Une marche so­li­daire pour la greffe et le don d’or­ganes

L'Orne Combattante (FL) - - SUISSE NORMANDE -

Thu­ry-Har­court. Du 13 au 19 mai, l’association Sur les pas de So or­ga­nise une marche so­li­daire au pro­fit de la greffe et du don d’or­ganes, après une pre­mière édi­tion en 2016 pour la re­cherche sur les ma­la­dies rares (120 mar­cheurs et 14 000 € ver­sés à la Fon­da­tion ma­la­dies rares).

Outre la col­lecte de fonds, l’ob­jec­tif est de dé­cou­vrir la Nor­man­die à pieds et de com­mu­ni­quer sur la loi du 1er jan­vier 2017. « Le prin­cipe du consen­te­ment pré­su­mé au don d’or­ganes est ins­crit dans la loi de­puis 1976 » pré­cise So­phie Cham­paux, pré­si­dente de Sur les pas de So. « Nous sommes donc tous don­neurs po­ten­tiels d’or­ganes mais les mo­da­li­tés de re­fus ont été sim­pli­fiées au 1er jan­vier grâce au re­gistre des re­fus ac­ces­sible dès 13 ans. »

Cé­dric Émile, pré­sident du col­lec­tif na­tio­nal Greffes +, bé­né­fi­ciaire des re­cettes de la marche, es­time qu’il faut faire com­prendre le don d’or­gane, in­for­mer dès le col­lège sur la mort en­cé­pha­lique (5 000 à 6 000 par an) qui au­to­rise le pré­lè­ve­ment. « Alors que 80 % des Fran­çais sont fa­vo­rables au don d’or­ganes, nous es­suyons 35 % de re­fus lorsque la ques­tion se pose, juste après le dé­cès. Sans doute à cause de l’émo­tion. »

Peut-être aus­si la crainte de l’état du corps ren­du ? « Le tra­vail des chi­rur­giens est soi­gneux et res­pec­tueux de la di­gni­té de la per­sonne. » Ou la re­li­gion ? « Les trois re­li­gions mo­no­théistes ne s’op­posent pas à la greffe. »

Le Dr Vi­ques­nel, du CHU, pense, lui, que « la mort est com­prise mais la sym­bo­lique de­meure sur des or­ganes comme les yeux, le coeur… »

Une loi sim­pli­fiée en 2017

Nous sommes tous don­neurs pré­su­més. Le don est gra­tuit et ano­nyme. On peut s’y op­po­ser ou chan­ger d’avis à tout mo­ment.

Au 1er jan­vier, les mo­da­li­tés de re­fus ont été sim­pli­fiées (ins­crip­tion sur re­gis­tre­na­tio­nal­des­re­fus.fr ou té­moi­gnage écrit ou oral à trans­mettre à ses proches) avec la pos­si­bi­li­té d’ex­pri­mer un re­fus par­tiel (cer­tains or­ganes ou tis­sus).

At­ten­tion, la carte de don­neur d’or­gane n’a au­cune va­leur lé­gale. Elle n’est qu’in­for­ma­tive.

Ins­crip­tions jus­qu’au 10 mai, dé­tails et plan sur www.sur­les­pas­de­so.com Contact : sur­les­pas­de­so@ gmail.com et Fa­ce­book. Plus d’in­for­ma­tions sur www. don­dor­ganes.fr

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.