Les femmes montent aus­si sur le ring

Elles sont une bonne quin­zaine âgées de 12 à 45 ans à être li­cen­ciés au Boxing-club flé­rien (loi­sirs, re­mise en forme, com­pé­ti­tion, as­pect édu­ca­tif).

L'Orne Combattante (FL) - - SPORTS -

Le Boxing-club flé­rien et son dy­na­mique pré­sident Ma­jid Ha­rid n’ar­rête pas d’in­no­ver. Après les jeunes des gens du voyage, ce sont les femmes qui sont mises en avant au sein du club. Les ré­sul­tats ob­te­nus aux derniers Jeux olym­piques de Rio par la boxe fran­çaise n’y sont peut-être pas étran­gers avec la belle épopée de la Fran­çaise Es­telle Mos­se­ly, mé­daillée d’or ca­té­go­rie poids lé­gers (moins de 60 kg). Elles sont de plus en plus nom­breuses à pra­ti­quer la boxe an­glaise, com­mu­né­ment ap­pe­lée le Noble art où à s’in­ves­tir dans le club puisque deux d’entre elles, dont une an­cienne boxeuse de ni­veau na­tio­nal, sont membres du bu­reau du BCF.

Ces jeunes femmes sont de for­ma­tion dif­fé­rentes (pro­fes­seur, em­ployée, in­fir­mière…), elles s’en­traînent avec les gar­çons, avec les mêmes en­traî­neurs, font les mêmes exer­cices et montent sur le ring face aux gar­çons.

Voi­ci quelques por­traits

- Maud, pro­fes­seur d’his­toire géo.

« Je me suis mise à la boxe pour ré­pondre à un be­soin de me dé­fou­ler. La boxe est un sport phy­sique où on se donne à fond. C’est le meilleur moyen de se dé­fou­ler, de se ca­na­li­ser, d’être moins ner­veuse et de se sur­pas­ser (vrai­ment !). C’est une com­bi­nai­son d’exer­cice car­dio, de tech­nique et d’exer­cice avec con­tact phy­sique. En plus, il y a vrai­ment une très bonne am­biance ici. Il n’y a pas de dif­fé­rence entre filles ou gar­çons. Je n’ai ja­mais res­sen­ti de pré­ju­gés, j’ai tout de suite été bien re­çue et j’en suis dé­jà à ma deuxième an­née. »

- Va­nes­sa, em­ployée de com­merce.

« Après une jour­née de tra­vail, la boxe me per­met de bien me dé­fou­ler, de faire le vide du­rant 1 h 30. C’est le meilleur dé­fou­loir que j’ai pu trou­ver jus­qu’à pré­sent ! Me dé­pen­ser in­ten­sé­ment et trans­pi­rer un bon coup au moins deux fois par se­maine m’ap­porte une vraie bouf­fée d’air frais. On se dé­pense à fond, on trans­pire beau­coup et sur­tout, on se dé­foule. Ici tout le monde vous res­pecte… » - Cas­sandre, ly­céenne en 1re S. « La boxe est un sport phy­sique et men­tal à la fois. Il faut être vif, concen­tré, ap­pré­hen­der les frappes de l’ad­ver­saire. C’est un sport phy­sique où on se donne à fond. L’en­traî­ne­ment, les com­bats y sont mixtes et c’est très mo­ti­vant. Ça fait du bien au mo­ral, on se vide les muscles et la tête et on sort du cours avec le sou­rire. » - Leî­la, col­lé­gienne. « Je me suis ins­crite que de­puis trois mois et j’aime ça. J’ai fait mon pre­mier com­bat la se­maine der­nière en boxe édu­ca­tive à Saint-Pierre-surDives, et j’ai ado­ré. Je vais m’en­traî­ner plus et j’es­père que l’an pro­chain je vais pas­ser en boxe ama­teur pour faire de vrai com­bat parce qu’en édu­ca­tive les touches sont plus strictes et re­te­nues. »

La boxe est un sport à la por­tée de toutes et tous, si vous ai­mez le goût de l’ef­fort, le res­pect de l’autre, l’hu­mi­li­té, la dé­cou­verte de soi. N’hé­si­tez plus, mes­dames, le Boxing-club flé­rien est là pour vous.

Ve­nez tes­ter la boxe an­glaise, c’est ou­vert aux dé­bu­tants. Le club vous ac­cueille dans sa salle spé­ci­fique de la halle des sports Saint-Sau­veur à Flers, le lun­di, mer­cre­di, jeu­di et ven­dre­di, de 18 h à 20 h 30.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.