Thier­ry Au­bin, res­pon­sable du co­mi­té En Marche ! de Flers

L'Orne Combattante (FL) - - ENTRE BOCAGE ET SUISSE NORMANDE -

Maire de Cha­nu, pré­sident du Sir­tom Flers Con­dé, Thier­ry Au­bin a par­rai­né Em­ma­nuel Ma­cron. Il est le res­pon­sable du co­mi­té En Marche ! de Flers. In­ter­view.

Depuis quand ce co­mi­té lo­cal existe-t-il ?

Les choses sont simples. Je me suis ins­crit sur la pla­te­forme en ligne pour dire que j’adhé­rais à En Marche ! Je l’ai fait à l’époque où j’ai ac­cor­dé mon par­rai­nage à Em­ma­nuel Ma­cron. Quand on adhère, on a la pos­si­bi­li­té de se rac­cro­cher à un co­mi­té. Il y en avait un à Ar­gen­tan. Mais, dé­but mars, comme le nombre d’adhé­rents mon­tait en flèche et qu’il n’y avait pas de co­mi­té à Flers, le QG d’En Marche nous a rap­pe­lés. J’ai eu un en­tre­tien avec le QG et Ar­naud Bel­let, le res­pon­sable dé­par­te­men­tal. C’est comme ça que nous avons créé le co­mi­té lo­cal de Flers. Quel est le rôle de ce co­mi­té ?

Pen­dant la campagne des lé­gis­la­tives, le co­mi­té se met en sou­tien de la can­di­date En Marche. Par la suite, notre but est de conti­nuer à fé­dé­rer des gens. L’ob­jec­tif est de pou­voir se réunir et re­mon­ter les ob­jec­tifs. C’est d’ailleurs ce qui s’est pas­sé au mo­ment de la créa­tion du pro­gramme pré­si­den­tiel d’Em­ma­nuel Ma­cron. Le mou­ve­ment sou­haite pou­voir conser­ver cette mo­bi­li­sa­tion. C’est une boîte à idées. Concer­nant la can­di­date de votre mou­ve­ment aux lé­gis­la­tives, Isa­belle Bo­scher, pen­sez-vous son élec­tion pos­sible face à un Jé­rôme Nu­ry im­plan­té dans le bo­cage ?

Oui. Elle est face à des can­di­dats qui sont plus des pro­fes­sion­nels de la politique. Or, les gens ont en­vie de chan­ge­ment. Elle a un mé­tier. Elle est en­sei­gnante à temps plein. Moi, je pense qu’elle a ses chances. Jé­rôme Nu­ry a sou­te­nu un can­di­dat à la pré­si­den­tielle qui s’est em­pê­tré dans les af­faires. Il en est cons­cient. Le jeu est ou­vert. Je n’au­rai pas dit ce­la il y a huit mois, à l’époque où Fran­çois Fillon était pré­sen­té comme le pro­chain pré­sident par les son­dages. Là, dans le contexte de chan­ge­ment vou­lu par les gens, pour une fois, ça risque de s’in­ver­ser et la can­di­date qui n’est pas connue peut avoir ses chances.

Propos recueillis par Tho­mas Gour­lin

La Ré­pu­blique En Marche ! or­ga­nise des réunions pu­bliques : lun­di 22 mai à 20 h 30 à Athis-Val-deRouvre dans la salle des Ter­riers ; mar­di 23 mai à 20 h 30 à Ecou­ché dans la salle notre temps ; mer­cre­di 24 mai à 20 h 30 à Rânes à la salle du Châ­teau.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.