10 ans de coun­try dans les bottes pour AMLOS

Le 1er avril pro­chain, c’est une grande fa­mille qui va souffler ses 10 bou­gies salle Ros­so­li­ni : celle d’AMLOS* coun­try dance pré­si­dée par Au­ré­lie Bar­bé. Ren­contre avec Guy Wat­tez, 69 ans, qui en­cadre les cours de­puis 2011.

L'Orne Combattante (FL) - - LA FERTÉ ET SON PAYS -

Nous sommes lun­di soir, salle Paul-Sou­vray. Il est 17 h et Guy et Eli­sa­beth Wat­tez sont dé­jà là pour mettre en place le po­dium, la so­no, afin que tout soit prêt quand les pre­miers élèves vont ar­ri­ver. « Ce po­dium me per­met d’être vu par l’en­semble du groupe quand je donne mes consignes, tout en lui tour­nant le dos » ex­plique Guy Wat­tez. L’ani­ma­teur ac­cueille ce soir-là Ca­rine et Mar­tine dont c’est la pre­mière séance. D’em­blée, il les met en confiance. « Bien­ve­nue à vous et met­tez-vous à cô­té de mon épouse qui va vous ai­der. Mais sur­tout pas de stress : si vous vous trom­pez, ce n’est pas grave. On n’est pas là pour se ju­ger. Et vous ver­rez : quand le coun­try nous prend, c’est mort, plus rien n’existe en de­hors ».

Et c’est bien là l’es­prit des cours de coun­try : ap­prendre de nou­velles cho­ré­gra­phies, en sui­vant les di­rec­tives, et sans se sou­cier du re­gard des autres. Pour Guy et Eli­sa­beth Wat­tez, de La Ba­roche-sous-Lu­cé, la pra­tique de la coun­try remonte à une di­zaine d’an­nées. « De­puis long­temps, nous pre­nions des cours de danses de sa­lon à Flers, à Caen, et no­tam­ment de tan­go ar­gen­tin, ra­conte Guy. Un jour, une amie de ma femme nous a ap­pris que l’as­so­cia­tion AMLOS, qui pro­po­sait jusque-là des cours de mu­sique, al­lait créer une sec­tion coun­try. Nous étions cu­rieux de dé­cou­vrir cette nou­velle ac­ti­vi­té. L’am­biance nous a plu, car il n’y a pas d’éli­tisme, quel que soit le ni­veau. Et c’est par­ti comme ça ». Si du­rant les pre­mières an­nées, les cours à La Fer­té-Ma­cé étaient as­su­rés par Au­ré­lie Blan­chard et son frère Da­mien (on par­lait à l’époque des Cow-boys fer­tois), un pas­sage de flam­beau a eu lieu en sep­tembre 2011 avec Guy Wat­tez, qui est donc pas­sé d’élève à pro­fes­seur.

Cette ex­pé­rience a été pour lui com­plé­men­taire des danses de sa­lon. « Même si elle se fait en col­lec­tif, la danse coun­try est in­di­vi­duelle, pas en couple. C’est une danse très phy­sique, éner­gique et spor­tive, qui de­mande de la ri­gueur. Et c’est très bon pour la mé­moire. Si en danses de sa­lon, on ap­prend des fi­gures de base que l’on va en­suite adap­ter en fonc­tion du par­te­naire, de la mu­sique, de la salle, en coun­try, on ré­cite. Il n’y a pas place à l’im­pro­vi­sa­tion. Chaque mor­ceau a une cho­ré­gra­phie bien pré­cise à res­pec­ter pour que le mou­ve­ment d’en­semble soit agréable à re­gar­der ». Ain­si, pour Live, laugh, love de Clay Wal­ker, on compte quatre sé­quences (quatre murs) avec cha­cune huit temps.

L’autre at­trait de la danse coun­try est aus­si le re­la­tion­nel. « Nous sommes une grande fa­mille, avec des liens ami­caux entre les clubs or­nais, de la Manche, du Cal­va­dos, de la Mayenne. On par­ti­cipe aux soi­rées et fes­ti­vals des uns et des autres, dé­taille Guy. A chaque fois, on a tou­jours la play-list de ce qui est pré­vu. Tous les ans, tous les ani­ma­teurs de Basse-Nor­man­die se réunissent. Cha­cun vient avec ses danses, ses cho­ré­gra­phies que l’on va mettre en­suite dans un pot com­mun ». La soi­rée an­nuelle reste l’évé­ne­ment phare pour chaque club.

« Au­jourd’hui, nous avons une cen­taine d’adhé­rents dont une ma­jo­ri­té de femmes. Pour nos 10 ans, nous avons dé­ci­dé de pro­po­ser 10 heures de danses en dé­bu­tant dès 14 h. Si pour un bal tra­di­tion­nel, on a entre 60 et 80 titres, ici on va dé­pas­ser les 120 130. Il y au­ra des sur­prises à l’en­trée, mais aus­si un grand gâ­teau d’an­ni­ver­saire ». Ce bal est bien sûr ou­vert à tous.

Pour la te­nue, stet­sons et san­tiags ne sont pas obli­ga­toires, un tee-shirt, un jean et de bonnes chaus­sures suf­fi­ront. Entre 250 et 300 per­sonnes sont at­ten­dues, et nul doute que la piste ne res­te­ra pas vide bien long­temps.

Michel Mo­ri­ceau

Pre­miers pas

Sa­me­di 1er avril, de 14 hà 2 h, salle Ros­so­li­ni. En­trée : 8 € ; gra­tuit - de 16 ans. Bu­vette et res­tau­ra­tion sur place. Contacts : 02.33.38.65.78, 06.77.12.02.30, wat­tez.guy@ orange.fr

« En coun­try, on ré­cite » 10 ans, 10 heures

*AMLOS : Ate­liers mu­si­caux, loi­sirs et or­ga­ni­sa­tion de spec­tacles

1. Soi­rée an­nuelle à La Fer­té en 2015. 2. Eli­sa­beth et Guy Wat­tez. 2. Un cours du lun­di soir à la salle Paul-Sou­vray de La Fer­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.