Une nou­velle usine à dé­pol­luer

Fer­mée de­puis 2005, l’usine du Pla­fond, dans la val­lée de la Vère est ou­verte à tout vent et se dé­grade de jour en jour. Le com­bat pour sa dé­mo­li­tion est en­ga­gé.

L'Orne Combattante (FL) - - LA UNE - Guy Val­lée

Comme elle l’a fait pour l’usine du Pont, à Ca­li­gny, l’As­so­cia­tion lo­cale de dé­fense des vic­times de l’amiante (Al­de­va) a en­ga­gé un com­bat au­près du mi­nis­tère de l’Éco­lo­gie et du dé­ve­lop­pe­ment du­rable et de l’éner­gie pour ob­te­nir la dé­mo­li­tion de l’an­cienne usine du Pla­fond, si­tuée en bor­dure de la RD17 dans la val­lée de la Vère.

Fer­mée de­puis 2005 après la ces­sa­tion de l’ac­ti­vi­té de la so­cié­té Fer­lam tech­no­lo­gies, der­nière en­tre­prise à avoir uti­li­sé les lo­caux où l’on a fa­bri­qué des pro­duits à base d’amiante pen­dant de nom­breuses dé­cen­nies.

Lais­sés à tout vent les lo­caux sont squat­tés et se dé­gradent de jour en jour ce qui n’est pas sans in­quié­ter les membres de l’Al­de­va et plus par­ti­cu­liè­re­ment son vice-pré­sident JeanC­laude Bar­bé, en charge de la com­mis­sion en­vi­ron­ne­men­tale et membre du bu­reau na­tio­nal (An­de­va).

Ce der­nier a aler­té du pro­blème la mi­nistre de l’Éco­lo­gie, Sé­go­lène Royal, en lui adres­sant un cour­rier, le 3 mars 2016. Cour­rier, dont une co­pie a été adres­sée au dé­pu­té-maire de Flers, qui est res­té sans ré­ponse à ce jour. Si­tuée sur la com­mune de Sainte-Ho­no­rine-la-Char­donne, cette an­cienne usine est au­jourd’hui la pro­prié­té de Flers Ag­glo.

« Notre ob­jec­tif est de me­ner le même com­bat au­près des élus et des au­to­ri­tés com­pé­tentes que ce­lui de l’usine du Pont à Ca­li­gny, ex­plique Jean-Claude Bar­bé. Ici la sur­face des bâ­ti­ments est beau­coup plus im­por­tante et la pous­sière d’amiante est pré­sente à l’in­té­rieur des lo­caux. Au fil du temps, les in­fil­tra­tions d’eau dé­gradent les lo­caux qui sont ré­gu­liè­re­ment squat­tés. En se cas­sant, une plaque de fi­bro­ci­ment d’amiante li­bère pas moins de 25.000 fibres au litre qui s’en­volent au vent. »

La pres­crip­tion tren­te­naire

Dans ce site, l’amiante a été tra­vaillée jus­qu’à son in­ter­dic­tion en 1997 et ses traces sous forme de pous­sière sont en­core très pré­sentes ce qui n’est pas sans risque pour les per­sonnes qui s’aven­turent ré­gu­liè­re­ment dans les lieux.

L’amiante est aus­si très pré­sente dans les ma­té­riaux de cons­truc­tion à l’exemple des plaques iso­lantes sur les murs et les tôles ex­té­rieures en fi­bro­ci­ment d’amiante. C’est la fibre de verre qui a pro­gres­si­ve­ment rem­pla­cé l’amiante.

« Ce qui nous in­quiète aus­si, c’est la proxi­mi­té de la ri­vière (NDLR : la Vère) qui coule juste en bor­dure. En France, en 2017, le pro­blème de l’amiante est très loin d’être ré­glé, contrai­re­ment à ce qui est an­non­cé. Il reste au­jourd’hui, en­vi­ron 200.000 tonnes d’amiante friable (flo­cage des murs, ca­lo­ri­fu­geage) pré­sentes dans les pare-feux, et les ga­rages sou­ter­rains, entre autres, et 20 mil­lions d’amiante liée que l’on trouve dans des plaques fi­bro­ci­ment, les conduits de che­mi­née, des pots de jar­di­nière tous fa­bri­qués avant 1997, et même jusque dans le gou­dron sur les routes » pré­cise Jean-Claude Bar­bé.

« Sur ce site, nous vou­lons évi­ter de faire payer les contri­buables pour le désa­mian­tage et sa dé­mo­li­tion. La pres­crip­tion tren­te­naire du der­nier pro­prié­taire (NDLR : Fer­lam tech­no­lo­gies) n’est donc pas ar­ri­vée à ex­pi­ra­tion. La so­cié­té existe tou­jours et, si le mi­nis­tère de l’Éco­lo­gie le de­mande, c’est à elle que re­viennent lo­gi­que­ment le coût du désa­mian­tage et l’éva­cua­tion des dé­chets amian­tés de l’usine pour as­su­rer la mise en sé­cu­ri­té du site. »

Les membres de l’Al­de­va de­vant l’usine du Pla­fond réuni au­tour du vice-pré­sident Jean-Claude Bar­bé face à un des bâ­ti­ments avec les tôles fi­bro­ci­ment d’amiante. En des­sous, une vue de l’état des an­ciens lo­caux ad­mi­nis­tra­tifs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.