Le dé­pu­té-maire de Flers vo­te­ra Ma­cron

L'Orne Combattante (FL) - - BOCAGE SUISSE NORMANDE ENTRE ET -

Dans un com­mu­ni­qué, le dé­pu­té-maire de Flers, so­cia­liste, ap­pelle à vo­ter pour le can­di­dat d’En Marche, Em­ma­nuel Ma­cron.

« La di­vi­sion de la gauche en­traîne la chute iné­luc­table de Be­noît Ha­mon. Ce­ci est écrit de­puis le soir du se­cond tour des pri­maires. La can­di­da­ture de Jean-Luc Mé­len­chon et la di­vi­sion in­terne du PS rendent in­au­dible un pro­gramme pour­tant chif­fré, in­tel­li­gent et en phase avec les pré­oc­cu­pa­tions de la vraie vie. C’est comme ce­la , au­cune in­can­ta­tion, au­cune pen­sée ma­gique ne vien­dra à bout de cette réa­li­té. » Yves Goas­doué ne sou­haite pas avoir à choi­sir entre le Front na­tio­nal et Fran­çois Fillon au se­cond tour.

« Je veux vo­ter po­si­tif, je veux vo­ter pro­gres­siste, je veux vo­ter réa­liste, je veux vo­ter pour quel­qu’un qui dis­po­se­ra d’une ma­jo­ri­té à l’As­sem­blée Na­tio­nale pour mettre en oeuvre son pro­gramme. »

Ce­lui qui ne bri­gue­ra pas suc­ces­sion à l’As­sem­blée na­tio­nale évoque le par­ti d’Em­ma­nuel Ma­cron : « Au mi­lieu de ce chaos, une force nou­velle est née. Elle est en marche. Elle dé­route car elle casse les codes de la po­li­tique. Elle ren­verse les bar­rières en réunis­sant des ci­toyens et des élus sen­sés être op­po­sés. Elle met à mal les vieux par­tis et ose des idées non confor­mistes. (…) Ce mou­ve­ment peut réunir, à rai­son même de sa struc­ture non par­ti­sane, une large ma­jo­ri­té par­le­men­taire.»

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.