Une vi­déo et une ap­pli pour me­su­rer l’eau vir­tuelle

Dans le cadre du pro­jet eu­ro­péen Ea­think, des élèves du ly­cée des Andaines tra­vaillent de­puis 2015 sur dif­fé­rentes études, qui ont conduit à une réa­li­sa­tion ori­gi­nale et in­no­vante, dis­po­nible très pro­chai­ne­ment.

L'Orne Combattante (FL) - - LA FERTÉ ET SON PAYS -

La ren­contre entre les élèves de se­conde et 1re sciences et une équipe de tour­nage des stu­dios Mille Pla­teaux de Caen, mar­di 4 avril, était l’abou­tis­se­ment de plu­sieurs tra­vaux me­nés en amont, sur les ruches, les cir­cuits courts ou la fi­lière ci­dri­cole. Ces ate­liers s’ins­cri­vaient dans le cadre du pro­jet eu­ro­péen Ea­thing 2015, man­ger lo­cal, pen­ser lo­cal, une in­vi­ta­tion au sens cri­tique des élèves et en­sei­gnants sur l’ali­men­ta­tion du­rable et res­pon­sable.

Un des en­jeux cru­ciaux du proche ave­nir est la ges­tion de l’eau, qui, tout le monde le sait même si peu s’en sou­cient, n’est pas que celle qu’on trouve en bou­teille ou au ro­bi­net. « Cet as­pect-là est réel, mais l’eau vir­tuelle est aus­si une réa­li­té », ex­plique Anne Cuillandre, pro­fes­seur de sciences. « L’eau vir­tuelle est celle qui est uti­li­sée pour la fa­bri­ca­tion des ali­ments et den­rées ali­men­taires ou autres, à tous les stades de leur éla­bo­ra­tion, de­puis les cultures qu’il faut ar­ro­ser jus­qu’à l’eau dont ont be­soin les fa­bri­cants de pro­duits de consom­ma­tion. Cer­tains chiffres font ré­flé­chir : par jour et par per­sonne, s’il faut en­vi­ron 150 litres en eau réelle tous be­soins confon­dus, il en faut 4 900 litres en eau vir­tuelle pour ré­pondre aux be­soins de culture et fa­bri­ca­tion des ali­ments. Pro­duire un ki­lo de viande de boeuf né­ces­site 15 000 litres d’eau, le chiffre est énorme ». C’est donc pour sen­si­bi­li­ser le grand pu­blic à la ges­tion de cette eau vir­tuelle que les ly­céens ont éla­bo­ré un ou­til qui per­met­tra de me­su­rer la quan­ti­té d’eau vir­tuelle consom­mée lors de nos ha­bi­tudes de consom­ma­tion quo­ti­diennes. Une ap­pli­ca­tion pour smart­phone, L’eau vir­tuelle, on en mange plus qu’on en boit, ima­gi­née par eux et fi­na­li­sée par la so­cié­té So Nu­mé­rique de Caen, per­met­tra de connaître et de cal­cu­ler la quan­ti­té d’eau vir­tuelle pré­sente dans les ali­ments, ce qui pour­ra in­ci­ter à pré­fé­rer ceux qui en contiennent le moins.

« Ce pro­jet en trois phases (ex­pé­ri­men­ta­tion, ap­pli­ca­tion, dif­fu­sion) a fait l’ob­jet d’un concours pré­sen­tant une vi­déo de 30 se­condes sur l’édu­ca­tion au choix de la consom­ma­tion res­pon­sable », pré­cise Anne Cuillandre. « Ce­la a per­mis aux élèves de pré­sen­ter 4 vi­déos, avec l’es­poir de pou­voir re­pré­sen­ter la France dans le cadre du pro­jet Ea­think. La qua­li­té du tra­vail four­ni a per­mis les ly­céens fer­tois, avec le ly­cée JeanF­ran­çois Millet de Cher­bourg, d’in­té­grer sé­lec­tion fran­çaise qui va concou­rir en­suite au ni­veau eu­ro­péen ».

C’est donc pour fi­na­li­ser la vi­déo que l’équipe de tour­nage s’est re­trou­vée avec les jeunes créa­teurs du ly­cée, ce qui per­met­tra aus­si aux élèves de pré­sen­ter leur ap­pli­ca­tion opé­ra­tion­nelle à la mé­dia­thèque de La Grande Nou­velle le jeu­di 4 mai, puis de par­ta­ger les ré­sul­tats concrets avec d’autres ly­cées et col­lèges ayant des orien­ta­tions scien­ti­fiques.

Les élèves fer­tois peuvent être fiers (et ils le sont) de leur ap­pli­ca­tion qui dé­montre que vir­tuelle ou pas, il faut plus que ja­mais sa­voir éco­no­mi­ser l’eau et la consom­mer de ma­nière res­pon­sable.

L’eau vir­tuelle, c’est quoi ? Sur smart­phone

Les créa­teurs de l’ap­pli­ca­tion pour smart­phone et l’équipe de tour­nage.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.