Vol de tu­lipes pour le plai­sir

L'Orne Combattante (FL) - - ENTRE BOCAGE SUISSE NORMANDE -

Flers.

Du­rant le week-end des 8 et 9 avril, l’un des par­terres de fleurs du square De­lau­nay a été par­tiel­le­ment dé­gra­dé. Un ou plu­sieurs in­di­vi­dus ont ar­ra­ché des tu­lipes.

Cer­taines sont épar­pillées à quelques mètres du lieu où elles étaient plan­tées, d’autres ont été je­tées, écra­sées, sur la chaus­sée de la rue Hen­ri-La­fo­rest, à quelques toises du square.

Pour la mai­rie de Flers, c’est un acte d’in­ci­vi­li­té qui a un coût. « C’est vrai­ment triste », a ré­agi Irène Co­jean, l’ad­jointe char­gée de l’amé­lio­ra­tion de la vie quo­ti­dienne, de l’as­pect et la pro­pre­té de la ville.

Et l’élue d’ex­pli­quer que « ça nous coûte de l’ar­gent ». Étant don­né que Flers est une com­mune do­tée de trois fleurs au La­bel des villes et vil­lages fleu­ris, ce type de par­terre re­pré­sente un vé­ri­table tra­vail, ef­fec­tué par les agents de la com­mune. « Il y a un vrai bou­lot. Les fleurs qui sont mises en terre en ce mo­ment ont été plan­tées en dé­cembre », tem­pête l’ad­jointe avant d’ajou­ter que ces fleurs « se­ront rem­pla­cées » afin que le parc conserve l’as­pect qu’il ar­bo­rait avant cet acte de van­da­lisme.

Se­lon Irène Co­jean, ce phé­no­mène illustre un manque de ci­visme : « Très sou­vent, les gens dé­terrent les fleurs en pen­sant qu’ils peuvent les prendre parce que ce sont les fleurs de la ville. Ils pensent qu’elles sont à eux. Or, c’est à la col­lec­ti­vi­té ». Dans ce cas pré­cis, il semble que les fleurs n’aient même pas ter­mi­né leur vie dans un vase…

Même si la ville n’a pas pré­vu de por­ter plainte, compte te­nu de la faible chance que les au­teurs soient re­trou­vés, Irène Co­jean condamne ce geste qui coûte de l’ar­gent à la col­lec­ti­vi­té, et donc, par consé­quent, à tous ses contri­buables.

T.G.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.