Ar­naud Gau­tier, can­di­dat Lutte ou­vrière

Il est le can­di­dat du par­ti Lutte ou­vrière pour les pro­chaines élec­tions lé­gis­la­tives. Ar­naud Gau­tier se pré­sente dans la cir­cons­crip­tion Flers Ar­gen­tan. Son com­bat : la dé­fense du camp des tra­vailleurs.

L'Orne Combattante (FL) - - BOCAGE SUISSE NORMANDE ENTRE ET -

Il en­tend dé­fendre un pro­gramme, des idées, plu­tôt qu’un par­cours per­son­nel. Ar­naud Gau­tier, 43 ans, est le can­di­dat du par­ti Lutte ou­vrière, dans la troi­sième cir­cons­crip­tion de l’Orne, pour les élec­tions lé­gis­la­tives des di­manches 11 et 18 juin pro­chains. Sa sup­pléante se nomme Hé­lène Del­motte. Elle est en­sei­gnante en ly­cée pro­fes­sion­nel.

Ori­gi­naire du Mans, Ar­naud Gau­tier est en­sei­gnant de phy­sique chi­mie. Il était dé­jà can­di­dat dans cette cir­cons­crip­tion sous l’éti­quette Lutte ou­vrière lors des lé­gis­la­tives de 2012.

Ve­nu à Flers pour une confé­rence de presse avant une réunion pu­blique, jeu­di 13 avril, Ar­naud Gau­tier dit de Flers : « Je viens sou­vent ici. J’ai des amis, des ca­ma­rades ».

Mi­li­tant de Lutte ou­vrière de­puis les an­nées 90, il se sou­vient d’un évé­ne­ment qui a mar­qué son en­trée en po­li­tique. « Je suis mi­li­tant de Lutte ou­vrière de­puis la 1re guerre du Golfe. J’es­ti­mais qu’il s’agis­sait d’une opé­ra­tion des­ti­née à jus­ti­fier l’im­pé­ria­lisme de la coa­li­tion où l’on re­trou­vait des pays comme la France, les ÉtatsU­nis ou la Grande Bre­tagne. J’étais ré­vol­té contre cette in­ter­ven­tion qui avait pour but de main­te­nir les grands trusts du pé­trole dans la ré­gion ».

Cet évé­ne­ment, dé­clen­cheur, lui per­met d’ex­pli­quer : « C’est pour ce­la que je suis com­mu­niste. Je pense qu’il y a ur­gence à ren­ver­ser cette so­cié­té ca­pi­ta­liste qui créé du désordre ».

Ar­naud Gau­tier ex­plique sa can­di­da­ture par la vo­lon­té de « faire en­tendre le camp des tra­vailleurs, le monde du tra­vail » et, ain­si, dé­fendre les in­té­rêts de « ceux qui ont bos­sé toute leur vie et qui se re­trouvent à la re­traite, de ceux qui sont en in­va­li­di­té et qui sur­vivent avec des in­dem­ni­tés in­suf­fi­santes ».

Pour lui, les mil­liards des en­tre­pre­neurs du Cac 40 doivent être confron­tés à une ob­ser­va­tion. « Au­jourd’hui, c’est l’en­semble du monde du tra­vail qui fait fonc­tion­ner la so­cié­té et qui su­bit les sa­laires in­suf­fi­sants, pour ceux qui ont la chance d’avoir un tra­vail », af­firme Ar­naud Gau­tier.

Sur le plan lo­cal, il évoque des exemples d’en­tre­prises, « te­nues par de grands groupes ca­pi­ta­listes » qui « pour en­ri­chir tou­jours plus leurs ac­tion­naires vont mettre au chô­mage des sa­la­riés, avec toutes les consé­quences que ce­la com­porte ». Ci­tant ce­lui de l’en­tre­prise AM­COR, il dit : « 86 sa­la­riés vont être li­cen­ciés. Il faut ab­so­lu­ment em­pê­cher les ca­pi­ta­listes de nuire. Nous avons un pro­gramme de lutte à pro­po­ser aux tra­vailleurs. C’est un pro­gramme qui s’im­po­se­ra au tra­vers de la lutte des tra­vailleurs ».

Mi­li­tant pour un « mi­ni­mum sa­la­rial à 1 800 € net », Lutte ou­vrière pro­pose, entre autres, d’in­ter­dire les li­cen­cie­ments, d’ins­tau­rer un contrôle des tra­vailleurs sur les en­tre­prises et de « le­ver le se­cret des af­faires ». « On pense que les pa­trons pro­fitent de cette opa­ci­té en ex­pli­quant qu’ils n’ont plus d’ar­gent. On pour­rait vé­ri­fier que ces en­tre­prises sont riches et qu’elles pour­raient conser­ver ces em­plois », es­time Ar­naud Gau­tier avant d’ajou­ter : « Il faut aus­si uti­li­ser l’ar­gent pu­blic pour des em­plois dans la san­té et l’édu­ca­tion ».

In­ter­ro­gé sur ce qui dif­fé­ren­cie Na­tha­lie Ar­thaud et Lutte ou­vrière de Jean-Luc Mé­len­chon et La France in­sou­mise, Ar­naud Gau­tier ré­pond : « A la dif­fé­rence de Mé­len­chon, pour re­mettre en cause le pou­voir de ces grands groupes, nous sommes prêts à les ex­pro­prier, car ces ac­tion­naires-là ruinent des ré­gions et des villes en­tières ».

Tho­mas Gour­lin

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.