Gre­nade re­trou­vée : le dan­ger des mu­ni­tions ou­bliées

L'Orne Combattante (FL) - - LA UNE - G.V.

Des mu­ni­tions sont ré­gu­liè­re­ment dé­cou­vertes dans des fermes ou vieilles mai­sons de la ré­gion. Après la Se­conde Guerre mon­diale, beau­coup de per­sonnes ont conser­vé ces très dan­ge­reux en­gins en sou­ve­nir et les ont ca­chés dans des bâ­ti­ments avant de les ou­blier (pour la plu­part). Au­jourd’hui, les jeunes gé­né­ra­tions les re­trouvent en dé­mé­na­geant ces mai­sons où bâ­ti­ment, ce qui n’est pas sans po­ser de pro­blème et fait cou­rir beau­coup de risques à ces per­sonnes. Mal­gré le temps, une grande par­tie de ces mu­ni­tions sont en­core ac­tives.

In­ter­ven­tions heb­do­ma­daires

Der­niè­re­ment, un ha­bi­tant de la ré­gion de Pont-d’Ouilly est ve­nu ap­por­ter une gre­nade al­le­mande à manche, au pro­prié­taire du mu­sée de la li­bé­ra­tion de Ber­jou. Cette gre­nade va pro­chai­ne­ment être confiée, via la gen­dar­me­rie, aux ser­vices de dé­mi­nage qui va se char­ger de dé­truire la charge ex­plo­sive de l’en­gin.

Si, par le ha­sard d’un dé­mé­na­ge­ment d’une vieille mai­son fa­mi­liale, vous dé­cou­vrez ce genre d’ob­jet, ne le tou­chez sur­tout pas et pré­ve­nez im­mé­dia­te­ment la gen­dar­me­rie la plus proche de votre do­mi­cile qui fe­ra le né­ces­saire pour vous en dé­bar­ras­ser.

« Il y a cer­tai­ne­ment en­core beau­coup de mu­ni­tions de ce genre ré­cu­pé­rées en sou­ve­nir après la ba­taille par les ha­bi­tants du sec­teur et qui les ont ca­chées dans les gre­niers où bâ­ti­ments de leurs pro­prié­tés. On nous en pro­pose ré­gu­liè­re­ment pour le mu­sée…, dé­clare avec une pe­tite pointe d’iro­nie Ro­main Bon, avant d’ajou­ter. Dans ce cas, nous pré­ve­nons im­mé­dia­te­ment les ser­vices de gen­dar­me­rie afin qu’ils prennent ra­pi­de­ment l’ob­jet en charge. »

Con­tac­tés les ser­vices de gen­dar­me­rie ont confir­mé qu’il ne fal­lait pas tou­cher les mu­ni­tions dites sus­pectes (obus, gre­nades et autres charges ex­plo­sives).

« On se dé­place ré­gu­liè­re­ment, presque toutes les se­maines, pour ce genre de dé­cou­verte. Ce n’est pas for­cé­ment là où il y a eu une grosse ba­taille. À chaque fois, on va sur place pour consta­ter la dan­ge­ro­si­té de l’en­gin. S’il y a réel dan­ger, on n’y touche pas et on ins­talle un pé­ri­mètre de sé­cu­ri­té avant de pré­ve­nir le ser­vice de dé­mi­nage qui fe­ra le né­ces­saire pour la des­truc­tion. Il y a même des per­sonnes qui nous ap­portent leur dé­cou­verte en bri­gade » in­siste la gen­dar­me­rie qui pré­cise qu’il y a en­core beau­coup de mu­ni­tions qui res­tent dans la ré­gion.

Cette gre­nade à manche al­le­mande, a été trou­vée dans un bâ­ti­ment d’une mai­son de la ré­gion de Pont-d’Ouilly.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.