Ces jar­di­niers cultivent leur bon­heur

L'Orne Combattante (FL) - - BRIOUZE -

L’as­so­cia­tion des jar­dins fa­mi­liaux et col­lec­tifs pro­pose des par­celles de jar­dins à culti­ver au pied du châ­teau d’eau.

Pa­tates, choux, ca­rottes… Dans quelques se­maines, la pleine sai­son de jar­di­nage va être lan­cée. Et nos mains vertes de Briouze at­tendent ce­la avec im­pa­tience.

Les jar­dins fa­mi­liaux ont été créés en 1946 en France. L’as­so­cia­tion, elle, a été lan­cée en 1955. « C’est la deuxième plus vieille as­so­cia­tion de Briouze après la celle de la pêche », in­forme Gé­rard Bou­que­rel, son pré­sident.

À cette époque, ces jar­dins ser­vaient aux ou­vriers, main­te­nant, ce sont les re­trai­tés qui ont le pou­voir. « Il y a 17 adhé­rents. La plu­part à la re­traite. Mais les adhé­rents sont de moins en moins nom­breux. Au­tant en ville, ce­la marche bien, à la cam­pagne, c’est plus com­pli­qué », ajoute Gé­rard Bou­que­rel.

21 par­celles sont ac­tuel­le­ment oc­cu­pées sur les 31. Une par­celle fait 100 m2. « Nous re­cher­chons de nou­veaux adhé­rents. »

Pour ce­la, l’as­so­cia­tion a des ar­gu­ments. « Ici, la terre est meilleure ! », lance JeanC­laude Hot­tin, qui a sa par­celle de­puis 1988.

L’as­so­cia­tion met à dis­po­si­tion des pe­tites ca­banes pour y lais­ser son ma­té­riel. « Par ailleurs, brouettes, râ­teaux, ar­ro­soirs etc. sont ac­ces­sibles à tous. Nous avons ins­tal­lé des comp­teurs d’eau in­di­vi­duels », ajoute Gé­rard Bou­que­rel. Claude Chan­ce­rel vient au pied du châ­teau d’eau plu­sieurs fois par se­maine de­puis cinq ans. « J’ai un pe­tit car­ré chez moi mais ici c’est agréable de se re­trou­ver. »

Entre jar­di­niers, on se donne des conseils. « On pique les as­tuces des uns et des autres », sou­rit Claude.

Cette an­née, l’as­so­cia­tion fe­ra une culture d’une par­celle de pommes de terre pour la banque ali­men­taire de Briouze.

Des conseils dans les écoles

Sa­lades, ra­dis, poi­reaux, pa­tates… Dans quelques se­maines, les jar­dins vont prendre des cou­leurs. « Un peu plus que l’an­née der­nière, on es­père. En 2016, nous n’avons pas eu de prin­temps et l’été a été bi­zarre », peste Jean-Claude.

Nos jar­di­niers sont im­pa­tients. « Dé­but avril, on pour­ra plan­ter écha­lotes et pa­tates, an­nonce Gé­rard Bou­que­rel, ca­len­drier en main. Mais at­ten­tion, il ne faut pas al­ler trop vite ! ».

Nos jar­di­niers savent très bien qu’ils de­vront faire avec la mé­téo. Par ailleurs, nos mains vertes animent éga­le­ment des temps d’ac­ti­vi­tés pé­ri­sco­laires à par­tir d’avril. « Les en­fants ap­pré­cient beau­coup ! »

Ren­sei­gne­ments en mai­rie au 02 33 62 20 10 ou Gé­rard Bou­que­rel au 06 30 23 85 18. La par­celle coûte 22 € à l’an­née. 11,50 € pour une de­mie. L’eau est à comp­ter en plus.

M.T.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.