Projet : construire une école en Rép. dé­mo­cra­tique du Con­go

Créée suite à une soi­rée so­li­daire, l’as­so­cia­tion Wetu (le nôtre en fran­çais) veut ai­der la sco­la­ri­té des jeunes d’un vil­lage de la Ré­pu­blique dé­mo­cra­tique du Con­go.

L'Orne Combattante (FL) - - BOCAGE ET SUISSE NORMANDE -

Créée en 2015 suite à une soi­rée so­li­daire du CCFD (co­mi­té ca­tho­lique faim et dé­ve­lop­pe­ment) à Saint-georges-des-Gro­seillers où le père Nkon­go­lo, de la pa­roisse Bien­heu­reux Mar­celCal­lo, est ve­nu té­moi­gner de la si­tua­tion de la sco­la­ri­té des en­fants au sein de son vil­lage na­tal de la ré­gion du Ka­saï-Orien­tal à en­vi­ron 1.000 km de Kin­sha­sa, en Ré­pu­blique dé­mo­cra­tique du Con­go.

Bou­le­ver­sées par ce té­moi­gnage, une équipe de femmes, em­me­née par Anne-Claire Bon­net a dé­ci­dé de se consti­tuer en as­so­cia­tion en choi­sis­sant le nom de Wetu qui veut dire, le nôtre, en fran­çais. L’ob­jec­tif est de fi­nan­cer la sco­la­ri­té des en­fants d’un pe­tit vil­lage.

Un en­fant sur 5 est sco­la­ri­sé

« La si­tua­tion en Ré­pu­blique dé­mo­cra­tique du Con­go est as­sez dra­ma­tique et plus par­ti­cu­liè­re­ment pour les en­fants qui n’ont pas droit à la gra­tui­té en ma­tière sco­laire. Ce qui fait qu’un en­fant sur cinq est sco­la­ri­sé, prin­ci­pa­le­ment des gar­çons, car les filles sont très désa­van­ta­gées dans ce do­maine. Leur sco­la­ri­té n’est pas prio­ri­taire » ex­plique la pré­si­dente An­neC­laire Bon­net.

L’école re­pré­sente deux mois de sa­laire à une fa­mille. L’as­so­cia­tion flé­rienne Wetu a dé­ci­dé de s’in­ves­tir en fai­sant par­rai­ner un, ou plu­sieurs en­fants par des fa­milles de Flers et de sa ré­gion. En 2015/2016, dix ont ain­si été par­rai­nés et il y en a ac­tuel­le­ment dix-neuf au cours de cette an­née 2016/2017. L’ar­gent ré­col­té sert à payer des ca­hiers, des craies et re­peindre le ta­bleau noir.

« Nous avons tou­jours be­soin de dons en ar­gent pour ache­ter les four­ni­tures sco­laires des en­fants. Notre but c’est aus­si de sen­si­bi­li­ser nos propres en­fants sur le fait que d’autres n’ont pas la même chance qu’eux d’être nés dans un pays où l’école est gra­tuite. C’est grâce au té­moi­gnage du père Amand Nkon­go­lo que nous avons choi­si d’ai­der son vil­lage na­tal. Nous ne nous se­rions pas lan­cés dans une telle aven­ture sans une aide comme celle-là. »

Un projet de 60 000 €

Au­jourd’hui, l’as­so­cia­tion Wetu voit plus loin. Elle a un grand projet, ce­lui de construire une école digne de ce nom avec murs, toit, fe­nêtre et porte avec le mo­bi­lier qui va avec. Une école de six classes pour un coût de 60.000 €.

« Nous sou­hai­tons voir abou­tir ce projet le plus vite pos­sible » lance Anne-Claire Bon­net.

Les per­sonnes in­té­res­sées par ce der­nier peuvent ap­pe­ler au 06.76.06.39.05 ou en­voyer un e-mail à wetu.rdc.france@ gmail.com.

In­ter­ro­gé sur cette ac­tion, le père Amand Nkon­go­lo se dit très tou­ché par la dé­marche.

« En té­moi­gnant lors de cette soi­rée en 2015, je ne m’at­ten­dais pas à une telle ré­ac­tion des créa­trices de l’as­so­cia­tion Wetu en ve­nant faire mon mi­nis­tère à Flers. J’ai été sur­pris de leur initiative que j’en­cou­rage bien en­ten­du. Le projet de l’école me tient à coeur parce que les en­fants de mon pays étu­dient dans de très mau­vaises condi­tions, as­sis sur le sol sans tables ni chaises. Si ce projet peut se concré­ti­ser, ce se­rait vrai­ment for­mi­dable. »

Pour in­fo, l’as­so­cia­tion est pré­si­dée par Anne-Claire Bon­net ; Laure Ho­rion est se­cré­taire et Va­lé­rie Sa­liou, la tré­so­rière.

Pour fi­nan­cer ses ac­tions et sen­si­bi­li­ser le pu­blic, l’as­so­cia­tion or­ga­nise chaque an­née une soi­rée po­tage so­li­daire pen­dant le Ca­rême. En 2017, celle-ci s’est dé­rou­lée, jeu­di 30 mars, salle des Ter­riers, à Athis.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.