Les pa­rents mo­bi­li­sés contre la fer­me­ture d’une sec­tion

La co­lère gronde dans 5 ly­cées pro­fes­sion­nels bas-nor­mands, dont Flo­ra-Tris­tan, de­puis que l’Aca­dé­mie et la Ré­gion ont dé­ci­dé le re­grou­pe­ment à Con­dé-sur-Noi­reau des sec­tions de 1re bac pro sys­tèmes nu­mé­riques pour la ren­trée 2017.

L'Orne Combattante (FL) - - LA FERTÉ ET SON PAYS -

Dans un cour­rier adres­sé en jan­vier aux pa­rents d’élèves des ly­cées concer­nés*, De­nis Rol­land, rec­teur de l’Aca­dé­mie de Caen, ex­pli­quait que le Bac pro SN (sys­tèmes nu­mé­riques) ve­nait d’être ré­no­vé pour « mieux ré­pondre aux be­soins des pro­fes­sion­nels », avec trois op­tions à comp­ter de la classe de 1re.

Con­sé­quence : une nou­velle or­ga­ni­sa­tion des en­sei­gne­ments afin de per­mettre « une meilleure em­ploya­bi­li­té des ti­tu­laires du bac pro SN, mais aus­si de fa­ci­li­ter la pour­suite d’études », avec le re­grou­pe­ment des 115 élèves de 15 à 16 ans au ly­cée Charles-Tel­lier de Con­dé-sur-Noi­reau « qui pos­sède un pla­teau tech­nique d’ex­cep­tion re­con­nu au ni­veau na­tio­nal par les branches pro­fes­sion­nelles et qui per­met donc la mise en oeuvre des trois op­tions » pré­ci­sait le rec­teur.

Cette dé­ci­sion a pro­vo­qué une le­vée de bou­cliers chez les fa­milles, avec la créa­tion d’un col­lec­tif et la mise en ligne sur in­ter­net d’une pé­ti­tion adres­sée au rec­teur et au pré­sident de Ré­gion, qui a réuni plus de 2000 si­gna­tures. « Cette si­tua­tion nou­velle et bru­tale est en contra­dic­tion avec le contrat sco­laire qui veut que les jeunes soient for­més près de chez eux pen­dant les deux pre­mières an­nées, peut-on lire sur le blog. Les fa­milles et les en­sei­gnants concer­nés sont cho­qués par cette dé­ci­sion. Le coût des dé­pla­ce­ments et de l’hé­ber­ge­ment, la qua­li­té de l’ac­cueil, sont des pré­oc­cu­pa­tions ma­jeures ».

Le col­lec­tif exige que les classes de 1re soient main­te­nues dans ces cinq ly­cées es­ti­mant que « des so­lu­tions al­ter­na­tives existent ».

Le 7 mars, des pa­rents d’élèves du ly­cée fer­tois adres­saient un cour­rier au rec­teur et au Pré­sident de Ré­gion. Par­mi eux, Sé­bas­tien Cha­ron, père d’un élève ac­tuel­le­ment en se­conde sys­tèmes nu­mé­riques, par ailleurs membre de la FCPE (Fé­dé­ra­tion de Conseils de pa­rents d’élèves). « Nous l’avons ins­crit à Flo­ra-Tris­tan car c’est le seul de l’Orne à pro­po­ser cette sec­tion avec 15 places en se­conde et 15 places en 1re. Il est dé­jà à plus d’une heure de route de chez nous, ex­plique cet ha­bi­tant de Villiers-sousMor­tagne, dans le Perche. Nous étions conscients que pour la ter­mi­nale, il de­vrait par­tir à Con­dé. Et voi­là que, sans concer­ta­tion, il est dé­ci­dé ce re­grou­pe­ment dès la 1re ».

Sé­bas­tien Cha­ron es­time « in­ad­mis­sible de ne pas prendre en compte le bie­nêtre des élèves » et dé­nonce le sur­coût pour les fa­milles en terme de trans­port, « alors que chaque ly­cée concer­né pour­rait conser­ver cette fi­lière en classe de 1re, en en­ga­geant beau­coup moins d’argent que ce que le rec­to­rat a an­non­cé pour les tra­vaux né­ces­saires au ly­cée de Con­dé ». Afin de ré­duire le temps de trans­port, il s’est ren­sei­gné dans les dé­par­te­ments voi­sins (Sarthe, Eu­reet-Loir) pour voir où cette fi­lière était pro­po­sée « mais, ce ne sont pas les mêmes aca­dé­mies, et les classes sont dé­jà pleines ».

Si la dé­ci­sion de l’ad­mi­nis­tra­tion semble dé­fi­ni­tive, cette mo­bi­li­sa­tion au­ra per­mis l’ou­ver­ture de dis­cus­sions. Ain­si, ven­dre­di 24 mars, une réunion était or­ga­ni­sée au ly­cée Flo­raT­ris­tan. Pa­rents et élèves ont ren­con­tré : Em­ma­nuel Di­dier, dé­lé­gué aca­dé­mique à la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle, ini­tiale et conti­nue ; Sil­vère Mé­tai­rie, ins­pec­teur d’élec­tro­nique, élec­tro­tech­nique et éner­gé­tique ; et Mar­tine Le­lan­dais, pro­vi­seure du ly­cée Charles-Tel­lier de Con­dé. « Les rai­sons et le contexte de cette évo­lu­tion ont été rap­pe­lés aux fa­milles, rap­porte Laure Poul­lain, pro­vi­seure de Flo­ra-Tris­tan, pré­sente à cette en­tre­vue. L’ob­jec­tif était aus­si de leur dé­tailler les me­sures prises pour fa­ci­li­ter les condi­tions. Pour ce qui est du trans­port, la Ré­gion, consciente des dif­fi­cul­tés pour les fa­milles, est en train de re­cen­ser les pro­ve­nances géo­gra­phiques des élèves afin d’en­vi­sa­ger des so­lu­tions. Au ni­veau de l’hé­ber­ge­ment, les élèves concer­nés se­ront lo­gés à l’in­ter­nat du ly­cée de Con­dé ». Il a été rap­pel­lé aus­si que le coût de 2,7 mil­lions avan­cé, com­prend des tra­vaux autres que ceux né­ces­saires à l’ac­cueil des nou­veaux ar­ri­vants à Charles-Tel­lier.

Pour ce qui est de Flo­ra-Tris­tan, Laure Poul­lain a ex­pli­qué que « comme sur les autres sites, seule la classe de se­conde de cette fi­lière se­ra donc main­te­nue. L’un des deux pro­fes­seurs se­ra ame­né à dis­pen­ser des cours à Con­dé ». L’éta­blis­se­ment, qui compte au­jourd’hui 350 élèves, va donc en perdre une quin­zaine à la ren­trée, mais sa res­pon­sable en­tend po­si­ti­ver, as­su­rant que les équipes al­laient conti­nuer à faire briller le ly­cée fer­tois.

Pé­ti­tion « Sans concer­ta­tion »

Mi­chel Mo­ri­ceau

Ren­contre

*Ly­cées pro­fes­sion­nels : JeanJoo­ris (Dives-sur-Mer), Alexis de Toc­que­ville (Cher­bourg-en-Co­ten­tin), Jul­liot de La Mo­ran­dière (Gran­ville), Cu­rie-Co­rot (SaintLô) et Flo­ra-Tris­tan (La-Fer­téMa­cé).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.