Va­len­tin, meilleur ap­pren­ti de France

Le Flé­rien, Va­len­tin Yon, sa­la­rié de Volks­wa­gen à Vire de­puis oc­tobre der­nier, vient de dé­cro­cher, à tout juste 21 ans, le titre tant convoi­té de cham­pion de France dans la ca­té­go­rie « Pein­ture au­to­mo­bile. » Un titre ré­vé­la­teur d’une mé­ca­nique bien hui­lée

L'Orne Combattante (FL) - - LA UNE - Laura Bau­dier

« Aux âmes bien nées, la va­leur n’at­tend point le nombre des an­nées », comme le di­sait ce cher Cor­neille ! C’est ce qu’a prou­vé Va­len­tin Yon en de­ve­nant, à 21 ans, le nou­veau cham­pion de France 2017 de la ca­té­go­rie « Pein­ture au­to­mo­bile » lors des Olym­piades des mé­tiers qui se sont dé­rou­lées du 6 au 12 mars à Bor­deaux. Douze par­ti­ci­pants ont concou­ru dans la ca­té­go­rie « Pein­ture au­to­mo­bile » deux jours et de­mi du­rant : « Nous avons eu 16 h d’épreuves. » Entre les épreuves de ré­pa­ra­tion plas­tique, de dé­co­ra­tion, de mi­cro­ré­pa­ra­tion, de pein­ture tri­co­lore, de co­lo­ri­mé­trie, etc. le jeune homme n’a pas chô­mé ! « Pour moi, l’épreuve la plus dure a été la co­lo­ri­mé­trie, c’est-à-dire la cor­rec­tion et la créa­tion de cou­leurs, car c’est une dis­ci­pline à tra­vailler en per­ma­nence pour avoir l’oeil dé­ve­lop­pé. ». À l’évo­ca­tion de son nom lors de la re­mise de mé­dailles, « j’ai hur­lé et sau­té par­tout ! », sou­rit-il.

Voyage, voyage

Après avoir dé­cro­ché le titre tant convoi­té, Va­len­tin Yon s’est en­vo­lé pour le Da­ne­mark. Lui et son com­parse En­zo Bar­ra­ga­to, vice-cham­pion de France, ont por­té haut les cou­leurs de la France du­rant cet en­traî­ne­ment ami­cal in­ter­na­tio­nal de haut ni­veau. Dans leur ca­té­go­rie, ils se sont confron­tés à 14 can­di­dats ve­nus de 9 pays dif­fé­rents : « C’est une in­croyable ex­pé­rience », ex­plique Va­len­tin Yon qui a tout de même dû com­po­ser avec la bar­rière de la langue : « Il fal­lait s’ex­pri­mer en An­glais. ». « Et puis je me suis mis la pres­sion in­uti­le­ment », ajoute-t-il. Il ar­ri­ve­ra 7e sur 14.

Un en­traî­ne­ment de haut ni­veau

Un bon en­traî­ne­ment pour la fi­nale in­ter­na­tio­nale qui au­ra lieu à Abou Da­bi en oc­tobre pro­chain. Mais at­ten­tion son ti­cket pour les Émi­rats Arabes Unis n’est pas to­ta­le­ment va­li­dé : « Nous ver­rons qui s’y ren­dra, entre En­zo et moi, sui­vant nos per­for­mances aux en­traî­ne­ments », ex­plique le mé­daillé d’or qui n’a pas peur d’ap­puyer sur le cham­pi­gnon pour se don­ner les moyens de par­ve­nir à ses fins. « Je m’en­traîne à Pa­ris avec l’équipe de France. » Lors de ses vi­rées pa­ri­siennes, il est coa­ché par Sté­phane Ray­naud, conseiller tech­nique na­tio­nal de boxe. Car l’en­traî­ne­ment est tant men­tal que phy­sique ! « Il faut se pré­pa­rer sé­rieu­se­ment », sou­ligne Va­len­tin Yon.

Va­leurs et ri­gueur

Sa ri­gueur de tra­vail, Va­len­tin ex­plique l’avoir re­çue de ses pa­rents, dont le sou­tien est ca­pi­tal : « Mes pa­rents ne sont pas du tout du mi­lieu au­to­mo­bile : mon père est agri­cul­teur et ma mère était in­fir­mière. Mais ils m’ont ap­pris les va­leurs du tra­vail. Ce n’est pas ano­din, ça vient de l’édu­ca­tion », ex­plique le jeune homme ori­gi­naire de Ca­ren­tan mais qui vit do­ré­na­vant à Flers avec sa com­pagne. C’est en se ren­dant aux portes ou­vertes de l’Iform (le Centre de For­ma­tion d’Ap­pren­tis) de Cou­tances (Manche), en 2010, qu’il a le « dé­clic ».

Une pas­sion vrom­bis­sante

Après un Bac­ca­lau­réat pro­fes­sion­nel car­ros­se­rie puis un Cap (Cer­ti­fi­cat d’ap­ti­tude pro­fes­sion­nelle) pein­ture au­to­mo­bile, ob­te­nus à l’Iform de Cou­tances, il passe un CQP (contrat de qua­li­fi­ca­tion pro­fes­sion­nelle) en Bre­tagne avant de de­ve­nir, en 2014, meilleur ap­pren­ti de France. Il par­ti­ci­pe­ra à dif­fé­rents concours et de­vien­dra vice-cham­pion de France en 2015 : « C’est mon pro­fes­seur Her­vé Gil­bert qui m’a don­né l’en­vie de par­ti­ci­per aux concours. » Pas­sion­né s’il en est un, Va­len­tin Yon se prend vite au jeu des concours : « C’est énorme tout ce qu’on aà y ga­gner : en théo­rie, en confiance en soi, en ma­tu­ri­té. C’est une chance énorme et un grand en­ri­chis­se­ment per­son­nel et pro­fes­sion­nel. Ce­la per­met de mon­trer aus­si qu’il y a des va­leurs d’ex­cel­lence dans les mé­tiers de l’au­to­mo­bile. »

« Prendre un maxi­mum d’ex­pé­riences »

Mal­gré ce beau par­cours, le jeune homme garde les pieds sur terre : « Je suis là pour don­ner des conseils si je peux et puis ap­por­ter un peu de nou­veau­tés puisque je tra­vaille avec les nou­veaux consom­mables. » Si l’idée de se mettre, un jour, à son compte n’est pas in­en­vi­sa­geable, pour l’ins­tant ce qu’il veut c’est « prendre un maxi­mum d’ex­pé­riences ! » À no­ter que la ré­gion Nor­man­die ac­cueille­ra les pro­chaines fi­nales na­tio­nales des Olym­piades des Mé­tiers en no­vembre 2018 à Caen.

Va­len­tin Yon, le nou­veau cham­pion de France, prêt à dé­gai­ner son pis­to­let (à pein­ture il va s’en dire !).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.