cales. Ai­de­soi­gnante, elle es­time que ses ma­la­dies ré­sultent des tâches qui lui sont confiées au sein de l’éta­blis­se­ment hos­pi­ta­lier. La com­mis­sion de ré­forme hos­pi­ta­lière, dont l’avis est sou­vent sol­li­ci­té pour des ac­ci­dents de ser­vice, les ma­la­dies pro­fes­sion­nelles et les mises à la re­traite pour in­va­li­di­té, a émis à deux re­prises un avis dé­fa­vo­rable à la de­mande faite par l’em­ployée.

L’aide-soi­gnante es­time que le di­rec­teur du centre hos­pi­ta­lier a « mal ap­pré­cié » le lien entre ses dou­leurs chro­niques et son tra­vail au sein du ser­vice. Se­lon son avo­cate, Iris­sia Blot­tiere « sou­lève des pa­tients tous les jours de­puis cinq ans ». C’est cette ac­ti­vi­té qui lui au­rait cau­sé une scia­tique et une her­nie dis­cale.

Le rap­por­teur pu­blic a lui rap­pe­lé qu’une ma­la­die est dite pro­fes­sion­nelle si elle ré­sulte di­rec­te­ment des condi­tions de tra­vail d’un sa­la­rié, et si elle en­traîne une « in­ca­pa­ci­té per­ma­nente ». Pour le ma­gis­trat, les deux cer­ti­fi­cats mé­di­caux pré­sen­tés par Iris­sia Blot­tiere et éta­blis par les Dr Ar­naud et Mor­van, qui évoquent « le lien entre les lom­bal­gies chro­niques et l’ac­ti­vi­té de leur pa­tiente », ne prouvent en rien que les pa­tho­lo­gies sont bien liées à son ac­ti­vi­té pro­fes­sion­nelle. Il a éga­le­ment re­je­té les consé­quences d’un ac­ci­dent de tra­vail sur­ve­nu en 2006, évo­quant « un épi­sode iso­lé ».

Le rap­por­teur pu­blic, dont les avis sont sou­vent sui­vis par le juge, a donc pré­co­ni­sé jeu­di de re­je­ter la re­quête faite par Iris­sia Blot­tiere. Se­lon lui, le di­rec­teur du centre hos­pi­ta­lier de Flers « pou­vait tout à fait re­fu­ser » de re­con­naître ses dou­leurs comme ma­la­die pro­fes­sion­nelle.

Le tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif de Caen, qui a mis son ju­ge­ment en dé­li­bé­ré, ren­dra sa dé­ci­sion dans deux se­maines. B.M.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.